Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/01/2012

Les émanations nauséabondes de Maera exaspèrent ...

lu sur :

http://www.midilibre.fr/2012/01/03/les-emanations-nauseabondes-de-maera-exasperent-les-lattois,438832.php

Les émanations nauséabondes de Maera exaspèrent ... 

Les émanations nauséabondes de Maera exaspèrent les Lattois

OLLIVIER LE NY
03/01/2012, 09 h 04 | Mis à jour le 03/01/2012, 09 h 05

Des dégagements d’hydrogène sulfuré, très malodorants, affectent les riverains. L’Agglo peine pour l’heure à les stopper.

La communauté confesse contrite un "dégagement d’odeurs particulièrement malodorantes" et ce "depuis le printemps". Mais un élu lattois évoque plus volontiers une situation qui "n’est plus supportable" et le refus d’un "autre été" comme celui de 2011 "ou celui de l’année précédente". Les habitants de la Céreirède, eux, rappellent qu’il "y a toujours eu des odeurs, avant et après Maera..."

L’Agglo est une nouvelle fois en butte à des difficultés avec sa sophistiquée station d’épuration. Des odeurs affreuses, prégnantes dont souffrent les riverains, dont on se plaint jusqu’à port Ariane et dont il suffit de prendre, certains soirs, la D 58, le long du Lez, pour apprécier le fumet. Malgré les promesses et les améliorations apportées, l’équipement communautaire ne s’est jamais montré irréprochable ; cette fois, l’affaire est parvenue entre les mains de l’Agence régionale de santé, par des plaintes.

Les eaux usées de Palavas en cause ?

La cause de cette nouvelle nuisance est liée au traitement des eaux usées de Palavas-les-Flots depuis juin 2009. Précisément, "au temps de séjour de ces eaux dans les ouvrages, explique le directeur eau et assainissement de la collectivité, Jean-Claude Hémain. Un gaz, l’hydrogène sulfuré, naît lorsque l’effluent a été brassé et il est dégagé à l’arrivée à Maera ou au niveau des cheminées d’équilibre", sur le parcours. Un phénomène que les fortes chaleurs exacerbent.

Sans se montrer affirmative, l’Agglo s’interroge sur la qualité des réseaux de collecte de Palavas ; où par la voix de l’Agglomération du Pays de l’Or, responsable, on rétorque qu’on "a suivi à la lettre les prescriptions du cahier des charges de l’Agglo pour le raccordement".

Reste qu’alors que certains professionnels de l’assainissement mettent ouvertement en cause "la conception" du tuyau Palavas-Maera, l’Agglo se doit de vite trouver une solution : le H2S est nocif, ses émanations sont très encadrées par les autorités sanitaires, et il corrode en outre les éléments métalliques de la canalisation, il en dégrade le béton.

"On sait très mal mesurer les odeurs"

"Nous y travaillons depuis mai, assure Jean-Claude Hémain. C’est un problème qui se traite par l’ajout d’adjuvants chimiques. Nous avons équipé notre réseau d’une station d’injection, mais ce n’est pas suffisant", dit le technicien, en plaidant un problème complexe. "Il faut identifier le seuil à partir duquel le phénomène se déclenche, mais on sait très mal mesurer les odeurs."

Une centaine de capteurs innovants est répartie dans Maera pour déterminer ce seuil et aider à trouver les nouveaux "réglages" nécessaires. Sur le réseau, trente-deux injecteurs de réactif seront installés, l’apport d’eau oxygénée est expérimenté sur les aérateurs. En 2012, "on équipera la sortie de décanteurs" et "400 000 à 500 000 € seront investis dans l’amélioration du process".

lire aussi :

La station Maera, "pas une Rolls Royce mais une 2 CV" - Midi Libre

Les commentaires sont fermés.