Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2012

Des idées pour les petites communes

lu sur :

http://www.lepoint.fr/auto-addict/une-station-service-municipale-en-normandie-20-12-2012-1604327_646.php

En milieu rural, des mairies interviennent pour faciliter la reprise de commerces mis en vente ou prêts à fermer. Dans l'Orne, Lonlay-l'Abbaye va plus loin en créant sa station-service municipale. Ce village de 1 200 habitants dispose encore des services d'un jeune garagiste récemment installé, mais ce dernier n'a pas voulu investir dans l'indispensable modernisation des pompes à carburant. "Depuis janvier dernier, le poste à essence le plus proche se trouve à près de 10 kilomètres, constate le maire, Christian Derouet, 59 ans, assureur, élu en mars 2008. D'autres élus m'avaient mis en garde en m'assurant que je n'y arriverais jamais. Mais la station communale ouvrira au 1er trimestre 2013."

 
 

Ouverte 24 heures sur 24 avec paiement par carte bancaire, la station est déjà en place sur un terrain cédé par le conseil général. Elle sera dotée de deux pistolets : l'un pour le gazole, l'autre pour l'essence. Un investissement de 161 000 euros pouvant être subventionné à hauteur de 38 %. Une société assurera la maintenance, mais la commune a décidé de conserver la gestion. "Pour l'approvisionnement en carburant, précise Christian Derouet, nous allons lancer un appel d'offres. Nous avons identifié quatre fournisseurs potentiels. L'objectif, c'est de couvrir nos frais avec la marge que nous prendrons."

Mobilisation des habitants

Déjà en 2010, la mairie avait innové en finançant un distributeur automatique de billets (DAB). "Une initiative consécutive à la décision des deux agences bancaires locales de ne plus délivrer d'espèces au guichet." Après appel d'offres, le Crédit mutuel a pris en charge la partie opérationnelle du DAB : approvisionnement en billets et maintenance. Pour la commune, le coût annuel est de 2 000 euros.

L'utilisation de ce DAB se révèle en progression constante : d'ici trois ou quatre ans, il ne coûtera plus rien aux finances locales. Une réussite liée à la mobilisation de la population par la mairie. Selon Christian Derouet, "la commune ne peut se contenter de mettre en place des équipements, il faut agir auprès des habitants. En dessous de 1 600 retraits par mois, la mairie aurait dû régler le manque à gagner. De plus, le contrat avec la banque est lié à l'ouverture de nouveaux comptes auprès de l'agence locale : on en a dénombré une cinquantaine."

08:59 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.