Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/11/2013

Montpellier : dernière saison pour les voitures au Petit-Travers (suite)

Voici le rapport du commissaire enquêteur sur l'enquête publique de cette année.

À lire.

Toutes les critiques au projet sont éludées. Bravo !

rapport Lido Carnon.pdf

rapport Lido Carnon.doc

----------------

voir la note du 16/5/2013 sur ce blog :

 Scandale : vers une...

lu sur :

http://www.midilibre.fr/2013/04/20/derniere-saison-des-automobiles-au-petit-travers,682404.php

Montpellier : dernière saison pour les voitures au Petit-Travers - Midi Libre

OLLIVIER LE NY

20/04/2013, 08 h 37 | Mis à jour le 20/04/2013, 14 h 55
 
-------------

La route littorale RD 59 aura totalement disparu d’ici deux ans, à l’orée de l’été 2015. Mais sa destruction sera effective à 75 %, dès la première phase du chantier, en 2014.

C’est une affaire de mois. La réhabilitation du lido du Grand et du Petit-Travers en termine avec sa phase réglementaire, une étape, "complexe", pour ce territoire très protégé, sanctionnée jeudi soir par l’approbation, par les délégués du Pays de l’Or, du dossier d’enquête publique.

Annoncé l’an dernier, après une interminable concertation, confié par les partenaires - Europe, État, Département, Région, les cités de La Grande-Motte et de Mauguio - à l’agglo, qui en assure la maîtrise d’ouvrage, le projet vit ses ultimes ajustements. À la barre, le paysagiste alsacien Alfred Peter a dû amender la copie dévoilée en juillet 2012, sans cependant attenter à l’essentiel : l’anéantissement de la route littorale RD 59.

La RD59 détruite à 75 % dès 2014

Cette voie aura totalement disparu d’ici deux ans, à l’orée de l’été 2015. Mais "sa destruction sera effective à 75 %, dès la première phase du chantier", explique Valentina Cosma, la directrice chargée du développement, à la communauté. Soit dès 2014. On lui aura alors substitué partiellement une contre-allée, de près de 2 km, le long de la quatre-voies, la RD 62. "Le dernier quart sera démoli lors de la seconde phase de travaux, à l’issue de la saison estivale 2014."

Le stationnement aura donc déjà basculé, pour l’essentiel, sur les espaces aménagés entre pinède et voie rapide, étirés sur sa longueur et d’une capacité de mille véhicules. L’intérêt : "Homogénéiser la présence humaine sur l’ensemble du site", défend la proposition Peter.

"Il est apparu que cet équipement n’était pas compatible avec la loi littoral"

Sur cela, comme sur le réseau de cheminements piétons qui conduiront les visiteurs à la mer, la restauration des zones humides et la reconstitution du cordon dunaire, le projet n’a pas évolué. À l’inverse, les allers-retours avec les services de l’État ont enterré la maison du site. "Il est apparu, relève Valentina Cosma, que cet équipement n’était pas compatible avec la loi littoral, aucune réalisation n’étant autorisée dans la bande des 100 m." La Direction de l’environnement (Dreal) a également tiqué sur le positionnement de la piste cyclable, insérée dans les dunes.

Du coup, la piste "est reportée au nord près de la contre-allée automobile", explique Yvon Bourrel, le patron de l’intercommunalité. Et la maison du site, espace pédagogique, trouvera sa place, sur la plage elle-même, "sans doute intégrée à la paillote Lire à la plage, à l’occasion de la nouvelle concession en discussion entre l’État et Mauguio-Carnon", envisage Valentina Cosma.

Fin de l'enquête publique en octobre, bouclage des travaux en 2015

Reste, désormais, à lutter contre la marche inexorable du temps : pour profiter des fonds européens, il faut boucler les travaux en 2015.

