Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/06/2015

La pollution en mer, MAERA : Midi Libre, info... (suite)

.

.

.

.

.

 

Sans réponse de la rédaction du Midi Libre (voir la note du 17/6/15 sur ce blog) j'ai cherché moi-même les informations.

et j'ai trouvé :

Compte rendu de la visite du 15 Janvier 2015 de la Station d’Epuration MAERA

extraits :

Les réseaux d'assainissement

Les eaux usées sont collectées sur le lieu de leur production pour être acheminées par un réseau de conduites vers la station d’épuration. Le réseau collecteur est dit séparatif quand il n'achemine que les eaux usées ou unitaire quand il achemine aussi les eaux pluviales. Trois bassins semi-enterrés pour un volume de 25 000 m3 permettent la régulation de ces eaux pour un débit maximum de 4 m3/s, si le débit est supérieur, après de fortes pluies par exemple, la partie supplémentaire est alors déversée directement au Lez.

Elle permet de préserver le patrimoine naturel, rivières, étangs, lagunes. En particulier elle a permis d’améliorer la qualité environnementale lagunaire.

Pour plus d’information du réseau Lagunaire : http://rsl.cepralmar.com/intro_01.html

Les micropolluants contenus dans les eaux traitées ne sont pas totalement éliminés et sont rejetés en mer, ils seront ensuite dispersés dans les eaux pour élimination. Même présents en petites quantités, les micropolluants ne sont pas exempts d'impacts environnementaux et sanitaires.

consultez :

ODAM - Gestion des eaux usées - Compte-rendu de la ... - Ouvaton

odam.ouvaton.org/articles.php?lng=fr&pg=241
 
27 févr. 2015 ... ODAM, OIDEAM, ODEMMI, Déchets, biodéchets, Agglo de ... Consultez :http:// odam.ouvaton.org/file/MAERA_RECYCLAGE_2_07_2010.pdf.

Date de création : 27/02/2015 @ 09:55

extraits :
 
 "La station d’épuration « Maera » C’est le choix d’un investissement excessif de 150 millions d’euros. A ce coût il faut ajouter les frais des raccordements de chaque ville ainsi que l’eau nécessaire pour l’étiage du Lez (eau acheté au bas Rhône), un véritable gâchis. Une « Rolls Royce » qui lui permet de polluer « écologiquement » le Lez après de forts orages et la Méditerranée en permanence jusqu’à ce jour. "...
... (le) tuyau en mer était une aberration. Il y avait bien une réhabilitation de la qualité des eaux du Lez mais à quel prix : envoyer une eau insuffisamment épurée de ses micropolluants vers le Golfe d'Aigues Mortes. Il y avait un pari : le courant Ligure devait balayer cette eau. Or, le courant Ligure balaye bien le Golfe du Lion mais ne pénêtre pas dans le Golfe d'Aigues-Mortes. D'autre part, la station d'épuration de Caen-la-Mer (Calvados) qui a une capacité équivalente à celle de Maera, rejette directement dans l'Orne, de l'eau jugée de "qualité baignade" qui a été stérilisée par des batteries de lampes UV et qui a fini d'être filtrée dans un parc végétal (roseaux, etc.). Ils ont fait l'économie des 65 millions d'euros d'un tuyau de 30 km. Le prix d'une batterie de lampes UV et d'un jardin filtrant, c'est "peanuts". On aurait eu ainsi de l'eau pour soutenir l'étiage du Lez !
La gabegie des fonds publics, à Montpellier-la-surdouée, on connaît !

Commentaires

c'est catastrophique les ruissellements créés de nombreuses pollutions

Écrit par : elodie24 | 24/06/2015

Les commentaires sont fermés.