Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/07/2014

Préfecture de l'Hérault : OMERTA sur les patrimoines des élus ?

communiqué :

Montpellier, le 25 juin 2014 

XXXXX

Montpellier 

à 

Monsieur le Préfet de l'Hérault 

Préfecture de l'Hérault 

Montpellier 

E.V. 

Monsieur le Préfet, 

Je suis un peu surpris par la lenteur (l'insouciance ? la mauvaise volonté ?) de vos services. 

Ayant lu dans un article du 4/6/2013 de la revue "Capital" que "les déclarations de patrimoine 

des parlementaires seront rendues publiques sous la forme d'un droit de consultation en 

préfecture par tout citoyen inscrit sur les listes électorales",  je suis passé en préfecture le 

26 mars dernier, où j'ai eu affaire à une personne me disant être "la chef de service” compétente 

en la matière et m'assurant qu'il fallait que je m'adresse à la "Commission nationale des comptes 

de campagne et des financements politiques". 

Ayant constaté, par des recherches sur internet, que ce n'était pas le cas, je lui ai envoyé le 2 

avril dernier le courriel suivant : 

------------------ 

De :  XXXXX

Objet : consultation du patrimoine des élus 

Date : 2 avril 2014 08:41:45 HAEC 

À :   xxxxx.xxxxx@herault.gouv.fr 

Madame, 

J'ai eu l'occasion de discuter avec vous, le mercredi 26 mars dernier, alors que je passais à 

la préfecture pour consulter les patrimoines des élus locaux. 

Vous m'aviez assuré, en tant que chef de service, qu'il fallait que je m'adresse à la "Commission 

nationale des comptes de campagne et des financements politiques". 

J'ai été sur le site internet de cette commission. Il ne semble pas que les patrimoines des élus 

soient consultables par internet. 

Par contre, j'ai trouvé quelques informations anciennes (2013) indiquant que ces patrimoines 

sont consultables en préfecture. C'est d'ailleurs sur la foi de telles informations que j'étais passé à 

la préfecture de l'Hérault. À titre d'exemple, je joins à ce courriel la copie en fichier pdf (*) d'un article 

que j'ai trouvé, dont voici un extrait : 

..."L'amendement clé du texte dispose que les déclarations de patrimoine des parlementaires 

seront rendues publiques sous la forme d'un droit de consultation en préfecture par tout citoyen 

inscrit sur les listes électorales"... 

Pourriez-vous m'indiquer la marche à suivre ? À qui dois-je faire la demande en préfecture ? Je 

précise que je suis inscrit sur les listes électorales de Montpellier. 

En vous remerciant par avance, je vous prie d'agréer, Madame, mes salutations distinguées. 

XXXXX

------------------------- 

Ce courriel m'étant revenu pour cause de "destinataire inconnu"(<xxxxx.xxxxx@herault.gouv>: Host 

or domain name not found. Name service error for name=herault.gouv type=A: Host not found), j'ai alors 

cherché à contacter vos services par le site de la préfecture de l'Hérault, et ce à plusieurs 

reprises (voir ci-dessous un exemple *). Ce fut en pure perte : je recevais bien un courriel de 

confirmation, mais jamais aucune réponse ne m'est parvenue. 

C'est la raison pour laquelle je m'adresse aujourd'hui directement à vous, Monsieur le Préfet. 

Pourriez-vous m'indiquer ou me faire indiquer la marche à suivre pour consulter le patrimoine de 

nos élus locaux ? 

En vous remerciant par avance, je vous prie d'agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations 

distinguées. 

XXXXX

------------- 

(*) 

Bonjour, 

Votre message vient d'être transféré au service concerné. 

Cordialement, 

-------- Message original -------- 

Sujet: [INTERNET] Patrimoine des députés et sénateurs du 34 

De : pref34@hebergement2.interieur-gouv.fr 

Pour : pref-communication@herault.gouv.fr 

Date : 19/04/2014 10:16 

L'information suivante a été collectée: 

Vous êtes: particulier 

XXXXX

Ville: Montpellier 

Téléphone: XXXXX

Télécopie: 

Sujet: Patrimoine des députés et sénateurs du 34 

Destinataire: Webmestre 

Message: Bonjour, Selon les informations que j'ai lues dans la presse en 2013, les patrimoines des élus sont 

consultables en préfecture : ..."les déclarations de patrimoine des parlementaires seront rendues publiques 

sous la forme d'un droit de consultation en préfecture par tout citoyen inscrit sur les listes électorales"... Je 

souhaite consulter les déclarations de patrimoine des députés et sénateurs actuels du département de 

l'Hérault. Pourriez-vous m'indiquer la marche à suivre ? À qui dois-je faire la demande en préfecture ? Je 

précise que je suis inscrit sur les listes électorales de Montpellier. Merci d'avance pour vos renseignements. 

XXXXX Montpellier 

Caractères de sécurité.: ****** 

(*)

Le patrimoine des élus pourra être consulté, mais ne sera pas publié - Capital.fr.pdf

27/06/2014

Les patrimoines de nos ministres

Les ministres publient leur patrimoine, Le Guen épinglé

Reuters via Yahoo! France Actualités 

PARIS (Reuters) - L'opération transparence sur le patrimoine des membres du gouvernement, lancée après l'affaire Cahuzac, s'est révélée dans l'ensemble conclusive, un seul ministre ayant été épinglé par l'instance indépendante chargée de vérifier les déclarations.
Les aveux de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait admis avoir détenu un compte bancaire non déclaré en Suisse, avaient provoqué une onde de choc au printemps 2013 et contraint François Hollande à préparer une série de mesures visant à "moraliser" la vie politique.
En octobre 2013, une loi sur la transparence avait été votée, ouvrant la voie à la publication des patrimoines et des intérêts des membres du gouvernement et à leur vérification par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).
Sur les 30 membres du gouvernement dont les déclarations ont été passées au crible, seul Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, se voit reprocher par la HATVP d'avoir sous-évalué ses biens.
"Lors de l’examen de la déclaration de situation patrimoniale de M. Jean-Marie Le Guen, la Haute Autorité a relevé que les biens et droits immobiliers détenus par l’intéressé étaient évalués à des montants inférieurs aux prix constatés pour des biens comparables", souligne l'instance sur son site internet www.hatvp.fr (*).
"Après échanges avec la Haute Autorité, M. Le Guen a revalorisé certains de ses biens immobiliers et a fait état, pour les autres, de caractéristiques motivant son évaluation initiale", ajoute-t-elle.
Le secrétaire d'Etat se défend dans Le Monde.
"Dans ma déclaration de patrimoine, j'ai choisi de reprendre l'estimation de celui-ci effectuée par la HATVP. Personne ne peut donc parler de sous-estimation", indique-t-il.
LIVRETS, LOGEMENTS, PRÊTS
Au total, 30 des 32 membres du gouvernement, le Premier ministre Manuel Valls compris, ont rempli leur déclaration en indiquant la superficie et le prix des logements dont ils sont propriétaires, les comptes, les livrets et les assurances en leur possession, ainsi que les potentiels prêts contractés.
Les déclarations du secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification Thierry Mandon et la secrétaire d'Etat chargée du commerce Carole Delga seront elles rendues publiques prochainement compte tenu de leur récente nomination.
"Déjà pratiquée dans la majorité des pays d’Europe, cette publicité a vocation à permettre aux citoyens de s’assurer, par eux-mêmes, de la mise en œuvre des garanties de probité et d’intégrité de leurs élus", souligne la HATVP dans un communiqué.
L'ensemble des déclarations resteront en ligne "pendant toute la durée des fonctions ministérielles des personnes concernées", précise-t-elle.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

(*) Accueil | Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

www.hatvp.fr

25/06/2014

Gaz de schiste : marche citoyenne de protestation le SAMEDI 28 JUIN dans la région

communiqué :

AUDE ET HERAULT: Le pétrolier Lundin Petroleum vient d'annoncer officiellement son intention de procéder à des relevés de sismique afin de renouveler son permis de recherche d'hydrocarbures sur la région.
Les collectifs locaux anti-gaz de schiste organisent une marche citoyenne de protestation le SAMEDI 28 JUIN.

RASSEMBLEMENT SAMEDI 28 JUIN A 9H00
A LA COOPERATIVE D'ARGELIERS (11)
DEPART POUR MIREPEISSET VIA LE ROND POINT DE CABEZAC A 10H00
ARRIVEE ESTIMEE 13H00 A L'ESPACE LA GARENNE DE MIREPEISSET

PREVOYEZ BANDEROLES, CHAPEAU, CREME SOLAIRE ET PIQUE-NIQUE
DIFFUSEZ CETTE INFORMATION, NOUS DEVONS ETRE NOMBREUX

POUR LE GARD, L'OFFICE DU TOURISME DE BARJAC ENREGISTRE LES OFFRES ET DEMANDES DE CO-VOITURAGE
TEL 09 62 27 66 19
 

A faire circuler le plus largement possible. 

