Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2011

Allaitement : attention aux médicaments

lu sur :

http://www.lemonde.fr/rendez-vous/article/2011/12/13/le-motilium-dangereusement-devoye_1617983_3238.html 

Le Motilium dangereusement dévoyé

LE MONDE | 13 décembre 2011 | Pascale Santi | 677 mots

Prescrit contre les nausées, ce médicament fait l'objet de détournements qui inquiétent les autorités. Pour faciliter l'allaitement, de plus en plus de femmes auraient recours à une "recette" que font circuler de jeunes mères sur Internet.

 

Pour faciliter l'allaitement, de plus en plus de femmes auraient recours à une "recette" que font circuler de jeunes mères sur Internet. Elles utilisent la dompéridone - vendue sous le nom de Motilium ou d'autres génériques agissant contre la nausée. Un détournement dangereux, a alerté l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), dans une lettre adressée mardi 6 décembre aux médecins et pharmaciens. Des études épidémiologiques ont en effet montré que l'utilisation de la dompéridone peut augmenter le risque d'arythmies ventriculaires graves (anomalies du rythme cardiaque) pouvant entraîner des décès. L'agence du médicament aux Etats-Unis (FDA, Federal Drug Administration) avait, dès 2004, mis en garde contre l'utilisation de cette molécule en raison d'effets secondaires cardiaques probables.

La dompéridone est autorisée depuis 1980 pour soulager les nausées et vomissements. Ce remède est délivré sur prescription médicale et remboursé à 30 % par l'assurance-maladie. Mais l'un des effets secondaires, qui figure sur la notice, est de stimuler la production de prolactine (hormone favorisant la production lactée). Ce qui a conduit des sages-femmes et des sites consacrés à la maternité et à l'allaitement à le conseiller, et même des médecins à en prescrire pour favoriser l'allaitement.

Cette dérive a amené Dominique Maraninchi, directeur général de l'Afssaps, à tirer le signal d'alarme. "Ce produit contre les vomissements est contre-indiqué pendant l'allaitement. Ce n'est pas pour rien que c'est indiqué (sur la notice), cela signifie qu'il y a des dangers", a-t-il insisté sur Europe 1 mercredi 7 décembre.

"De 10 % à 50 %du médicament présent dans le sang de la mère se retrouve dans son lait, ce qui expose le bébé à des doses non négligeables", ajoute Bernard Delorme, chef de l'information des patients et du public à l'Afssaps.

Combien de femmes utilisent cette molécule pour favoriser la lactation ? Impossible de le savoir, disent les autorités. C'est en tout cas un gros marché. Les ventes de dompéridone (Motilium et génériques) sont importantes : 18 à 19 millions de boîtes vendues chaque année, soit 1,5 million de boîtes chaque mois, en comprimés ou en solution buvable.

"Certes, le risque d'accident car diaque est probablement très faible, mais, même dans les indications autorisées, on recommande d'utiliser la plus petite dose possible, insiste Bernard Delorme. L'allaitement maternel doit toujours être encouragé... mais sûrement pas avec des médicaments !" Il rappelle que ce médicament est en principe utilisé pendant des crises et sur de courtes périodes. "Qu'en est-il s'il est pris pendant des mois ?", s'inquiète-t-il. Et quel sera l'effet sur le bébé ?

Sur Internet, la dompéridone figure dans de nombreux forums, au côté de recettes de grand-mère comme la levure de bière ou le fenouil, pour stimuler la lactation. Cette molécule "a fait des merveilles", dit une jeune mère ; "ce médicament a augmenté considérablement la lactation", renchérit une autre.

Le pédiatre canadien Jack Newman, qui a beaucoup écrit sur l'allaitement, indique que "diverses études ont démontré son effet sur la production lactée ainsi que son innocuité". Il dit même sur le site de la Leche League (maternage et allaitement) : "Depuis toutes les années que j'ai prescrit la dompéridone à tant de mères, je n'ai jamais eu connaissance de quelque effet secondaire cardiaque significatif qui pourrait lui être attribué." De quoi convaincre des mères rencontrant des difficultés pour allaiter.

Cette molécule fait l'objet d'un autre détournement, risquant cette fois de mettre en danger les enfants. Des médecins la prescrivent en effet souvent pour traiter le reflux gastro-oesophagien (RGO) des bébés, trouble touchant un tiers des enfants de moins de 1 an. Son utilité est discutée, et la Société française de pédiatrie (SFP) se montre réticente. "Les données sur son efficacité ne sont pas très claires", souligne le docteur Alain Chantepie, professeur de pédiatrie au CHU de Tours, ancien président de la SFP. "La logique voudrait que l'on n'utilise pas ce produit."

"La popularité de ces médicaments contraste avec la pauvreté des études ayant évalué son efficacité, constatait en mai 2010 le docteur Frédéric Gottrand, responsable du pôle enfant du CHRU de Lille. Ils sont susceptibles de provoquer des effets indésirables potentiellement graves", comme des convulsions.

Les spécialistes estiment que les régurgitations des bébés sont trop médicalisées en France. Plus largement, la SFP est claire : "Il faut prescrire le moins possible de médicaments aux enfants, surtout avant 2 ans."

Pascale Santi
Article paru dans l'édition du 14.12.11

lire aussi :

L'usage du Motilium chez les femmes enceintes inquiète

LEMONDE.FR |  7 décembre 2011 | Le Monde.fr | 150 mots

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/07/l-usage-du-motilium-chez-les-femmes-enceintes-inquiete_1614122_3224.html

 

De plus en plus de jeunes mères prennet le médicament Motilium pour allaiter. Or ce médicament n'est pas fait pour cela. Des spécialistes s'alarment de cet état de fait et craignent d'être à l'aube d'un nouveau scandale sanitaire, rapporte Europe 1.

Aussi appelé Dompéridone, le Motilium s'impose comme "la prétendue solution pour augmenter la production de lait maternel", les associations qui prônent l'allaitement le conseillant même aux jeunes mères manquant de lait.

Ce médicament est indiqué en cas de nausées et de vomissements et est prescrit par certains médecins à des doses parfois très élevées pour favoriser l'allaitement, sans que l'on connaisse les conséquences de cet usage détourné.

"Aucune étude scientifique n'a été menée sur le sujet, et le laboratoire qui le commercialise est formel, c'est écrit noir sur blanc sur la notice : ce médicament n'est pas fait pour stimuler la lactation, c'est même un de ses effets indésirables", rappelle Europe 1.

Le Monde.fr

Les commentaires sont fermés.