Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/10/2011

À propos du drame du lycée de Béziers

Communiqué :

 lettre d' un collègue de Jean Moulin 

Notre collègue du lycée Jean-Moulins à Béziers qui s'est immolée est décédée.Nous sommes tous bouleversés voire traumatisés.Nous sommes en AG depuis 2 jours et avons refusé d'accueillir les élèves en classe,et décidés une grêve illimitée jusqu'à ce que les responsabilités soient établies.
  Voici notre programme :
 Lundi 17, matin 8h AG, après-midi marche blanche silencieuse avec un bandeau noir à Béziers
 Mardi matin AG, 14H départ pour une manifestation académique au rectorat de Montpellier
  Mercredi: obsèques ?
 Jeudi 10h débrayage, commémoration de ce drame dans tous les établissements de France.
  Nous souhaitons une mobilisation générale pour que la souffrance au travail cesse et que de tels drames ne se renouvellent plus
.
  PS Lise à dit en s'enflammant : "je le fais pour Vous"
   Luc  Chatel a menti , elle n'était pas suivie médicalement, ni fragile, mais consciencieuse, compétente,aimant son travail et courageuse.
  Nous comptons sur Vous tous.
 Merci de diffuser ce mail à toutes vos connaissances afin d'alerter l'opinion, pour que l'éducation nationale ne devienne pas France-telecom...

lycée Jean-Moulin- Béziers

  http://www.midilibre.fr/2011/10/14/beziers-l-enseignante-...

En hommage à Lise Bonnafous

Notre collègue du lycée Jean Moulin de Béziers, Madame Lise Bonnafous, a pris la décision terrible de mettre fin à ses jours jeudi 13 octobre à 10h. Elle s'est immolée dans la cour du lycée, sous les yeux des élèves et de ses collègues de travail. Ses graves brûlures ont entraîné sa mort ce vendredi 14 octobre. 

Les collègues biterrois de Lise Bonnafous, dans les cités scolaires Henri IV et Jean Moulin, ont exprimé toute la peine et la colère que ce drame a suscité en eux. "Solidarité avec Lise", "Plus jamais ça" : ces phrases ont émaillé leurs témoignages. Ils organiseront lundi à Béziers une marche blanche en mémoire de Lise Bonnafous, et rendront hommage à la défunte durant les prochains jours. 

Mais cet événement terrible doit avoir un écho au niveau national. Le suicide d'un enseignant sur son lieu de travail, et dans des conditions aussi violentes, doit être l'occasion d'une profonde prise de conscience de la part de toute la société. 

Suite aux discussions entre collègues qui ont eu lieu sur le forum neoprofs.org, nous invitons l'ensemble des professeurs, ainsi que toutes les personnes émues par ce décès, à porter un brassard blanc lundi 17 octobre 2011 à partir de 14h, heure de la marche qui aura lieu à Béziers en hommage à Lise Bonnafous. Nous vous invitons également à porter ce même brassard jeudi 20 octobre au matin, une semaine après l'immolation de l'enseignante qui a eu lieu jeudi 13 octobre à 10h. 

D'autres actions collectives peuvent être envisagées : certains collègues envisagent par exemple d'observer une minute de silence lundi 17 octobre à 14h, ou jeudi 20 octobre à 10h. D'autre part, les syndicats de l'Education nationale relaieront, le cas échéant, les appels au débrayage lancés par les collègues biterrois. 

Toutes nos pensées vont aux collègues, aux personnels techniques, à l'administration, aux cadres et aux élèves de la Cité Jean moulin de Béziers, qui ont perdu une collègue dans des conditions terribles. Ils ont malgré tout trouvé la force nécessaire pour appeler l'ensemble de la société et des enseignants à rendre hommage à Lise Bonnafous. Nul doute qu'ils auront besoin d'un soutien amical, fût-il symbolique, de la part de toutes celles et ceux qui se sentiront touchés par le décès brutal et violent de Lise Bonnafous sur son lieu de travail. 

Outre les discussions qui ont eu lieu sur neoprofs.org, plusieurs témoignages d'hommage sont déjà lisibles sur internet : 
- Sur Facebook, un groupe d'hommage a été créé par un élève de Lise Bonnafous : http://www.facebook.com/#!/groups/291836954161765/ 
- Sur Facebook également, une page d'hommage a été réalisée par un enseignant : http://www.facebook.com/#!/pages/En-hommage-%C3%A0-Lise-Bonnafous-du-lyc%C3%A9e-Jean-Moulin-de-B%C3%A9ziers/301406463219576 
- Un blog consacré aux réactions suite à ce suicide a été lancé : http://hommagealisebonnafous.unblog.fr/ 

Merci de relayer ce message auprès de vos contacts, de vos collègues, de vos proches et de vos amis, ainsi que sur les supports de communication (sites, blogs...) et sur les réseaux auxquels vous participez habituellement.