Cordialement

L'Intercollectif Gardéchois

====================== 

SITE DE VIGILANCE ET D'ALERTE DES COLLECTIFS « ANTI GAZ ET HUILES DE SCHISTE » GARDOIS

http://www.bassindales.fr/
Twitter: 
https://www.twitter.com/bassindales
Rejoignez-nous sur Facebook: 
bassindales
le site du collectif 07 : 
http://www.stopaugazdeschiste07.org/

Numéros de vigilance
Véhicules, camions ou travaux suspects? Mouvements sur terrain? Contactez les numéros d'alerte ci-dessous. Notez bien ces numéros et gardez-les précieusement sur vous! Avant tout signalement, précisez: lieu et/ou direction.
Gard: 06 95 60 22 27 - Ardèche: 06 23 66 15 51

20/06/2014

Gaspillage de l'argent public : un exemple dans l'Aude (suite)

Suite de la note du 12/06/2014

Gaspillage de l'argent...

lu sur le Canard de cette semaine :

Image 1.png

16/06/2014

Gaz de schiste : mobilisation à Argeliers

communiqué :

Image 1.png

12/06/2014

Gaspillage de l'argent public : un exemple

Un exemple dans l'Aude.

lu sur le Canard de cette semaine :

Image 1.png

10/06/2014

Rassemblement à Notre-Dame-des-Landes les 5 et 6 juillet 2014

lu sur BASTAMAG (lien ci-contre)

Grands projets inutiles : des caravanes d’opposants en route vers Notre-Dame-des-landes

 09/06/2014 COLLECTIF

Des caravanes, partant de plusieurs lieux emblématiques, vont prendre la route pour converger vers un grand rassemblement prévu à Notre-Dame-des-Landes, les 5 et 6 juillet 2014. A pieds, en vélos, en tracteurs, en voitures... Un grand mouvement à travers toute la France se met en marche pour dénoncer l’artificialisation des terres agricoles et les grands projets nuisibles. Basta ! relaie leur appel.

Ensemble pour renforcer les actions contre les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII), pour la préservation des terres et des emplois agricoles, pour un autre choix de société qui ne mettrait plus en danger la biodiversité et l’avenir des générations futures... Faisons du prochain grand rassemblement national contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les 5 et 6 juillet 2014, un moment d’informations et d’échanges militant et festif !

Cette convergence est l’occasion, à partir des luttes locales, décentralisées sur tout le territoire, de populariser et de fédérer ces luttes. Elle se traduira par différentes formes d’actions déterminées : des caravanes, des points de rencontre et d’informations, des meetings dans les villes et campagnes traversées en vue d’arriver au moment du rassemblement final sur les terres de Bellevue le 4 juillet vers 19h.

Ces « caravanes » (à pieds, vélos, tracteurs, voitures...) partiront des principaux sites de lutte où se trouvent les Grands Projets Inutiles et Imposés. Elles convergeront vers Notre Dame des Landes pour arriver au moment du rassemblement final. Six grands parcours sont en train de se dessiner. Plus de 10 caravanes avec des étapes s’arrêteront dans des lieux symboliques de luttes. Huit rassemblements décentralisés sont envisagés le week-end des 28 et 29 juin ainsi que trois grandes convergences les 2 et 3 juillet.

Un grand mouvement, à travers toute la France se met en marche pour dénoncer l’artificialisation des terres agricoles et les grands projets nuisibles. Tous les chemins convergent vers Notre-Dame-des-Landes et son grand rassemblement des 5 et 6 Juillet 2014.

Pour participer aux caravanes ou suivre les mobilisations : convergencesndl.over-blog.com ou cliquez sur la carte ci-dessous.

06/06/2014

Contre l'industrialisation de l'agriculture : NON AUX 1000 VACHES

communiqué :

DES FERMES, PAS DES USINES !!!

NON AUX 1000 VACHES

 Le 28 mai 2014, une cinquantaine de paysans de la Confédération Paysanne (dont plusieurs de la région PACA) ont mené une action de démontage de la salle de traite de la ferme - usine des 1000 vaches dans la Somme. Quatre d'entre eux ont immédiatement été placés en garde à vue. S'en est suivi un peu plus tard, celle de Laurent Pinatel, porte-parole national, interpellé de façon très musclée en gare d'Amiens. Et ce après avoir interpellé le Ministre de l'Agriculture présent au lancement de la quinzaine du « Printemps bio » à Paris. Laurent Pinatel lui avait alors apporté les pièces de la salle de traite démontées le matin même, tout en demandant à Stéphane Le Foll de se positionner clairement sur son projet d'agriculture.
 

Pour l'Agriculture paysanne

Contre l'industrialisation de l'agriculture

Soutenons les paysans menacés par la répression 
>

> > Prenez 20 fermes de 50 vaches (la moyenne en France), et leurs 42 paysans (2,1 par ferme en moyenne), et mettez-les dans un hangar de la taille de deux terrains de football. Et enlevez les paysans, mettez plutôt 18 ouvriers au salaire minimum.

> > Vous voilà prêts à produire… du lisier ! En effet, tout l'intérêt n'est pas de produire du lait, mais d'alimenter un méthaniseur géant avec les déjections des vaches. D'ailleurs, il vous faudra aussi 3000ha de terres agricoles, pas pour installer des paysans, mais pour épandre le digestat du méthaniseur.

> > Et le lait ? Bonne question. Il y en aura beaucoup puisque les vaches seront traites trois fois par jour. Mais il reste tout de même bien moins intéressant que l'énergie produite par le méthaniseur subventionné. On le vendra donc 270 euros la tonne. A quelques mois de la fin des quotas, voilà qui ne réjouit pas vraiment les éleveurs qui s'en sortent tout juste à 350 euros la tonne.

> > Mais si les 1000 vaches voient le jour, les éleveurs des 75 000 fermes laitières de France devront surtout changer de métier. Il ne faudra plus que 2500 exploitations pour produire la même quantité de lait !

> > Alors, à la Confédération paysanne, nous avons pris nos responsabilités en stoppant à deux reprises ce projet fou, en interpellant sans relâche les décideurs politiques, en refusant cette industrialisation de notre métier !

> > Aujourd'hui, nous avons le soutien des éleveurs et de la société. Face à nous, le promoteur du projet, un entrepreneur en BTP converti à l'agriculture industrielle. Avec le pouvoir de l'argent. Deux visions s'affrontent :

Des fermes ou des usines ?

Notre choix est fait ! Et vous ?

Nos cinq camarades paysans, dont Laurent Pinatel et un jeune paysan du 06, sont convoqués au tribunal d'Amiens le 1er Juillet 2014, et ce pour avoir manifesté leur opposition à ce projet aberrant. Je signe ce texte pour les soutenir : 
>
 
> Confédération Paysanne du Var
>
Maison du Paysan
> ZAC de Gueiranne
> Rte du Vieux Cannet
> 83 340 LE CANNET DES MAURES
> Tel : 04 94 85 27 10 ou 06 30 60 97 14
>
Nouveau site internet : http://var.confederationpaysanne.fr/
 
Quelques vidéos : 
> 5 militants de la Confédération paysanne placés en garde à vue pour avoir démonté la salle de traite (en construction) de ce projet aberrant et très controversé que représente celui de la ferme - usine des 1000 vaches, située près d'Abbeville dans la Somme.
> Après l'action du 28 mai 2014 sur la ferme-usine des 1000 vaches, Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne, interpelle Stéphane Le Foll sur son projet d'agriculture pour la France. 
> Témoignage d'une des militantes placées en garde à vue après le démontage de la ferme des Mille vaches à Drucat.

22/05/2014

Européennes de dimanche : les dés sont pipés

communiqué :

L’UPR saisit en urgence le CSA en raison du non-respect, par les grands médias audiovisuels, des principes démocratiques posés par l’article 4 de la Constitution

le 27 avril 2014 dans 

Communiqués de presse

L’Union Populaire Républicaine (UPR) a adressé, le 23 avril 2014, un courrier recommandé avec accusé de réception au Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Olivier Schrameck.

Ce courrier circonstancié – en copie de ce communiqué – demande au CSA d’intervenir en urgence auprès des médias audiovisuels de grande diffusion pour qu’ils ouvrent enfin leurs antennes à l’UPR, en application du principe d’équité posé par le CSA lui-même et en application de l’obligation, posée par la Constitution, de permettre les expressions pluralistes des opinions politiques.

L’UPR rappelle que ces principes démocratiques fondamentaux figurent en effet dans la Constitution, dont l’article 4 dispose que « la loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation ». C’est le CSA qui, en vertu de la loi du 30 septembre 1986, « assure le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale ».

Alors qu’a débuté la campagne pour les élections européennes, l’UPR, malgré sa présence dans l’ensemble des circonscriptions du scrutin et malgré son développement spectaculaire, n’est, en effet, toujours pas admise à s’exprimer ni sur les grandes chaînes de télévision, ni sur les grandes stations de radio. 

L’existence même de l’UPR n’est même jamais mentionnée nulle part dans ces médias de grande diffusion, qui  continuent de promouvoir les partis politiques qui ont été rejetés par 61% des Français, abstentionnistes au scrutin de 2009.

En outre, alors que tous les partis politiques présents au scrutin, de l’extrême droite à l’extrême gauche, proposent une « autre Europe » ou de « renégocier les traités européens » , seule l’UPR propose la sortie de la France de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN.

La diversité et le pluralisme des opinions ne sont donc pas représentés dans les médias, dès lors que ces derniers empêchent de s’exprimer le seul parti qui s’oppose au principe même de la « construction européenne ».

