Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/01/2012

Canards et riz en Camargue

lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4983

Des canards désherbants en Camargue  

13/1/2012

Herbes invasives, la panisse (Echinochloa crus galli) et le triangle (Cypéracées) sont la hantise des riziculteurs camarguais. Elles handicapent la culture de riz bio deux années successives, faisant baisser jusqu’à 80 % les rendements. Selon Jean-Claude Mouret, chercheur à l’Unité Mixte de Recherche (UMR) Innovation de Montpellier, une production de riz biologique doit avoir un rendement minimum d’environ 4 tonnes/ha, soit 8 t/ha sur deux années consécutives. Or, l’infestation par les adventices compromet gravement la réalisation de cet objectif la seconde année de culture. 

Certaines pratiques observées en Asie, et expérimentées au Japon, pourraient bien apporter une réponse à ce fléau. Dans cette région, des canards viennent à la rescousse de la culture du riz en consommant les graines et les jeunes pousses d’adventices. Riziculteur installé en Camargue, Bernard Poujol a expérimenté ce concept. De mi-juin à fin juillet 2011, il a fait « pâturer » 300 canettes mulardes sur sept hectares de riz de « deuxième année » lors du tallage du riz. Achetés à l’âge de trois jours, les canards ont été élevés dans une serre aménagée afin de les habituer à pénétrer dans les rizières, se familiariser avec les clôtures électriques etc. En prévision de l’introduction des canards sur ses cultures, le riziculteur a effectué un semis enfoui en lignes, au lieu d’un semis à la volée, pour permettre aux canards de se déplacer plus facilement. Régulièrement, le cultivateur les change de parcelles. 

Causant peu de dégâts au riz, les canards nettoient l’inter-ligne en fouillant la terre et étêtent panisses, triangles et autres herbes indésirables. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Pour la récolte d’octobre 2011, les canards ont permis de réduire la biomasse des adventices de 20 %, et d’augmenter le rendement de 26 % par rapport à une parcelle sans désherbage. D’après le riziculteur, il est, dès lors, possible de cultiver du riz deux années d’affilée, en respectant une moyenne annuelle de 5 t/ha. 

Cécile Cassier

Les commentaires sont fermés.