Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/02/2013

La lutte contre la corruption en Languedoc Roussillon s’organise

communiqué :

http://anticor11.org/?p=6878

ANTICOR : La lutte contre la corruption en Languedoc Roussillon s’organise

Les groupes locaux de l’Hérault et de l’Aude de l’Association de lutte contre la corruption ANTICOR dénoncent le procès intenté par l’entreprise Véolia contre le film militant « Water makes money ».

Le 14 février 2013, à 13 heures 30 au Palais de Justice de Paris, s’ouvrira le procès en diffamation intenté par le groupe VEOLIA contre le film « Water Makes Money »documentaire réalisé en 2010 par Leslie FRANKE et Herdolor LORENTZ.

Sur le banc des accusés, l’association  La mare aux canards   qui a distribué le film en France et Jean-Luc TOULY, ancien cadre de chez VEOLIA et membre d’Anticor (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_Touly) association de lutte contre la corruption.

Principal protagoniste du film, Jean-Luc TOULY, dénonce sans relâche les pratiques, parfois frauduleuses des multinationales de l’eau.

Tel TARTUFFE version « couvrez cette corruption que j ne saurais voir », VEOLIA se dit diffamée par les propos accusateurs tenus dans le film.La mémoire des dirigeants de VEOLIA, ex Compagnie Générale des Eaux est bien courte…

Un petit rappel s’impose.

En effet, suite à une perquisition au siège Parisien de la CGE le 14 mars 1994, l’entreprise n’a t-elle pas finalement été condamnée pour:« trafic d’influence et corruption »?  

Aidons Véolia et quelques élus à rafraîchir leur mémoire: en juillet 1989, Montpellier concède la distribution d’eau à la CGE (la majorité PS approuve, le PC s’abstient), en d’autres termes, la municipalité privatise la gestion de l’eau. Pour s’assurer le contrat de gestion à Montpellier, la CGE n’a t-elle pas versé 8 millions de francs au bureau d’études GIFCO en vue «d’acheter l’abstention des représentants de la mouvance communiste lors du vote du conseil municipal » ? Jean-Dominique Deschamps, directeur général adjoint de la CGE à l’époque des faits, a indiqué qu’il s’agissait d’un «passage obligé» pour obtenir des marchés locaux d’adduction d’eau.

Au final, sur les vingt prévenus dans cette affaire, seul le DG adjoint de la CGE Jean-Dominique Deschamps a été condamné pour corruption à dix-huit mois de prison avec sursis et 200 000 francs (30 500 euros) d’amende. Le corrupteur a été condamné certes, mais qu’en est-il des corrompus? Qui paie aujourd’hui ces 8 millions de francs ? Les usagers de l’eau ?  Si Molière pouvait assister à ce procès, il pourrait  ironiser  par la maxime suivante : « Ceux de qui la conduite offre le plus à rire sont toujours sur autrui les premiers à médire ».

Les groupes locaux Anticor34 et Anticor 11 soutiennent le combat de Jean-Luc Touly, véritable lanceur d’alerte des pratiques mafieuses des multinationales de l’eau, ainsi que son combat contre la corruption et l’impunité.

Le 12 février prochain, ARTE rediffusera, à 22h35, le film Water Makes Money.http://www.acme-eau.org/Le-proces-contre-le-film-Water-Makes-Money-14-fevrier-2013-a-13h30-au-Palais-de-Justice-de-Paris_a3327.html

 

Les commentaires sont fermés.