Le courrier de l’UPR adressé au CSA comporte :

a) une lettre de six pages, par laquelle François Asselineau, Président de l’UPR et candidat tête de liste dans la circonscription Île-de-France, demande au Président du CSA de contraindre les médias audiovisuels à jouer leur rôle démocratique normal, en application de l’article 4 de la Constitution ;

b)- un dossier de vingt-cinq pages constitué de huit annexes qui démontrent que :

1)  l’UPR rassemble désormais un nombre d’adhérents très supérieur à celui de partis politiques largement médiatisés ;

2) le site Internet de l’UPR est le deuxième site le plus fréquenté de tous les partis politiques français ;

3) les émissions ou les entretiens avec l’UPR sur les télés-web ou sur les radios de la bande FM enregistrent des succès d’audience importants, très supérieurs aux résultats obtenus sur les mêmes vecteurs par les partis ou responsables politiques constamment invités dans les médias de grande diffusion ;

4) les partis politiques « Nouvelle donne » et « Nous citoyens », lancés à l’automne 2013, ont été massivement médiatisés dès leur début, alors qu’ils n’étaient que d’une taille embryonnaire ;

5) le poids des voix obtenues par l’UPR à l’élection législative partielle du 16 juin 2013 par rapport à des formations très médiatisées ne se retrouve pas dans la représentation de l’UPR au sein des médias audiovisuels de grande diffusion ;

6) le FN fait l’objet d’une sur-médiatisation dans le but d’assimiler, aux yeux du public, le rejet de l’Union européenne à une position d’extrême droite, et d’empêcher ainsi tout débat réel de fond ;

7) en empêchant tout débat sérieux et serein sur le principe de la « construction européenne », les médias de grande diffusion contribuent de façon tragique à la dénaturation de la démocratie ;

8) en refusant d’inviter l’UPR, les médias de grande diffusion empêchent cette dernière de répondre aux attaques et manipulations du FN.

Documents :

Lettre envoyée au Président du CSA le 22 avril 2014

Passages médias des partis Nouvelle Donne et Nous citoyens

Télécharger au format PDF

29/04/2014

Vers un retour de la gestion de l'eau en régie publique à Montpellier

Bonne nouvelle lue sur :

http://www.midilibre.fr/2014/04/29/montpellier-la-gestion-de-l-eau-va-passer-en-regie-publique,854742.php

Réunion extraordinaire de l'Agglo de Montpellier le 7 mai. Un seul dossier : la gestion de l'eau.

Midilibre.fr

29/04/2014, 12 h 00 | Mis à jour le 29/04/2014, 12 h 14

Cela n'a pas trainé.

L'Agglomération de Montpellier va se réunir en session extraordinaire le 7 mai à 18 h pour entamer l'une des promesses de campagne du candidat Saurel : le retour de la gestion de l'eau en régie publique.

Les élus communautaires devront se prononcer sur les modalités de transfert lors de cette séance publique dont l'ordre du jour ne comportera que ce dossier.

27/04/2014

Portugal : anniversaire de la Révolution des œillets du 25 avril 1974

(une autre sorte de pesticide : la censure)

lu sur :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/04/22/1867412-portugal-l-anniversaire-gache-de-la-revolution-des-oeillets.html

Portugal. L'anniversaire gâché de la Révolution des œillets ?

Publié le 22/04/2014 à 03:46Mis à jour le 22/04/2014 à 08:11

Il y a quarante ans, le 25 avril 1974, le Portugal entrait en démocratie. Alors que le pays s'apprête à fêter le quarantième anniversaire de la «Révolution des œillets», une polémique assombrit le décor : la présidente de l'Assemblée nationale, Assunção Esteves, membre du Parti social démocrate (centre droit), refuse que l'Association du 25 avril, réunissant ceux qui ont fait tomber la dictature, s'exprime devant les députés !

Un œillet rouge au fusil

Lisbonne, le 25 avril 1974… la colonne blindée conduite par le capitaine Salgueiro Maia force le président du Conseil, Marcelo Caetano, à se rendre. Emmenée par de jeunes officiers, l'armée veut mettre fin aux guerres coloniales et faire souffler un vent de liberté. C'est la chute de quarante-huit ans de dictature et surtout la fin de quarante-deux ans de «salazarisme» au Portugal. Une femme met un œillet rouge au canon d'un fusil d'assaut. Dans les rues de la capitale chaque soldat a bientôt le sien. Coup d'état pour la paix, pratiquement sans sang versé… La Révolution des Oeillets et ses «capitaines d'avril» entrent dans la légende. Car – fait unique – ces militaires installeront la démocratie et rendront le pouvoir aux civils tandis que les Portugais libérés obtiendront des avancées sociales sans précédent.

Aujourd'hui ? Le portrait de feu Salgueiro Maia, mort en 1992, interroge l'emblématique place Do Comercio, à Lisbonne. Son compagnon d'armes Vasco Lourenço, l'un des principaux architectes du «25-Avril», président de l'association éponyme, et désormais colonel retraité, n'ira pas à l'Assemblée nationale pour la cérémonie du quarantième anniversaire, cette année.

Vasco Lourenço : «C'est une valeur qu'on doit défendre tous les jours»

«En 2012 et 2013, nous n'y sommes pas allés non plus, car nous pensons que le pouvoir actuel se comporte comme l'ancien régime, en héritier des vaincus du 25 avril : il attaque toutes les conquêtes de la Révolution, de la République sociale», explique alors ce dernier, dans son bureau de la rua da Misericordia, à Lisbonne, dénonçant sans langue de bois ceux qui ont conduit le pays vers la crise et le chômage, à force de corruption et de spéculations.

Il y a quelques semaines, la présidente de l'Assemblée nationale, Assunção Esteves, a appelé l'ancien capitaine d'avril. Pour la cérémonie de 2014, elle a insisté. Figure emblématique et autorité morale au Portugal, avec leurs 5 000 adhérents, «ceux du 25-Avril» ne pouvaient pas ne pas être là pour ce 40e anniversaire célébré à l'Assemblée.

Vasco Lourenço lui a donc courtoisement répondu qu'il viendrait, mais à condition de pouvoir prendre la parole devant les députés. Refusé !

«S'ils ne veulent pas venir, c'est leur problème», a alors fait savoir la présidente. Même à droite, la désinvolture a choqué. Jeudi dernier, Vasco Lourenço a donc confirmé que le Parlement «fêterait» le quarantième anniversaire sans ceux qui l'ont accouché…

Vendredi, devant l'un des nombreux œillets ornant son bureau du 95 rua Misericordia, il nous résumait : «Nous ne voulons pas être un alibi qu'on montre une fois par an. Le 25 Avril, ce doit être une valeur qu'on défend tous les jours».


A l'affiche

Chaque année, pour célébrer le 25-Avril, l'association fait réaliser une affiche par des artistes. Pour ce quarantième anniversaire ? Sur fond rouge, «1974 y est en vert, couleur de l'espoir, mais 2014 est peint en noir et entre les deux nous avons mis ce point d'interrogation blanc sur l'avenir du Portugal», la décrivent ses auteurs, le peintre Julio Pomar et le designer Henrique Cayatte qui ont ainsi choisi de résumer en une image tout ce que ressentent des millions de Portugais actuellement.

De notre envoyé spécial Pierre Challier 

--------------

voir aussi :

languedoc-roussillon.france3.fr/2014/04/23/herault-anni...

24/04/2014

Notre-Dame-des-Landes : pour une création participative

Communiqué à diffuser largement :

"artiste plasticienne de la région nantaise, je vous interpelle pour la création de la pelote de chiffons rouges sur le parcours landes art cet été à Notre Dame des Landes.

http://sofievinet.fr/en-ce-moment/la-pelote-rouge/ 

Créer une œuvre à Notre Dame de Landes n'est pas anodin. Cette création participative est un hommage aux luttes, écho à Notre Dame des Luttes, mais aussi à toutes les luttes d'hier et d'aujourd'hui, d’ici et d’ailleurs. Il s'agit de fabriquer une énorme pelote de fil rouge, réalisé avec les centaines de chiffons rouges envoyés par des gens de tous lieux, cousus les uns au bout des autres. Le cœur de la pelote sera un avion playmobile, qui disparaitra au fur et à mesure de l'enroulement du fil. La pelote sera déposée sur le parcours, au sol ou dans un arbre selon son envergure. La réalisation de cette œuvre est une autre façon de dire NON à l'aéroport et OUI à la vie.

L’Appel à participation est lancé depuis 4 semaines, je reçois encouragements et propositions d'aides,les chiffons rouges arrivent tous les jours dans ma boite à lettres mais pas encore assez pour que l'oeuvre soit représentative d'une force de résistance. Il est encore temps de diffuser cet appel le plus largement possible à vos contacts mails, sur vos sites,et surtout il est temps de m'envoyer vos chiffons rouges. en vous remerciant pour votre participation .

bien à vous sofie vinet "

-----------

pour voir comment procéder, cliquer sur le lien :

http://sofievinet.fr/en-ce-moment/la-pelote-rouge/ 

23/04/2014

Enquête sur l'usage des herbicides sur la voie publique à Montpellier

Hier, à 7h30, un employé de la société Nicollin a pulvérisé des herbicides sur les plantes fleuries de la rue de Barcelone.

Cette utilisation de produits chimiques toxiques sur la voie publique était, paraît-il, faite en accord avec la mairie de Montpellier, mandatant la société Nicollin.

Questions :

- la mairie a-t-elle réellement autorisé l'utilisation de produits chimiques toxiques sur la voie publique ?

- la législation française actuelle autorise-t-elle ce genre d'utilisation ?

L'enquête est en cours.

