Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/02/2012

Expulsion d'un conseiller municipal ...

...pendant un conseil municipal, est-ce légal ?

lu sur :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/emilie-trevert/expulse-en-plein-conseil-municipal-ca-se-passe-a-puteaux-17-02-2012-1432605_502.php

Expulsé en plein conseil municipal : ça se passe à Puteaux !

Le Point.fr - Publié le 17/02/2012 à 19:10 

Il garde quelques stigmates de son dernier conseil municipal : "Des douleurs dans le dos et des bleus partout." Et pour cause, hier soir, Christophe Grébert, l'opposant (MoDem) à la maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP), s'est fait expulser par la police en pleine séance du conseil municipal.

Il était 21 h 20 quand l'édile s'apprêtait à faire voter une délibération visant à obtenir la prise en charge de ses frais de justice dans le cadre d'une plainte pour diffamation contre le fameux... Grébert. En octobre 2011 - époque où le Canard enchaîné avait mystérieusement disparu des kiosques de la ville des Hauts de Seine -, le blogueur de monputeaux.com laissait planer des doutes sur l'origine des fonds ayant permis l'achat des 600 exemplaires, dans un article du Figaro.fr. Rappelons que le Canard accusait l'ex-suppléante de Nicolas Sarkozy d'avoir "planqué" (sic) 4 millions d'euros dans des paradis fiscaux...

"Soulevé par six hommes"

Hier soir, le trublion local a donc tenté d'expliquer pourquoi il ne voterait pas cette délibération. "J'ai parlé 30 secondes et elle m'a coupé mon micro", raconte Grébert, poursuivi actuellement dans six procédures différentes par la fille de Charles Ceccaldi-Raynaud. Et de poursuivre : "Un officier en civil, que je soupçonne de servir de police personnelle au maire, est arrivé accompagné de cinq policiers municipaux. Ce monsieur a tenté d'arracher la feuille que je lisais et ils m'ont tous sorti manu militari !" Dans une main courante, déposée au commissariat de Puteaux, Sylvie Cancelloni, élue d'opposition et proche du maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin, témoigne de la même scène : "Monsieur Grébert est littéralement soulevé par les six hommes et entraîné avec une grande brutalité à la sortie de la salle."

Reste à connaître le motif de cette expulsion. Au service de presse de la mairie, on explique qu'il y a eu un "trouble" ayant perturbé le bon déroulement de la séance. Certes, mais ce "trouble" justifiait-il le recours à la force publique ?

"À contrecoeur"

Apprenant après le conseil la présence d'une journaliste du Point dans les tribunes, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a tenu à nous exprimer, dans un e-mail personnel, sa version des faits : "Au-delà des propos outranciers et souvent mensongers qu'il profère sans retenue, M. Grébert a voulu détourner l'objet d'une délibération pour évoquer une affaire actuellement en instruction, écrit-elle. Je lui ai demandé de cesser, poursuit-elle. J'ai espéré qu'il se calmerait." C'est donc "à contrecoeur", précise-t-elle, que la maire de Puteaux a dû demander "l'appui de la force publique pour expulser" l'agitateur (cliquez ici pour consulter l'intégralité du mail de Joëlle Ceccaldi-Raynaud).

La suite se réglera, une fois de plus, au tribunal, puisque M. Grébert compte porter plainte au pénal.

Les commentaires sont fermés.