Lancée "avant l’été, l’enquête publique doit aboutir pour octobre, insiste Christophe Bel, directeur adjoint de la collectivité, pour que l’on puisse attribuer les marchés." Chaque phase de chantier a été estimée à sept mois et ne devra pas empiéter sur le début de saison. Ce sera donc tendu jusqu’au bout.

 
-------------

et sur ce blog les notes du :

9/5/2010 :  Pétition pour sauver la...

4/7/2011 : La plage du petit travers...

21/7/2011 : La plage du petit travers...

11/2/2012 :  Fermeture définitive de la route du Petit-Travers / Grand-Travers ...

commentaire sur la décision prise :

Cette décision est à la fois stupide et contestable. Elle va conduire à un changement de la fréquentation de la plage mais certainement pas à une protection du site. En effet, ce site n'est pas mis en danger par les usagers mais par l'érosion marine.

Il faut savoir que la modification du littoral résulte d'une part des courants, d'autre part de la disparition de la recharge en sable à la suite de la construction des barrages sur le Rhône, car le delta de ce fleuve et la recharge en sable des côtes voisines proviennent des matériaux d'érosion du fleuve.

Qu'en est-il de la plage entre Carnon et la Grande-Motte ? Elle n'est plus naturellement rechargée en sable et l'érosion marine l'attaque d'autant plus que des épis ont été construits à Carnon et Palavas et retiennent le sable qui pourrait la recharger de façon naturelle en raison des courants marins. La seule solution est de la recharger périodiquement en sable, comme ce fut fait il y a quelques années.

Que va-t-il se passer, quant à sa fréquentation ? Les familles avec enfants, en particulier les familles modestes, venant avec pique-nique, parasol, etc ... seront pénalisées sur le plan de la durée et la difficulté du transport et céderont la place aux "adultes-aisés-sportifs-sans enfants". Est-ce une bonne chose ? Certainement pas !

On peut se demander ce qui motive nos politiciens locaux dans cette décision.

La phrase du maire de Mauguio, Yvon Bourrel, qualifiant la route de "point dur contribuant à l’érosion, car il empêche la fixation du pied de dune" est une "absurdité géologique", permettez moi l'expression !

Réfléchissez : loin de contribuer à l'érosion, la route protège l'intérieur des terres. Car derrière la route, et avant l'étang de Mauguio il y des dunes "fossiles" (ie: qui ne sont plus rechargées en sable).Que se passerait-il si on laissait l'érosion se faire sans recharger la plage en sable ? Tout simplement, la plage disparaîtrait, la mer finirait par atteindre la voie rapide (D62) puis l'étang de Mauguio. Pas tout de suite, bien sûr, mais en l'espace de quelques décennies. Ce sera pour nos petits-enfants, ou les enfants de nos petits -enfants.

Est-ce là ce qui est envisagé ? 

Je ne le pense pas : imaginez la disparition complète de la plage et de la voie rapide : quel responsable politique local est prêt à l'envisager ???

Finalement, n'y aura-t-il pas une privatisation de fait du littoral, avec avantages accordés aux plages privées, aux parkings présents et futurs théoriquement gratuits mais qui seront payants un jour ou l'autre, comme à Maguelone. Vous ne croyez pas ?

et enfin :

16/3/2012 : Fermeture définitive de la...

Fermeture définitive de la route du Petit-Travers / Grand-Travers (suite 4)

Il paraît, selon Monique Pétard, vice- présidente du Conseil Général, que la fermeture de la route départementale RD59 est nécessaire pour protéger la plage du Petit travers/Grand travers de l'érosion.

Cette affirmation est évidemment peu crédible (voir la note du 11/2/2012 : Fermeture définitive de la route du Petit-Travers / Grand-Travers (suite 3)).

Par contre, il est vraisemblable qu'implanter des plages privées n'est pas sans conséquence sur l'érosion accélérée face aux emplacements des dites plages.

Voici un sujet qui mériterait un article documenté de la part des journalistes locaux.


Image 4.png

Les commentaires sont fermés.