-----------

24/4/14

Nos demandes aux services publics (Legifrance.fr, service-public.fr) n'ont pas encore eu de réponses, MAIS

un commentaire nous apporte les précisions suivantes :

La loi "visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national" est parue au Journal officiel du 8 février 2014. Le texte a été adopté sans modification par l'Assemblée nationale, consécutivement à une proposition de loi du sénateur écologiste Joël Labbé. Il vient interdire sous certaines conditions l'utilisation de produits phytosanitaires par les personnes publiques et les particuliers. 

Cette loi, qui modifie le code rural et de la pêche maritime, comporte deux volets. Un premier volet consiste en une interdiction faite aux personnes publiques (Etat, régions, communes, départements, groupements et établissements publics), d'utiliser des produits phytosanitaires pour l'entretien des espaces verts, de forêts et de promenades. Cette règle s'appliquera à partir du 1er janvier 2020

Un second volet prévoit l'interdiction, à compter du 1er janvier 2022, de la mise sur le marché, de la délivrance, de l'utilisation et de la détention de produits phytosanitaires pour un usage non professionnel, et concerne donc les particuliers.

Remarquez les dates d'application ! 

www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT...   En cache

LOI n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national

Image 1.png

Image 2.png

Image 3.png

21/04/2014

Conseil d'Agglomération de Montpellier : Prochaine séance plénière Mardi 22 avril 2014 à 17h

communiqué :

Connaître > Fonctionnement > Conseil d'Agglomération

CONSEIL D'AGGLOMÉRATION

La prochaine séance plénière du Conseil d'Agglomération de Montpellier se tiendra 
Mardi 22 avril 2014 à 17h

Il sera notamment procédé à l'élection des Vice-Présidents.

Le conseil communautaire de Montpellier Agglomération réunit 92 membres élus. Composé des Maires et de Conseillers Municipaux de chaque commune élus par leur Conseil Municipal, il délibère et vote à la majorité des voix les projets qui lui sont soumis par les différentes Commissions. Le Conseil communautaire vote des délibérations qui sont exécutoires après affichage et transmission au Préfet.

Le conseil communautaire
Le bureau

LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE

Chacune des 31 communes est représentée proportionnellement à son nombre d'habitants, aucune commune ne peut avoir plus de la moitié des sièges. Toute commune doit avoir au moins un siège. Siégeant à l'Hôtel de l'Agglomération, le Conseil est dirigé par :

  • un Président élu à la majorité des voix : Philippe SAUREL ;
  • un Bureau comprenant le Président, 15 Vice-Présidents et un membre délégué élus par le Conseil.

LE BUREAU

Le Bureau est l'organe exécutif de la Communauté d'Agglomération. Il est composé :

  • du Président de la Communauté, Philippe SAUREL, élu à la majorité des voix par le Conseil ;
  • de 15 Vice-Présidents élus par le Conseil ;
  • d'un membre délégué élu par le Conseil.

Le Bureau est une instance d'examen et d'arbitrage des projets de la Communauté. Il se réunit régulièrement pour préparer les réunions du Conseil de la Communauté d'Agglomération.

17/04/2014

Bientôt les européennes : "L'Europe, l'Europe, l'Europe !" ... mais pour quoi faire ? (pour faire quoi ?)

C'était le 14 décembre 1965, entre les deux tours de l'élection présidentielle. Le général de Gaulle, interrogé par Michel Droit, résume ses réserves européennes en une petite phrase passée à la postérité (Citations du général de Gaulle sur l'Europe) 

" Il faut prendre les choses comme elles sont, car on ne fait pas de politique autrement que sur les réalités. Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant "l'Europe !", "l'Europe !", "l'Europe !" mais cela n'aboutit à rien et cela ne signifie rien.(...)Vous en avez qui crient : "Mais l'Europe, l'Europe supranationale ! il n'y a qu'à mettre tout cela ensemble, il n'y a qu'à fondre tout cela ensemble, les Français avec les Allemands, les Italiens avec les Anglais", etc.Oui, vous savez, c'est commode et quelquefois c'est assez séduisant, on va sur des chimères, on va sur des mythes. Mais il y a les réalités et les réalités ne se traitent pas comme cela. Les réalités se traitent à partir d'elles-mêmes. "

www.ina.fr/video/I00012536   En cache

... "Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l'Europe !l'Europe ! l'Europe "...

 Lien :

Citations passée à la postérité (Citations du général de Gaulle sur l'Europe) 

extraits :

... On le voit de Gaulle n'envisage qu'une Confédération d'Etats et fait précéder toute élection au suffrage universel (il ne précise pas si c'est suffrage direct ou indirect) d'une Assemblée, d'un référendum « organisé simultanément dans tous les pays intéressés »De plus, De Gaulle envisage alors deux Assemblées dont l'une « représenterait les réalités régionales, économiques, intellectuelles, morales, des états participants »...

... « L'essentiel, pour jouer un rôle international, c'est d'exister par soi-même, chez soi. Il n'y a pas de réalité internationale qui ne soit d'abord une réalité nationale ».

---------------------

sur le même sujet , voir aussi :

Le déficit démocratique en Europe ...

Sortir de "l'Europe à 27" ?

Sortir de "l'Europe à 27" pour échapper à l'impérialisme mercantile du néolibéralisme ? Une option à étudier attentivement : 

Qui gouverne la France et l'Europe 27 Avril 2012 ... - YouTube

► 255:28

www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3BdE

-----------------------------------------------------

lire aussi "Manière de voir" du Monde diplomatique de juin-juillet 2013 :

16 mai 2013
EN KIOSQUES et sur notre boutique en ligne
 
« Manière de voir » n°129 / Juin - juillet 2013 

Europe, droit d'inventaire

Numéro coordonné par Anne-Cécile Robert

Les élus de Barcarès et la chambre régionale des comptes du Languedoc Roussillon

lu dans le Canard de cette semaine :

barcarès.jpg

 

07/04/2014

Bon début pour le nouveau maire de Montpellier

... pourvu que çà dure ...

lu sur :

http://www.midilibre.fr/2014/04/07/le-futur-quartier-oz-n-est-plus-une-priorite,845238.php

Montpellier : trop cher, le futur quartier Oz n’est plus une priorité

G. L.

07/04/2014, 09 h 01 | Mis à jour le 07/04/2014, 12 h 45

Le nouveau maire de Montpellier (Hérault), Philippe Saurel, considère que ce projet coûte cher.

Le candidat UMP, Jacques Domergue, voulait en faire le nouveau quartier nocturne et branché de Montpellier. Jean-Pierre Moure, lui, l’initiateur du projet, rêvait de voir s’y développer un quartier d’affaires rassemblant plus de 350 000 m2 de bureaux et le futur campus de Sup de Co, gérée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Montpellier. De tout ça, il n’en est désormais plus - ou pas - question ! Le nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel, a décidé, au lendemain de son investiture, de mettre en sommeil le projet de création du nouveau quartier baptisé Oz. "Je veux qu’un bilan complet et détaillé soit fait sur l’état de ce dossier.

Le coût de ce projet est très élevé et la situation financière actuelle de l’agglomération ne permet pas, pour l’instant, de s’engager favorablement. Et puis, soyons clairs, ce sujet n’est pas prioritaire !" Ainsi, 2017 comme date annoncée de l’inauguration de ce futur quartier, coincé entre Odysseum et Lattes, est à rayer des agendas.

André Deljarry dans le collimateur

Mais au-delà du coût "excessif" de ce projet, le premier magistrat de Montpellier a également la dent dure à l’encontre du président de la CCI, qui avait annoncé, il y a quelques mois, l’implantation dans ce nouveau quartier du futur campus. "Monsieur Deljarry, qui n’a eu de cesse de critiquer la Ville ces derniers temps, oublie un peu trop vite que c’est grâce à elle qu’il a pu mener cette opération financière."

Le zonage a été modifié 

Et le maire d’expliquer : "Il y a quelques années, la Ville a modifié le zonage de l’actuel terrain de l’école de commerce, afin que soit augmentée la capacité à construire. Et cela, dans le but d’attirer de futurs promoteurs et de réussir à moindre coût son opération de transfert vers Oz. Monsieur Deljarry est prié de ne pas l’oublier !"

L’heure des règlements de compte a sonné.

------------

sur le même sujet, lire aussi un communiqué d'EELV de 2013 (donc avant que EELV s'allie à Moure):

http://montpellier.eelv.fr/over-doz-de-la-precipitation-a-lindigestion-urbaine-2703

Over d’OZ : de la précipitation à l’indigestion urbaine

Publié le 11 juin 2013 dans Actualités Communiqués de presse

Depuis plusieurs semaines le projet d’aménagement « Oz Montpellier» de l’Agglomération est exposé à longueur de publicité, promettant la verte perspective de chevaux broutant tranquillement entre deux autoroutes, d’arbres déjà centenaires au milieu de bureaux transparents. «Nature urbaine», «Quartier intelligent», «exubérance végétale» : tout semble pour le mieux dans «l’agglomération du 3e millénaire » Alors, simple écoblanchiment pour entretenir l’appétit d’immobilier d’affaire, ou réelle rupture après des décennies d’aménagement autoritaire ?

Au-delà des belles images, il y a hélas encore une fois un fait accompli, au détriment d’une vision équilibrée du développement de l’agglomération. Ce projet précipité et gourmand en investissement publics limitera les capacités de mise en œuvre d’autres propositions plus respectueuses des paysages périurbains et du Schéma de cohérence territoriale.

La politique du fait accompli: laissez-nous faire, et circulez !