------

Pour la défense  des personnels  confrontés aux risques psycho-sociaux 

(collectif d'enseignants toulousains)

         D'année en année, la situation des publics scolaires et des personnels s'aggrave, donnant lieu désormais à des faits dramatiques: tentatives de meurtre, suicides...     Cette crise,  alimentée par un dispositif de réformes  destructrices et par la montée réactionnelle des violences au niveau des publics, est accentuée par les états de fait suivants:

  -pas d'évaluation ministérielle de la souffrance au travail (à la différence de l'entreprise France Télécom, par exemple) 

   -comportement aléatoire des personnels d'encadrement, qui peuvent soutenir le/la collègue en difficulté ou l'incriminer pour des manquements en matière d'autorité 
  
   
-pas de prise en compte de la féminisation de la corporation comme facteur de vulnérabilité psycho-sociale 
    
-isolement des personnels mis en difficulté: pas de prise en charge par la MAIF-Autonome de solidarité  de la grande majorité des cas de violence (seuls sont pris en compte  les faits passibles de peines, par exemple sous forme de violence physique); 
prise en compte insuffisante de cette problématique par les syndicats 
    - 
récupération de ce déficit par SOS Education, association proche de l'extrême-droite.

    La défense syndicale des personnels en difficulté passe entre autres par la réalisation des objectifs suivants:
 - accueil et écoute des personnels; conseil sur les démarches administratives, médicales, juridiques...à mener 
-défense des personnels auprès des autorités administratives: suivi de leur carrière, souvent bloquée de ce fait (phénomène de la «double peine»)

-constitution et large diffusion de statistiques sur l'évolution du phénomène 
-interpellation régulière des pouvoirs publics, dans le sens du strict respect des prérogatives et de l'autorité des personnels enseignants et d'éducation, de l'application à l'Education nationale des procédures concernant la souffrance au travail dans les entreprises (France Télécom...) et de la promotion d'une politique éducative active en matière de citoyenneté et de parité.

--------------------
Objet : [Cultures] profs à vie, c'est fini : article du journal du dimanche (16 octobre)

Une page du journal du dimanche d'aujourd'hui, dans la rubrique société, s'intitule "profs à vie, c'est fini"
Voici le chapeau :
Education : Mal préparés, peu écoutés, stressés, les enseignants doutent. Certains même, de plus en plus nombreux, quittent le métier

A rapprocher du rapport de l'OCDE " Le rôle crucial des enseignants : Attirer, former et retenir des enseignants de qualité", téléchargeable en ligne.
http://www.oecd.org/document/52/0,3746,fr_2649_39263231_36221243_1_1_1_1,00.html

La poussée néolibérale, l'autoritarisme et le sécuritarisme, au lieu d'améliorer le système scolaire par la concurrence, génère une fuite des novices non formés et des enseignants qualifiés les plus motivés pour une pédagogie populaire. L'immolation par le feu de Béziers est l'expression d'un système qui génère une injonction paradoxale, une double contrainte, qui finit par produire, selon Laborit, la fuite (abandon de plus en plus massif de la profession), l'auto-agression (l'immolation par le feu) ou l'agression et la rébellion (les désobéisseurs). 

Commentaires

1) Le gouvernement actuel mène une politique qui détruit le service public d’éducation,nous en sommes d’accord. 2) La question du harcèlement n’est pas directement liée à l’option idéologique d’un gouvernement.Pour ma part, j’ai commencé à être sévèrement harcelé sur mon lieu de travail (puis à mon domicile !)en 1998.C’est-à-dire que les actes hostiles se sont démultipliés,répétés dans mes classes à partir de cette époque (sans qu’aucun de ces actes ne soit sanctionné par ma hiérarchie)puis l’administration en "remettait une couche",c’est-à-dire me nuisait.C’est donc sur une base strictement professionnelle que j’étais régulièrement mis en cause,désavoué,sans que je ne comprenne véritablement ce que l’on me reprochait.Peut-être n’étais-je pas assez soumis ?Peut-être voulais-je simplement faire ce que j’avais à faire,faire mon travail,exercer mon métier ? 3)Le harcèlement au travail et par le travail est un enjeu d’une très grande importance « sociétale »,civilisationnelle,c’est pourquoi je me suis permis de vous adresser un message,pour vous inviter à la vigilance.Ce n’est pas une question politique au sens traditionnel du terme.Un simple désaccord avec notre hiérarchie peut dégénérer en répression insidieuse ou brutale,tous azimuts,déployée sur un « périmètre » assez large(y compris médiatique).L’objectif est que le désaccord disparaisse sans laisser de trace et que les dissidents/résistants renoncent à toute résistance,même sourde.Nous sommes condamnés à exécuter tous les ordres qui nous sont donnés :par nos élèves en premier lieu ,par notre hiérarchie bien sûr,par l’opinion surtout.Un(e) « prof »(pour ne considérer que cette profession)doit S’EXECUTER.Le travail reste bien « l’essence de l’homme » comme Marx le définissait naguère.Merci de me permettre de m’exprimer et bonne résistance.

Écrit par : surmely alain | 18/10/2011

Les commentaires sont fermés.