Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2013

Le Théâtre des 13 vents de Montpellier

lu sur :

www.lemonde.fr/culture/article/2013/12/14/rodrigo-garcia...

LE MONDE | 14.12.2013 à 08h43 |

Fabienne Darge

Il fallait oser, le ministère de la culture, en accord avec les tutelles locales, l'a fait : nommer Rodrigo Garcia à la tête du Centre dramatique national-Théâtre des 13 vents de Montpellier, en remplacement de Jean-Marie Besset. Il fallait oser, parce que l'auteur-metteur en scène hispano-argentin, âgé de 49 ans, est souvent considéré comme un trublion, voire un provocateur, avec son théâtre proche de la performance et des arts plastiques, qui travaille la matière même de la violence et de la perte de sens de notre époque.

Quatre candidat(e)s restaient en lice à l'issue de la présélection : la jeune auteure Marion Aubert, les metteurs en scène Christine Letailleur et Cyril Teste, et Rodrigo Garcia. En se portant sur ce dernier, le ministère fait le choix d'un geste artistique fort et non consensuel. « Un Centre dramatique national, c'est fait pour être un outil de création au service d'un artiste, pas pour être un robinet d'eau tiède », argumente Michel Orier, directeur de la création artistique au ministère de la culture. Le consensus entre les tutelles nationales et locales s'est opéré autour du projet de Rodrigo Garcia, qui met l'accent sur la création contemporaine et européenne, sur les arts plastiques et propose une ouverture importante sur la création numérique, bien implantée dans cette ville jeune et universitaire. Le fait que Garcia soit espagnol d'origine argentine a aussi joué dans cette cité tournée vers le voisin ibérique.

Ce choix ne manquera pas de susciter le débat, voire la polémique, sur la place du répertoire et du théâtre traditionnel face aux nouvelles formes plus performatives et plastiques. Rodrigo Garcia, lui, prendra ses fonctions dès le 1er janvier 2014, après le départ de Jean-Marie Besset, dont la nomination par Frédéric Mitterrand en 2010, avait suscité la réprobation d'une grande partie du monde du théâtre public. Il y a en effet un monde entre le théâtre de Besset, marqué par un académisme certain, et celui, furieux et poétique, déployé par Garcia dans ses pièces.

VASTE MERCATO

Avec cette nomination, le ministère de la culture arrive presque au bout du vaste mercato qui a vu, en quelques mois, le renouvellement d'une grosse dizaine de directeurs d'institutions théâtrales. Il restera à s'occuper du Théâtre de l'Union-Centre dramatique national de Limoges, dirigé par Pierre Pradinas, et, surtout, des deux gros morceaux que sont le Théâtre national de Strasbourg (TNS) et la Comédie-Française. A Strasbourg, où le mandat de Julie Brochen a été prolongé jusqu'au 31 juillet 2014, la procédure de candidatures sera lancée en début d'année. A la Comédie-Française, le mandat de l'administratrice générale, Muriel Mayette-Holtz, très contestée, arrive à son terme le 31 juillet 2014. Il est fort probable que son successeur ne sera pas connu avant cette date.

Les commentaires sont fermés.