Il faut noter tout d’abord que le projet de gare TGV autour duquel est positionné Oz est totalement prématuré. Comme l’ont bien rappelé récemment les associations d’usagers des transports, construire dès aujourd’hui une nouvelle gare sur cette zone est tout à fait discutable, tant les perspectives de saturation de l’actuelle sont lointaines, même en tenant compte des nouvelles voies à grande vitesse en chantier ou à venir.

C’est pourtant au nom de cette soi-disant nécessité que l’ont veut consommer 350 hectares de terres agricoles. Cherchez l’erreur… D’un côté la ville défend la densification urbaine, pour limiter son étalement, de l’autre on s’entête à prolonger Montpellier jusqu’à la mer à coups de ZAC et de «pôles d’affaires» proliférant depuis Odysseum. 

Investissements et coûts cachés: encore une hypothèque sur l’avenir 

Tout ceci revient à signer l’arrêt de mort de la ceinture verte au sud de Montpellier, déjà longuement impactée par le doublement de l’A9 et le tracé ferroviaire. Plus encore, par les dépenses d’équipements qu’il annonce, tout comme celles qu’il entraînerait  forcément (un lien  entre les 2 gares, tramway ou navette ? et un boulevard urbain ?), le projet Oz détournera durablement les financements de l’Agglomération, au lieu de les consacrer à la transition écologique de la Ville comme le propose Europe Ecologie-Les Verts Montpellier depuis des années. 

Quand une ville en arrive à ce qu’il faille s’attacher aux grilles d’un parc pour sauver un espace boisé (Clemenceau), que des projets immobiliers poussent sur des terrains de foot (Beaux-Arts) ou des poumons verts (Montcalm), que l’on cède des jardins historiques à des promoteurs (Jardin de la Reine) pour maintenant s’étaler à coups d’expropriations des terres agricoles de proximité, on se dit que Montpellier et son agglomération ne tournent pas rond en matière d’urbanisme.

Exemple symptomatique, Oz tient donc moins du projet magicien que de la classique bétonnite aiguë, fut-elle labellisée écoquartier. La seule véritable « campagne » présentée dans ce projet est en tout état de cause visiblement électorale…

Le groupe local EELV-Montpellier
Contact : Christophe Tardy, 06 79 41 42 02

----------------

et à propos d'EELV, lire aussi :

Montpellier : les Ecoloactifs réclament la dissolution du groupe #EELV

  • Écrit par  Rémy Cougnenc lundi 7 avril 2014 10:46

Après le fiasco des municipales, les écologistes sont au bord de l'implosion à Montpellier. Dans un communiqué au vitriol, la motion des Ecoloactifs réclame à ses instances nationales "la dissolution du groupe local Europe Ecologie les Verts (EELV) et sa re-création sur des bases saines".

Les auteurs du communiqué (Christian Dupraz, Nicolas Dubourg, François Baraize, Jacqueline Markovic, Marie Massart, Nadja Flank, Manu Reynaud) déplorent la situation de "mort clinique" du groupe EELV à Montpellier, aboutissement d'une "lente dérive clientéliste", d'un "projet indigent", d'une "stratégie inepte" et de "leaders disqualifiés".

"Ce résultat (ndlr : Mustapha Majdoul, seul élu d'opposition au conseil municipal) est la conséquence d'une stratégie désastreuse, d'une combinaison politicienne à courte vue mise en oeuvre par Mustapha Majdoul, fort d'une écrasante majorité basée sur des adhésions de complaisance et des pratiques frauduleuses", écrivent les auteurs du communiqué.

R.C

Publié dans Flash Hérault

01/04/2014

Montpellier , les conseillers municipaux

2014 , Montpellier , les conseillers municipaux (source: le Midi Libre)

Montpellier-conseillers municipaux-2014.pdf

 

31/03/2014

Municipales 2014 : résultats en Languedoc-Roussillon et en Aveyron

à lire sur le Midi Libre :

29/03/2014

Demain, municipales 2014. Plongeons dans le marigot.

lu sur :

www.lepoint.fr/municipales-2014/municipales-les...

Le Point.fr - Publié le 27/03/2014 à 12:22 - Modifié le 27/03/2014 à 12:34

Par 

Achat de votes, trucage des urnes... Retour sur des condamnations d'élus, prêts à tout pour briguer la mairie qu'ils convoitent. Florilège.

À droite comme à gauche, certains candidats se laissent parfois dévorer par leurs ambitions - au détriment de la légalité. Clientélisme pour les uns, fausses procurations pour les autres... Des politiques véreux sont prêts à tout pour remporter le scrutin. Certains, bien connus, sont allés jusqu'à acheter leurs voix. Quand d'autres se sont tout bonnement contentés de créer des listings d'électeurs fictifs. Dans le livre Délits d'élus, publié aux éditions Max Milo, Graziella Riou Harchaoui et Philippe Pascot ont dressé un long inventaire des magouilles d'élus en tout genre. Les archives judiciaires font le reste. Palmarès.

Des bulletins de vote plein les chaussettes

En 2008, lors des élections municipales, des bulletins de vote sont retrouvés dans les poches et les chaussettes du président d'un des bureaux de vote de Perpignan. L'homme n'est autre que le frère d'un colistier de Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan jusqu'en 2009 et président de la communauté d'agglomération. Il sera surpris une "deuxième fois en pleine tentative de faire disparaître des enveloppes contenant des bulletins de vote" d'une autre liste, explique le Conseil d'État. Le 7 octobre 2008, le tribunal administratif de Montpellier invalide les élections municipales. Jean-Paul Alduy est finalement réélu l'année suivante, avant d'abandonner son mandat pour se consacrer à ses autres activités politiques. Anecdote amusante : lors du procès, un des mis en examen avait déclaré pour sa défense : "Si j'avais voulu frauder, j'aurais pris un vêtement avec des poches adéquates." 

Des procurations à tout-va

En 2008, Jean Barull, maire du Passage d'Agen depuis 1995, risque de laisser sa casquette de maire sur son bureau. Au terme d'une campagne acharnée, l'élu finit par l'emporter par 108 voix d'avance, avant d'être accusé de fraude électorale par son adversaire. De fausses procurations avaient en réalité été fabriquées ou signées en blanc par l'équipe de campagne du maire. Jean Barull a été condamné à 10 mois de prison avec sursis, 10 000 euros d'amende et trois ans d'interdiction de ses droits civiques. Il s'est pourvu en cassation qui a confirmé sa peine.

Le bidonnage des listes électorales

En matière de fraude électorale, Jean Tibéri, le sulfureux maire du Ve arrondissement de Paris, est certainement le nom qui revient le plus souvent. L'élu a été condamné en 2013 en appel à dix mois de prison avec sursis, 10 000 euros d'amende et trois ans d'inéligibilité pour atteinte à la sincérité du scrutin. Jean Tiberi était accusé d'avoir inscrit des proches, des militants de son parti et des personnes n'habitant pas le 5e arrondissement sur les listes électorales. C'est en 1997, au moment des élections législatives, que le Canard enchaîné avait publié un article affirmant qu'en échange de fausses domiciliations, les Parisiens approchés par Tiberi s'étaient vu promettre des places de crèche ou de logements sociaux. Jean Tibéri s'est pourvu en cassation. Pour les élections 2014, le fils de Jean Tiberi a présenté sans succès une liste dissidente contre celle de l'UMP Florence Berthout. 

En matière de fraude électorale, mentions spéciales à Jack-Yves Bohbot, ancien premier adjoint de IIIe arrondissement de Paris qui "pratiquait le même sport que celui du 5e : le recrutement massif d'électeurs", selon les auteurs de Délits d'élus. Il a été condamné en 2006 à 12 mois de prison avec sursis et 2 000 euros d'amende. Tout comme Philippe Dominati, conseiller de Paris, condamné à six mois de prison avec sursis, ou encore Anne-Marie Affret, condamnée à 8 mois de prison avec sursis. 

Des subventions pour faire l'ordre dans les quartiers

Sylvie Andrieux, députée sans étiquette depuis son éviction du PS et conseillère communautaire de Marseille, savait se faire respecter dans les quartiers nord de Marseille. L'élue a été condamnée en 2013 à 3 ans de prison dont deux avec sursis, 100 000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité. Sylvie Andrieux était accusée d'avoir détourné des fonds publics pour arroser en subventions de fausses associations marseillaises. Une manoeuvre électoraliste qui lui permettait d'obtenir du monde dans ses meetings, le calme lors de ses déplacements et, bien sûr, un réservoir de voix. Elle a fait appel de cette condamnation, affirmant qu'elle n'était pas l'organisatrice de ce détournement de fonds. 

Quand Hoarau graissait la patte de ses adversaires

Claude Hoarau, candidat à la mairie de Saint-Louis à la Réunion en 2008, s'est vu annuler son élection par le tribunal administratif. Le politique s'était engagé, en échange de voix, à embaucher plusieurs proches de ses concurrents. Et puisque les deux hommes font les choses dans les règles de l'art, le tout avait été "formalisé par écrit et dûment signé par les deux parties". Un document qui tombera entre les mains de la justice. 5 ans d'inéligibilité, 4 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende pour discrimination à l'embauche et prise illégale d'intérêt contre le maire déchu. Claude Hoarau s'est pourvu en cassation et a été débouté.

