Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2013

Montpellier: lundi 25 et mercredi 27 février

communiqué:

L'Association France Palestine Solidarité vous rappelle nos rendez-vous de la semaine et vous invite à venir nombreux  :

Ce soir !
Lundi 25 février à 19h50 

au Cinéma Diagonal - Montpellier
PROJECTION du film documentaire 
"5 caméras brisées"

suivi d'un débat avec l'AFPS 34

et aussi ..

Mercredi 27 février à 17h30

RASSEMBLEMENT à Montpellier

17h30, place de la Comédie


LIBÉRATION IMMÉDIATE,

JUSTICE POUR GEORGES IBRAHIM ABDALLAH !

Emprisonné en 1984, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1987, à la suite d’une manipulation des Services de l’Etat français dans des faits postérieurs à sa détention pour son activité au sein des Forces Armées Révolutionnaires Libanaises.

Il a effectué la totalité de sa peine de sûreté et est libérable depuis 1999. Ses demandes de libération en 2002, 2004 ont été rejetées. Le 21 novembre dernier G. Abdallah a obtenu un avis favorable à sa demande de libération, assorti d’un arrêté d’expulsion du territoire français. Le gouvernement est prêt à le recevoir au Liban.

29 ans d’incarcération dans les prisons françaises. Georges Abdallah a purgé sa peine, payé sa dette envers la société. Cependant le Tribunal d’Application des peines a reporté sans cesse et sans raisons sa décision de libération. L’Etat français fait la sourde oreille n’entendant pas contrarier les gouvernements américain et israélien.

Georges Ibrahim Abdallah doit être libéré tout de suite.

Nous ne devons pas tolérer davantage l’acharnement judiciaire dont il est victime.

A l'appel de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS24)




Lundi 25 février à 19h 50

Au Cinéma DIAGONAL de Montpellier
rue de Verdun (arrêt tram Comédie)

Projection du film
 "Cinq caméras brisées"

 

Emad Burnat, Guy Davidi

Film Documentaire, Palestine/ Israël, 2012, 1h30 

  suivi d'un débat avec l'AFPS 34 

Emad, paysan, vit à Bil’in en Cisjordanie. Il y a cinq ans, au milieu du village, Israël a élevé un « mur de séparation » qui exproprie les 1700 habitants de la moitié de leurs terres, pour étendre et « protéger » la colonie juive de Modi’in Illit, prévue pour 150 000 résidents. Les villageois de Bil’in s’engagent dès lors dans une lutte non-violente pour obtenir le droit de rester propriétaires de leurs  terres. Dès le début de ce conflit, et pendant cinq ans, Emad filme les actions entreprises par les habitants de Bil’in. Avec sa caméra, achetée lors de la  naissance de son quatrième  fils, il établit la chronique intime de la vie d’un  village en ébullition, dressant le portrait des siens, famille et amis, tels qu’ils  sont affectés par ce conflit sans fin. Le paysan palestinien Emad Burnat a filmé cinq ans durant le harcèlement des soldats israéliens sur son village de Cisjordanie. Et la rage grandissante des habitants. 
Un document multi-primé.

Prix de la Réalisation documentaire au festival de Sundance 2012
Nominé aux Oscars 2013

Les commentaires sont fermés.