Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/08/2013

Architecture: en France "on ne prime que des gens qui font des parallélépipèdes."

Par exemple, la nouvelle mairie de Montpellier !

toit.png

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/08/29/la-deflagration-guggenheim_3468529_3246.html

LE MONDE CULTURE ET IDEES | 29.08.2013 à 16h51 • Mis à jour le 29.08.2013 à 17h04 |Par Raphaëlle Rérolle (Bilbao (Espagne), envoyée spéciale)

Image 1.png

On raconte en Espagne que le roi Juan Carlos, découvrant le Guggenheim de Bilbao, lâcha une vigoureuse et fort peu royale exclamation de surprise. Il est vrai que le bâtiment de l'architecte américano-canadien Frank O. Gehry fait partie des rares constructions qui provoquent un choc immédiat. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il ébahit. L'année suivant son inauguration, en 1998, 1,3 million de visiteurs étaient accourus de tous les continents pour voir cette énorme fleur de titane poussée au bord du fleuve Nervion.

Brusquement, Bilbao devenait la destination à la mode. Mieux : grâce à l'impulsion donnée par ce musée hors normes, la ville basque prenait son élan vers un destin entièrement nouveau. Bondissant hors du cercle des villes moyennes où l'avait confinée le déclin de ses chantiers navals, elle se taillait une jolie place sur la carte du monde. C'était le début de ce que l'on appelle l'"effet Guggenheim" : une véritable déflagration qui a durablement marqué le monde de l'urbanisme et celui de l'architecture.

"UNE NOUVELLE ÉPOQUE POUR BILBAO"

Quinze ans après, le monstre étincelant attire encore un million de visiteurs chaque année, dont deux tiers d'étrangers. Avec ses 24 000 mètres carrés, ses 20 salles d'exposition, ses milliers de tonnes de béton et de plaques métalliques, c'est une sculpture ondoyante qui reflète le ciel et les eaux du Nervion.

pour lire la suite :

La déflagration Guggenheim.pdf


Les commentaires sont fermés.