Si c'est pas moi, ce sera ma femme 

Le maire du Barcarès n'est pas du genre à renoncer à sa commune. En 1999, Alain Ferrand est condamné pour abus de biens sociaux et prise illégale d'intérêts dans une sombre histoire de gestion de casinos. L'élu écope de 3 ans de prison avec sursis, 300 000 francs d'amende, et bien sûr, une peine d'inéligibilité de 3 ans. Il doit donc quitter la mairie et lègue le flambeau à sa femme. Alain Ferrand est présent partout aux côtés de sa femme qui restera à la tête de la mairie 12 ans de suite. Puis, elle est elle-même déclarée inéligible. Alain Ferrand se représente donc et est élu dès le premier tour avec près de 53 % des voix. C'est ce qu'on appelle un couple qui marche.

La voiture de fonction devient une voiture personnelle

Mesdames et messieurs les candidats, si d'aventure vous perdiez les élections au second tour des municipales 2014, que l'idée ne vous prenne pas d'embarquer avec vous la voiture de fonction de la mairie. En 2008, Michel Duhau, maire de Vaujours, s'incline devant son adversaire. L'élu partira avec la Laguna de service. Il explique au Parisien dans son édition du 21 mars 2009 : "C'était ma voiture, j'ai vécu trois ou quatre ans avec elle, je ne voulais pas voir un de ces élus rouler dedans." "Il vend donc le véhicule à un prête-nom avant de le lui racheter un mois plus tard", écrivent Graziella Riou Harchaoui et Philippe Pascot. Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny à 15 000 euros de dommages et intérêts à verser à la commune. 

28/03/2014

2ième tour des municipales à Montpellier, des précisions concernant le report des voix

communiqué par Ensemble! (MAGes) membre du Front De Gauche, 34. jeudi, mars 27 2014, 18:39.Montpellier, entre-deux tours. Notre point de vue sur les discussions qui ont eu lieu.

(les surlignages sont de moi )

La presse locale, notamment Montpellier Journal (*), s'est fait l'écho de la crise au sein du Front de Gauche Montpellier  à propos des discussions sur une éventuelle fusion technique. Crise provoquée par le comportement de la direction locale du Parti de Gauche. Notre point de vue ci-dessous.

A propos des discussions suite au premier tour des municipales

A MONTPELLIER

Au vu de notre score, nous ne pouvions nous maintenir au second tour. Ce score de 7,6%, 5 500 voix, est en deçà de ce que nous pouvions espérer au départ de la campagne. Il y a des responsabilités locales, en particulier, il aurait fallu une conception plus collective de la campagne. Nous reviendrons sur cet aspect prochainement.   Cependant, à l’échelle nationale, alors que le PS subit une défaite, le Front de Gauche n’effectue aucune réelle percée tandis que les listes d’extrême gauche obtiennent des scores souvent très bas. Le problème politique est donc bien plus profond que celui d’une campagne mal menée.

Nous revenons ci-dessous  uniquement sur le dernier épisode de la campagne : l’après premier tour  et les discussions autour d’une éventuelle fusion « technique », c’est à dire respectant l’indépendance des éventuels élus de notre liste, écartant toute forme de solidarité de gestion.

Les éléments de crise évoquées ci-dessous ont été repris par plusieurs articles de presse. Il nous semble donc logique d’apporter des éclaircissements.

Nos critiques portent ci-dessous sur le fonctionnement d’une direction, la direction locale et départementale du Parti de Gauche, elles ne visent pas les militantes et militants de ce parti avec qui nous partageons de nombreux combats communs.

Lundi matin, réunion FDG. Discussion pour voir si une éventuelle fusion technique avec la liste Saurel est possible

Après le premier tour, sur la base du mandat donné par les réunions d'Ensemble, réunions avec une bonne participation et de bonnes discussions, nous avons donc cherché à avancer sur la question d'une fusion technique pour le deuxième tour. Le rejet de la liste Moure PS/EELV étant unanime, nous avons cherché à trouver une solution avec Saurel.

 En effet, Moure, candidat PS, représente le soutien officiel à la politique catastrophique du gouvernement. Ses positions et ses pratiques lors du dossier de l’eau , du parc Montcalm… son gaspillage de l’argent public façon « Unlimited » et sa défense d’une extension urbaine sans limites l’ont coupé des personnes sincèrement de gauche.

Nous étions sans illusions sur Saurel mais son engagement sur une série de sujets importants (régie publique de l’eau, Parc Montcalm, Abbé Prévost, contre la métropole, arrêt de Oz…) permettait d’envisager une fusion technique.

Pour cela nous avions fixé une série de conditions : pas de gens de droite, proportionnelle, liberté de vote et de parole, encart FDG dans la profession de foi...

Lundi matin, lors de la direction de campagne, seule Affirmation Citoyenne s’exprime contre une éventuelle fusion avec la liste Saurel. PCF, PG et Ensemble sont d’accord pour travailler sur ce projet. La base d’un projet d'encart pour la profession de foi est écrit dans l’après midi par les 3 composantes du FDG.

Lundi après midi, la négociation est confisquée par la direction du Parti de Gauche qui rencontre en secret les listes Saurel et Mourre en totale contradiction avec le protocole d'accord signé. 

Durant la journée, les militant-es d’Ensemble (et du PCF) n'ont eu aucune information sur des contacts ou des discussions avec Moure et Saurel. Fidèles partisans d’une dynamique de liste, nous n’avons pris aucune initiative de contacts considérant que c’était aux 4 composantes de la liste d’agir ensemble.

Le lundi 24, une réunion était fixée à 22h, après la réunion des adhérent-es de chaque composante. Nous étions conscients que les délais de temps pour un accord étaient des plus limités.

 La réunion a débuté en faisant le point sur la journée. Nous avons alors appris que des rencontres avaient eu lieu  entre une délégation du PG et  Moure ainsi qu'entre cette même délégation et Saurel ! 

Suite à ces rencontres, le constat fait par le PG  était qu’il n’y avait pas de possibilité d’ accord et que leur Comité Directeur venait de voter le refus définitif d'un accord !

Le PG en provoquant et en se rendant seul, au nom de la liste « La gauche, la Vraie », à ces négociations a écarté de fait les autres composantes de cette discussion politique majeure engageant toute la liste !

Nous avons réagi fermement, le PCF aussi .

Nous ne pouvons accepter d’être exclu de décisions qui doivent être collectives, qui doivent être celles des composantes politiques engagées sur une même liste. Il s’agit d’un principe démocratique élémentaire.

Dans la nuit de lundi à mardi,  de nouvelles discussions ont lieu avec Saurel mais il est trop tard pour aboutir

 Il a été décidé finalement de contacter  Saurel et une discussion s' est ouverte. Il était 23h30 !

Saurel a fait une longue liste des points sur lesquels nous pouvions être d'accord . Il acceptait la fusion technique, la liberté de vote et de parole de nos élu-e-s et un encart d'une quinzaine de lignes avec le logo Front de Gauche sur la profession de foi.

Il comprenait que nous ne rentrions pas dans la majorité vu qu'il y allait avoir une politique d'austérité vu les fortes baisses de la dotation de l'Etat

Il y avait de notre point de vue les problèmes suivants :

- S'il enlevait Lorraine Acquier, droite/manif pour tous, de sa liste il se refusait à enlever Christol personnalité de droite ancien candidat de droite contre Frêche

- Il ne nous donnait pas une proportionnelle réelle vu que nous ne rentrions pas dans la future majorité, notre place devenait plus réduite.

Nous devions donner une réponse pour 1H30 en raison des délais d'impression du matériel.

 La discussion qui a suivi en direction de campagne avait peu de sens vu que le PG était venu avec un seul mandat bloqué de sa direction de ville, un mandat contre tout accord.  

 De notre côté, nous avons noté les points positifs et les points problématiques (droite, proportionnelle...) qui font que nous ne pouvions aboutir, à ce moment là, à un accord.

Nous pouvons penser qu'il aurait sûrement été impossible d'arriver à un accord avec Saurel, mais si nous avions commencé les discussions dans l'après midi, collectivement plutôt qu'à 23h30, nous avions le temps d'avoir des allers retours et de consulter nos adhérent-es. Il y a donc une faute politique grave du PG qui s'est approprié la liste, qui est passé par dessus le PC et Ensemble, et qui a donc, de fait, confisqué la fin de campagne de notre liste – après avoir débuté celle-ci en imposant par un coup de force médaitique une tête de liste issue de ses rangs.

Que faisait le maire de Grabels dans une négociation concernant le Front de Gauche Montpellier ?

Le PG ne s’est pas contenté de négocier dans le dos et en cachette de ses partenaires. Il a invité dans le cadre de ces négociations son secrétaire départemental, René Revol. Or, celui-ci est aussi maire d’une commune de l’agglomération. En tant que maire, il est automatiquement et régulièrement en négociation avec Moure pour tout ce qui touche aux rapports entre l’agglomération et sa commune. Comme élu à l’agglomération, il ne s’est illustré que sur de rares sujets  par des prises de positions d’opposition à la gestion Moure. Le PS n’a d’ailleurs pas déposé de liste concurrente à la sienne. 

Interviewé à propos de sa présence aux discussions d’entre deux tours par Montpellier Journal, il botte en touche en expliquant qu’il ne veut pas une vice-présidence à l’agglo. Il ne s’agit évidemment pas de cela mais du conflit d’intérêt évident qu’il y a entre la position d’un maire de l’agglo candidat à sa réelection et celle du Front de Gauche Montpellier.

