Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/03/2013

Samedi 9 mars à Montpellier

lu sur :  http://www.lagglorieuse.info/article-offert.php

ARTICLE DISPONIBLE EN TOTALITE
Préfet et maire hués, inauguration annulée à la Mosson
Qui a manipulé les jeunes, dont des repris de justice ?


Georges Frêche a bâti sa carrière politique sur le communautarisme. Ses héritiers font de même. Hélène Mandroux a constitué en 2008 une liste communautariste parfaite. Deux places pour les Arabes, deux pour les chrétiens, deux pour les pieds-noirs, une place pour les harkis, une pour les homosexuels, et ainsi de suite…Lire la suite

Organisée en 48 heures chrono et fixée au samedi 9 mars à 11 heures, l’inauguration par le préfet de l’Hérault et la maire de Montpellier d’un accès entre la dalle du Grand-Mail et le marché des 4 saisons dans la cité de la Mosson a été annulée, à cause d’un bruyant comité d’accueil. À peine les véhicules de fonction du préfet Pierre de Bousquet et d’Hélène Mandroux stoppaient-ils au pied de la cité qu’une vingtaine de jeunes les encerclaient, brandissant des banderoles, huant le représentant de l’État, conspuant la maire et les traitant de tous les noms d’oiseaux. Le ruban tricolore sera coupé un de ces jours, le préfet ne s’est pas attardé, mais Dame Hélène, courageuse, est restée sur zone et a affronté les jeunes très remontés, la plupart descendus des Hauts-de-Massane, après avoir fait le tour pédestre du Grand-Mail. Alors, cette manifestation était-elle prévisible ?
Réponse : oui. Et était-elle spontanée  ? Réponse : non. « Nous avons la preuve que cette action, destinée surtout à nuire à Mme Mandroux, a été téléguidée. Ces jeunes, venus se plaindre d’insécurité dans les cités de la Mosson- la Paillade et des Hauts-de-Massane, de ne pas avoir de travail, de logement décent, ont été manipulés. Et la meilleure dans tout ça, c’est que parmi ce groupe figuraient des repris de justice, des auteurs de vols à l’arraché, notamment aux feux rouges, dont des multirécidivistes. Et ils se plaignent de l’insécurité, c’est le monde à l’envers ! » tempête-t-on dans les services de la mairie. Des policiers (Sécurité publique et de la municipale) confirment la présence de ces repris de justice parmi les trublions. Autre élément qui permet d’établir que l’opération de déstabilisation avait été orchestrée la veille. « Des informations sont remontées le vendredi, venant de la cité, prévenant la mairie que des jeunes perturberaient l’inauguration. Les mêmes informations sont parvenues à l’Agglo et au conseil général, et c’est la raison pour laquelle ni Jean- Pierre Moure, ni André Vézinhet n’ont daigné se déplacer. Ils ont délégué des élus, car ils étaient informés qu’ils étaient indésirables dans le quartier  », précise ce cadre de la mairie. Effectivement, le conseiller général Michel Guibal ne cachait pas sa colère de s’être retrouvé mêlé à ce sacré bordel, répétant : « Vézinhet aurait pu me prévenir que j’allais tomber dans un traquenard ! » Anne- Yvonne Le Dain n’en pensait pas moins, mais, à l’instar d’Hélène Mandroux, l’élue ne s’est pas esquivée, elle a « taillé une bavette » avec des commerçants, étonnés quant à eux de ne pas apercevoir Marc Dufour, l’adjoint en charge du commerce, qui, pour rattraper son absence et sa énième boulette, a voulu rectifier le tir dès le lundi en annonçant sans aucune preuve l’arrivée des enseignes Lacoste et Nespresso sur le Jeu-de- Paume !
Le préfet Pierre de Bousquet a pu réellement tester sur le terrain le désarroi de ces jeunes, comme le Collectif de la Paillade n’avait pas manqué de le signaler aux deux délégués des cités ouest en ébullition. De jeunes adultes, mais également des adolescents visiblement manipulés, donc.
Beaucoup ont vu Brahim Abbou derrière cette agitation, mais c’est difficile à croire, puisque l’élu de l’équipe Mandroux, qui « roulerait » désormais pour Jean-Pierre Moure, était présent et qu’il a subi le même sort puisqu’il a été invectivé, pris à partie violemment et qu’il a même été chassé de la dalle du Grand-Mail. L’équipe d’Hélène Mandroux est toujours à la recherche de l’agitateur qui a fait foirer cette inauguration, à un an des municipales et en pleine campagne qui voit les socialistes s’étriper.
Pour l’heure, il n’a pas été officiellement démasqué. Reste qu’il a agi pour un commanditaire qui, dans l’ombre, tire des ficelles. Il suffit donc de chercher à qui profite le crime…

J.-M.A.

Les commentaires sont fermés.