Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/05/2013

Montpellier : actualités locales (2)

Le clientélisme à Montpellier, grâce à nos impôts.

lu sur : http://www.lagglorieuse.info/article-offert.php

ARTICLE DISPONIBLE EN TOTALITE
Subventions locales : Dieu reconnaît bien les siens

Le clientélisme fait légion à Montpellier. Pour bénéficier de larges subventions de certains institutionnels, il est préférable d'être membre du Parti socialiste ou faire allégeance aux potentats locaux. Georges Frêche était le roi du clientélisme... Lire la suite

Vous avez dit clientélisme...
Subventions locales : Dieu reconnaît bien les siens

mercredi 15 mai 2013

Le clientélisme fait légion à Montpellier. Pour bénéficier de larges subventions de certains institutionnels, il est préférable d’être membre du Parti socialiste ou faire allégeance aux potentats locaux. Georges Frêche était le roi du clientélisme.

En 2005, il a déclaré : « Moi, j’aide les gens qui m’aident et je vais subventionner ceux qui étaient à côté de moi pour conquérir la Région. » Lors de l’affaire des sous-hommes, il a lancé à un harki : « Je t’ai donné un emploi de pompier, alors garde-le et ferme ta gueule ! » En fait, Georges Frêche reconnaissait qu’il donnait des emplois à la tête du client. Concernant les Arabes et le logement social, les choses sont très simples. Pour bénéficier d’un logement social auprès de l’ACM, il faut passer par l’association des Franco-Marocains et son président, El Houssine Tahiri.
Ce dernier est un bon client des socialistes de Montpellier. D’ailleurs, à chaque élection, il fait une quête à la Paillade pour soutenir les candidats socialistes, et il organise des réunions pour ces mêmes candidats avec les Marocains. Pour le remercier de ses loyaux services, la mairie lui a octroyé un emploi dans une Maison pour tous. André Vézinhet subventionne à tour de bras les associations de la Paillade qui font campagne pour lui. Il donne de l’argent à l’association Unisson pour son festival, Arabesques, et il met à sa disposition le château d’O. Il a imposé aux associations de la Paillade de se regrouper dans le réseau pailladin pour mieux les contrôler.

Les internationales de la guitare

D’ailleurs, les associations de la Paillade sont reçues très facilement au cabinet d’André Vézinhet, contrairement aux autres associations du département. Un autre bénéficiaire des largesses des collectivités locales, c’est Talaat El Singaby avec son festival, Les Internationales de la guitare, qui n’a d’international que le nom. Talaat El Singaby a, par exemple, avancé qu’il a fait venir à Montpellier Ravi Shankar, le grand artiste indien aujourd’hui décédé, pour l’édition de 2001.
Ce qui est totalement faux, vu que ce dernier n’a jamais mis les pieds à Montpellier. En 2002, Talaat El Singaby était directeur de campagne de Jean-Louis Roumégas, candidat des Verts aux législatives sur la 1re circonscription. Ce qui n’était pas du goût de Georges Frêche, alors maire de Montpellier et président de l’Agglo. Georges Frêche a alors décidé de couper les subventions à Talaat El Singaby, déclarant que ledit festival n’avait pas une dimension internationale, mais locale. Suite à cela, Talaat El Singaby a pris sa carte au PS et a fait campagne pour Georges Frêche, lors des régionales de 2004. Par conséquent, il était de nouveau en grâce auprès de Georges Frêche. Aujourd’hui, il bénéficie des subventions de la Ville, de l’Agglo, du Département et de la Région, malgré le niveau médiocre de son festival. En 2011, il a engrangé 470 000€ de subventions publiques. Une paille ! La presse locale joue un rôle non négligeable dans le clientélisme.
C’est Pierre Serre, patron de La Gazette , qui s’illustre le mieux dans cet exercice. Ainsi, en 2004, il qualifiait Georges Frêche de « géant » et de « grand », d’autant plus que certains articles concernant l’ancien élu étaient rédigés par les services de l’Agglo ! En contrepartie de ses louanges, La Gazette bénéficie des largesses annonces légales et de l’argent de la communication des collectivités socialistes d’ici.
Un autre client des collectivités locales est Jean-Paul Montanari. Ce dernier est d’ailleurs l’un des plus fervents serviteurs des socialistes.
Il était de tous les combats de Georges Frêche, et il continue de servir Jean-Pierre Moure. En contrepartie, le Seigneur de Cournonsec subventionne sans compter le festival Montpellier Danse, et assure un salaire confortable à Montanari. Les milieux israélites de Montpellier bénéficient, eux aussi, des largesses des socialistes d’ici, à travers leur association, L’institut Maïmonide. Ils bénéficient également de subventions pour le centre communautaire juif.
Mais ce sont des soutiens indéfectibles des socialistes lors de chaque élection. À juste titre on peut dire qu’à Montpellier, le clientélisme est monnaie courante !

Jean-Louis Lebrun

Les commentaires sont fermés.