Bilan

Nous ne serons pas présents pour le deuxième tour ce qui signifie que nous n'aurons aucune représentation au conseil municipal et à l'Agglo. Il s’agit d’un recul qui  nous posera des problèmes pour articuler nos batailles sociales et politiques. D’une manière générale, l’UMP est très suiviste dans le conseil municipal ce qui va laisser de l’espace au FN qui apparaîtra comme la seule force d'opposition à Montpellier et à l'Agglo. C'est très grave politiquement. 

La poursuite des politiques d’austérité avec le pacte de responsabilité, un gouvernement qui fait payer la crise à celles et ceux qui n’en sont pas responsables, l’accélération de la crise écologique, montée de la droite dure et de l’extrême droite font que plus que jamais, nous avons besoin d’une force large contre l’austérité. 

Nous devons maintenant construire un front social et politique pour agir ensemble. Un Front de Gauche, ouvert, unitaire, démocratique reposant sur des comités de base est l’outil nécessaire pour nos luttes.

------------------------

(*) extraits de Montpellier Journal :

..."Mais il y a plus grave. Si les discussions sur une éventuelle fusion technique au second tour avec la liste Saurel ou la liste Moure ont été si longues au sein du Front de gauche, c’est parce qu’il y avait un profond désaccord. La section PCF l’a expliqué hier en début de soirée dans un long communiqué où elle déclare« qu’un rapprochement avec Philippe Saurel et ses colistiers était possible » or« Muriel Ressiguier et le Parti de gauche [ont fait] un autre choix »." ...
..."Une chose est sûre : Ensemble et le PCF sont remontés contre le PG. Et vice-versa. L’avenir dira si ça laisse des traces. D’autant qu’à Ensemble et au PCF on s’interroge tout haut sur les motivations du PG et en particulier de René Revol, le co-secrétaire de l’Hérault. Aurait-il négocié quelque chose avec Jean-Pierre Moure ou avec le PS en échange d’un non accord avec la liste Saurel ? René Revol déclare à Montpellier journal : « Je n’ai aucun deal. » Et de compléter : « Je ne veux pas être vice-président de l’Agglomération où je serais amené à voter un budget que je n’approuve pas. »

Non représenté au conseil municipal
Le résultat de la non fusion est en tout cas simple : le Front de gauche ne sera représenté ni au conseil municipal ni au conseil d’agglo (sauf éventuellement via les élus de Grabels qui siègeront à ce dernier) laissant ainsi un boulevard et donc une visibilité médiatique à … la droite et à l’extrême droite qui seront au minimum – au minimum ! – dans l’opposition. De quoi laisser au moins une partie des électeurs du Front de gauche perplexes."...

..."il y a aussi le cas particulier du PCF. Avec la position toujours dissidente de Michel Passet : le secrétaire départemental s’est positionné en faveur de Jean-Pierre Moure pendant toute la campagne malgré le vote d’autonomie de la section PCF de Montpellier par rapport à la liste PS-EELV"...

------------------------

MORALITÉ :

Le PG a fait capoter la présence d'une opposition de gauche sur la liste de Saurel.

C'est donc un "allié objectif" du PS local Moure !

Il faudra en tirer les conséquence en ... 2020 ! 

24/03/2014

"Grand marché transatlantique", "Europe à 27", multinationales ...

 communiqué :

Demain soir : Conférence de Raoul Marc JENNAR

"les enjeux secrets des élections européennes" 

le mardi 25 mars à 20h00 à Montpellier - Salon du Belvédère  - Corum à Montpellier

Image 1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et à Bédarieux le mardi 15 avril :

Image 3.png

L'enjeu des Municipales pour le clientélisme. Un exemple : Montepllier

Un excellent documentaire à diffuser largement autour de vous, si possible avant le deuxième tour des municipales, dimanche prochain !
 

communiqué :

Nous recherchons actuellement un lieu pour organiser une projection débat, vos suggestions sont d'ailleurs les bienvenues. En attendant l'annonce de cette date "officielle", (que nous ne manquerons pas de vous communiquer). Nous comptons sur tous les réseaux disponibles pour faire circuler ce travail (à vos facebook, twitter, blogs et autres). En espérant qu'il vous plaira et que vous y retrouverez vos différents engagements.
 Un grand merci à tous.
 
Bien amicalement
 Check up production
 Simon Robert

22/03/2014

Municipales 2014 à Montpellier

C'est curieux, les listes indiquées dans le lien suivant ne sont pas toutes dans les bulletins que j'ai reçus pour le vote de ce dimanche :

www.lemonde.fr/municipales/visuel/2014/03/12/50-villes-a...

 

Villes qui passent à droite, bastions politiques inamovibles, qui se déchirent dans des guerres intestines, ciblées par le Front national... zoom sur cinquante villes à enjeu pour les municipales.

--------------------

MONTPELLIER

Population en 2012 : 264 538 habitants (source : INSEE) Maire sortant : Hélène MANDROUX

Liste des candidatures

  • France JAMETFRONT NATIONAL

  • Joseph FRANCISUNION DÉMOCRATES ET INDÉPENDANTS

  • Jean-Pierre MOUREUNION DE LA GAUCHE

  • Annie SALSÉEXTRÊME GAUCHE

  • Thomas BALENGHIENEXTRÊME GAUCHE

  • Jacques DOMERGUEUNION DE LA DROITE

  • Philippe SAURELDIVERS GAUCHE

  • Muriel RESSIGUIERFRONT DE GAUCHE

  • Maurice CHAYNESEXTRÊME GAUCHE

     
 

Municipales 2014 en Languedoc-Roussillon et Aveyron

lu sur :

Coup d'oeil sur le Languedoc-Roussillon et l'Aveyron avant les municipales

Midilibre.fr

17/03/2014, 18 h 44 | Mis à jour le 20/03/2014, 17 h 32

La situation politique avant les municipales dans les 521 communes de plus de 1000 habitants du Languedoc-Roussillon et Aveyron.

La situation politique avant les municipales dans les 521 communes de plus de 1000 habitants du Languedoc-Roussillon et Aveyron. (GOOGLE MAPS)

A quelques jours du premier tour des élections municipales 2014, un dernier coup d'oeil sur la situation politique des communes de plus de 1000 habitants du Languedoc-Roussillon et de l'Aveyron.

Cette carte ne concerne que les communes de plus de 1000 habitantsen Languedoc-Roussillon et Aveyron.

Sur 521 communes répertoriées : 239 sont actuellement à gauche (116 PS, 85 Divers gauche, 32 au PC et 6 à l'extrême gauche), 157 à droite (81 UMP et 76 Divers droite) et 125 sans étiquette.

Cliquez sur votre commune pour afficher le nom du maire élu en 2008 et sa couleur politique.

La liste des candidats déclarés est disponible pour les grandes villes : Alès, Bagnols-sur-Cèze, Béziers, Carcassonne, Lunel, Mende, Millau, Montpellier, Narbonne, Nîmes, Perpignan, Rodez et Sète.

Consultez la carte ci-dessous ou sur cette page pour la voir en plus grand !

(Si vous utilisez encore IE8, nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur)

20/03/2014

Municipales 2014 : découvrez si votre commune a été dépensière au cours du dernier mandat

communiqué :

Dimanche allez voter, mais vérifiez la gestion communale avant!

Lundi il sera trop tard ! Plus que quelques heures avant d'aller voter pour le 1er tour des municipales : à nous de nous faire entendre dans les urnes ! Avant d'aller voter, consultez l'Argus des communes pour choisir en connaissance de cause. Faites passer le mot à tous vos contacts! >Lire la suite

 

 

Découvrez si votre commune a été dépensière au cours du dernier mandat

proposition logo argusCliquez ici pour consulter l’Argus des communes

 

14/03/2014

Municipales 2014 : l'argus des communes

Un exemple, la commune de Cournonsec :

impots


http://www.contribuables.org/argus-des-communes/?p=page-3&code-postal=cournonsec&commune=34087&stats=argus_communes_nouvel_inscrit

07/03/2014

Mauguio-Carnon, la plage, le bétonnage du littoral, les élections municipales de 2014

Rappels :

Fermeture définitive de la route du Petit-Travers/Grand-Travers

Commune de Mauguio-CARNON: on bétonne le bord de mer

extrait :

..." On peut se demander combien les "décideurs" politiques locaux vont recevoir comme bakchich. 

MORALITÉ : il va falloir se débarrasser de TOUS LES ÉLUS SORTANTS lors des prochaines municipales, en particulier dans la commune de Mauguio-Carnon et toutes les communes faisant partie de l'AGGLOMÉRATION DE MONTPELLIER ayant approuvé ces travaux inappropriés, donc inutiles en ce qui concerne la lutte contre l'érosion marine ! "...

---------------

Courriel envoyé à Daniel Bourguet par l'association "Une place pour tous !":

Bonjour, 
Nous avons pris connaissance récemment de votre engagement pour les élections municipales de cette année. Nous aimerions connaître votre position en ce qui concerne les deux points suivants :

1- les travaux modifiant l'accès à la plage du petit-travers/grand travers. Voir la note du 20/2/2014 sur notre blog :

Fermeture définitive de la route du Petit-Travers / Grand-Travers ...

2- le bétonnage du littoral. Voir la note du  24/11/2013 sur notre blog : 

Commune de Mauguio-CARNON : on bétonne le bord de mer ...

La réponse reçue ce jour est à diffuser largement par toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés par  ce que nous dénonçons, à savoir le mépris des élus actuels pour leurs électeurs. Espérons qu'ils seront remplacés aux prochaines élections. Rappelons que notre Association se bat contre le projet du Petit-Travers depuis 2010.

Voir : (Pétition pour sauver la plage...)

réponse de Daniel Bourguet :

- Bouygues au petit travers : 

nous nous sommes fermement opposés et avons fait échouer 3 fois le bétonnage dit "berges de solignac", et à force de revoir leur projet à la baisse ils ont fini par obtenir l'aval du préfet et de la commission des sites. Pour la petite histoire le projet original date de dix ans voire plus et englobait même ce qui est devenu ensuite le parking du petit travers.

- Concernant les travaux du petit travers :

le projet est proprement scandaleux sur la forme et sur le fond. 
Notre colistière Christine Combarnous fait partie des associations qui ont déposé des recours contre ce projet. 
Si nous sommes élus nous réétudierons le dossier avec malheureusement l'héritage qu'ils voudront bien nous laisser car les bulls s'activent ! 

En attendant le 30 mars nous soutenons toute action contre la fermeture de la voie cyclable pendant les travaux qui est contraire aux engagements pris et au cahier des charges de l'entreprise et du maître d'œuvre. 

- Autre bétonnage qui nous concerne: l'hôtel Costes à cheval sur Carnon et Palavas, un hôtel 5 étoiles en construction sur la plage, sur un terrain  qui appartenait à la collectivité avant d'être vendu au privé, et en prime une convention d'occupation du domaine public pour permettre à ces messieurs de faire un parking privé ( a l'emplacement actuel où sont entreposés des bateaux).

Cordialement, Daniel Bourguet.

--------

Concernant l'hôtel Costes, voir :

www.pourcel-chefs-blog.com/...costes-a-palavas-ca-se-precise  

 

12 sept 2010 
Catégorie : Presse & Médias

Les choses semblent se préciser quant à l’arrivée des frères Costes à Palavas-les-Flots, un nouvel article de Midi Libre, sous la plume de Karim Maoudj, nous relate les dessous de l’opération financière en cours.

À lire ci-dessous, ou en cliquant sur le lien ci-après qui vous dirigera vers le site internet du quotidien Midi libre.

Édition du vendredi 10 septembre 2010

Midi Libre : les frères Costes à Palavas-les-Flots ! (???)

www.montpellier.maville.com/actu/actudet_-HERAULT-Les...   En cache

Un compromis de 3 M€ signé début août

IMMOBILIER : Il concerne l’achat du terrain des Roquilles, entre Palavas et Carnon, au propriétaire, le promoteur Sogis.

--------

Concernant la liste de Daniel Bourguet, voir :

la-fabrique-citoyenne.org

www.youtube.com/watch?v=qwgECu9YdUk 

 

------------

concernant les élections municipales, voir aussi la note du 4/1/2014 sur ce blog :

Municipales de 2014 : mettre fin à l'omnipotence des partis politiques ...

06/03/2014

Cessons de pénaliser le boycottage d’Israël

lu sur le journal Le Monde : (les surlignages sont de moi)

Cessons de pénaliser le boycottage d’Israël

Ivar Ekeland, Rony Brauman, Ghislain Poissonnier,

Le Monde.fr,

mercredi 5 mars 2014

Il faut abroger la circulaire Alliot-Marie.

"En tant que consommateur citoyen, je n’achète pas de produits israéliens tant qu’Israël ne respectera pas le droit international ; j’appelle aussi mes concitoyens à faire de même afin de faire pression sur Israël pour qu’il démantèle le mur de séparation et les colonies. ” 

Pour avoir tenu de tels propos dans la rue ou dans des commerces, pour les avoir écrits dans des magazines ou sur Internet, près d’une centaine de personnes sont traduites en France devant les tri bunaux.

Il s’agit de membres d’associations qui soutiennent la campagne” Boycott-désinvestissement-sanctions ” (BDS). Ces personnes sont poursuivies par les procureurs en vertu d’un texte interne au ministère de la justice adopté le 12 février 2010, dite circulaire Alliot-Marie, garde des sceaux de l’époque.

La circulaire ordonne aux parquets de poursuivre pénalement les personnes qui appellent au boycottage des produits israéliens.

Elle affirme, sans le démontrer, que l’article 24 alinéa 8 de la loi de 1881 sur la presse permettrait de réprimer les appels lancés par des citoyens ou des asso ciations au boycottage de produits issus d’un Etat dont la politique est contestée.

Ce texte interprète la loi de manière extensive, en contradiction avec la règle de l’interprétation stricte des lois pénales.

En effet, l’article 24 alinéa 8 de la loi de 1881 ne s’attache pas à interdire les appels au boycottage, mais uniquement les provocations ” à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée “.

La circulaire Alliot-Marie a été critiquée par le monde associatif au nom de la liberté d’expression. Mais également par de nombreux juristes, universitaires, avocats et magistrats, en raison de son contenu qui procède à un usage détourné de la loi prévue pour lutter contre les propos racistes et antisémites.

Des procureurs ont même refusé de requérir oralement la condamnation des mili tants de la campagne BDS, en dépit des instructions écrites de leur hiérarchie.

La cour d’appel de Paris a prononcé en 2012 des relaxes, considérant que les propos tenus relevaient de la critique pacifique de la politique d’un Etat.

La Cour euro péenne des droits de l’homme, quant à elle, rappelle très réguliè rement que les groupes militants bénéficient sur des sujets politiques d’une pro tection renforcée de leur liberté d’expression. Christiane Taubira a même déclaré publiquement à plusieurs reprises que cette circulaire contenait une interpré tation de la loi qui pouvait être considérée comme ” injuste ” ou ” abusive “.

L’ensemble de ces éléments et le changement de majorité politique permettaient de penser que la prise de conscience du caractère absurde de cette situation allait se traduire en acte.

Or, la circulaire Alliot-Marie de 2010 est toujours en vigueur et les poursuites pénales contre des militants de la campagne BDS continuent.

Ce faisant, la France se singularise en Europe et dans le monde : elle est le seul Etat, avec Israël, à envisager la pénalisation d’une campagne pacifique et citoyenne, demandant le respect du droit international.

Campagne pacifique en ce sens que les actions d’appel au boycottage organisées consistent en des mesures incitatives, qui se limitent à faire appel, par la diffusion d’informations, à la conscience politique des consommateurs.

Aucune forme de contrainte n’est exercée ni à l’égard des clients et des distribu teurs français, ni à l’égard des producteurs israéliens.

En France, l’appel au boycottage, forme d’action politique non violente, s’inscrit dans le débat politique républicain depuis des décennies.

Mme Taubira l’a même qualifié de ” pratique militante, reconnue, publique ” et admet l’avoir encouragé en son temps contre les produits sud-africains, dans le cadre d’une campagne internationale que personne n’avait alors envisagé d’interdire.

Campagne citoyenne en ce sens qu’elle repose sur une mobilisation des sociétés civiles. La campagne BDS a été engagée en 2005 à la demande de172 associations et syndicats palestiniens. Elle appelle les sociétés civiles du monde entier à se mobiliser pour que leur gouvernement fasse pression sur l’Etat d’Israël.

En France, de nombreuses associations ont rejoint l’appel lancé en 2005. Les actions qu’elles conduisent dans le cadre de cette campagne se situent au cœur de la liberté d’expression et d’information des citoyens français sur un sujet interna tional. Ces actions ne consistent pas à discriminer les citoyens israéliens : elles visent à boycotter les institutions et les produits d’Israël en vue de faire changer une politique d’Etat.

Campagne pour le respect du droit international enfin, dans la mesure où le but recherché est d’obtenir le respect des résolutions des Nations unies et la fin des politiques déclarées illégales par l’avis du 9 juillet 2004 de la Cour internationale de justice de La Haye que sont la construction du mur de sépa ration et la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

La mobilisation des sociétés civiles est rendue indispensable, car la plupart des Etats n’ont rien fait ou presque pour pousser Israël à se conformer à l’avis de la Cour, notamment en prenant des mesures de sanctions pour que le mur et les colonies soient démantelés.

Rien n’est plus faux que de laisser entendre que la cam pagne BDS puisse être raciste ou antisémite.

Cet amalgame relève de la même rhétorique que celle parfois utilisée dans les années 1970 et 1980 contre les militants anti-apartheid comparés à d’irresponsables marxistes-léninistes ou à des racistes anti-Blancs. Aucun des militants de la cam pagne BDS poursuivis depuis 2010 en vertu de la circulaire évoquée ne l’a d’ailleurs été pour avoir tenu des propos ou commis des actes racistes et antisémites. Il est temps de procéder à l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.

Ivar Ekeland, Président de l’Association universitaire pour le respect du droit inter national en Palestine

Rony Brauman, Médecin, essayiste

Ghislain Poissonnier, Magistrat

Municipales de 2014 à Montpellier - le listes

Liste de Jacques Domergue :

voir son site :

Jacques Domergue, ici c'est Montpellier, Elections Municipales Mars ...

www.jacquesdomergue.fr/
 

Notre liste "

 

Je n'ai pas réussi à trouver la liste de Moure sur internet.

(liste trouvée aujourd'hui, 7/3/14, sur le Midi libre :

Municipales à Montpellier : la liste de Moure est enfin connue)

--------------

Sur le même sujet, lire :

Elections municipales à Montpellier en 2014 - L'Express

 

www.lexpress.fr/.../elections-municipales-a-montpellier-en-2014_1292207. html