Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2015

La crotte ... (4/2/2015). Merci NICOLLIN !

Aujourd'hui, pas de neige et la crotte est toujours là. Et les mégots aussi

"Fort de son expérience de 70 ans dans les métiers de l'environnement, le Groupe NICOLLIN est devenu un acteur incontournable de la collecte et du traitement ..."

Image 1.png

02/02/2015

Bravo pour la propreté urbaine !

Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

 

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

 

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

 

------------------------------------------------------------------

vu ce matin dans ma rue : (la crotte du milieu de l'image est là depuis plus d'une semaine)

En 2000, quand je suis arrivé ici, il y avait un cantonnier et le travail était mieux fait.

Je me dit que si Monsieur Nicollin a pu devenir millionaire, c'est qu'il a réussi à faire payer cher (par le contribuable) un travail qui ne coûtait -et ne valait- pas cher.

Image 1.pngImage 3.pngImage 2.png

19/12/2014

Comme les "grands" : PAS DE TABLETTES NUMÉRIQUES POUR NOËL !

communiqué :

Image 1.png

 

Image 2.png

 

 

 

Image 3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

--

 

 Voir :

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent NYTimes.com 

www.nytimes.com/2014/09/.../steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

10 Sep 2014 ... By NICK BILTON SEPT. 10, 2014 ... during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

19/07/2014

L’internet associatif, vous connaissez ?

à lire sur BASTAMAG :

NEUTRALITÉ DU NET

Jetez votre box, connectez-vous à l’internet associatif !

04/09/2013 MATHIEU LAPPRAND

Alors que les attaques contre la neutralité du net se font de plus en plus pressantes, que les révélations sur la surveillance du réseau se succèdent, il est temps de redécouvrir une autre manière de (...)

25/05/2013

L'antenne WIFI de votre quartier, c'est VOUS ! (rappel)

LE SAVIEZ-VOUS ? 

L’ANTENNE WIFI DE VOTRE QUARTIER…C’EST VOUS !!!

Ce message s’adresse à vous si vous disposez d’une « box » d’accès Internet (et le cas échéant télévision et téléphone) mise à disposition par un opérateur télécom.

Sur cette boîte, pour votre accès à Internet, vous utilisez le réseau sans fil (WiFi)… ou pas, si vous l’avez désactivé au profit d’une liaison filaire (par câble ou CPL (Courants porteurs en ligne)).

Mais, le saviez-vous ? Votre « box » peut être la source de non pas un, mais deux réseaux sans fil : le vôtre, et un réseau dit « communautaire », qui a une portée beaucoup plus large puisqu’il « arrose » tout le quartier. Ce réseau, en accès libre pour tous les abonnés de l’opérateur, sert aux personnes qui souhaitent se connecter « en mobilité », c'est-à-dire en passant dans la rue ou en faisant une pause dans le parc. Ils se connectent… en utilisant votre boîte !!

Et cette fonction est activée par défaut, c'est-à-dire qu’elle a commencé à fonctionner dès que vous avez mis votre box en service, que vous en ayez conscience ou pas. Elle reste activée tant que vous ne l’avez pas éteinte, même si vous avez désactivé votre WIFI « maison ».

Il en découle plusieurs conséquences :

vous servez d’antenne WIFI à votre opérateur télécom, à vos frais, puisque c’est à partir de votre électricité, et en permanence puisque la boîte émet tout le temps, que le réseau soit effectivement utilisé ou pas ;

vous prenez double dose de champs électromagnétiques et vous en faites prendre double dose à vos voisins, qui n’en demandent sans doute pas tant et chez qui se trouvent peut-être des personnes fragiles (bébés, personnes âgées ou malades, personnes sensibles aux champs électromagnétiques), qui sont complètement démunies pour localiser l’origine de leurs maux ;

- vous êtes susceptible d’engager votre responsabilité si votre boîte est utilisée à des fins illégales, ne serait-ce que pour du téléchargement réprimé par la loi HADOPI. Certes, théoriquement, l’utilisateur doit s’identifier, et tout aussi théoriquement, il n’a pas accès à vos propres données de connexion ni à votre disque dur. Mais nous savons tous qu’il existe des logiciels permettant de « surfer » de façon anonyme ; et d’une façon générale, on sait que la créativité des hackers est sans limites. La collecte des informations sur les réseaux sans fil des particuliers a été menée par les voitures de Google, qui sillonnent le monde depuis 2007 dans le cadre du programme «Street View». En plus de prendre des photographies des rues, ces véhicules ont enregistré la localisation et le nom des réseaux Wi-Fi, afin d'enrichir la base de données du service de géolocalisation de Google. Mais elles ont aussi intercepté les données transitant sur les réseaux non cryptés, en France et dans les autres pays où Street View est opérationnel.

Et plus généralement, êtes-vous d’accord pour rendre ce service à l’opérateur ? Vous a-t-on mis au courant des modalités et des conséquences ? Vous a-t-on demandé votre avis ? Même sans parler du risque sanitaire il y a là une manipulation du consommateur qui n’est pas acceptable.

Vous ne croyez pas à ce que vous êtes en train de lire ? Appelez votre opérateur et parlez-lui du WiFi communautaire. Il reconnaîtra que cela existe (même s’il vous expliquera que ça émet peu, que c’est sans risque, que cela rend service, etc…).

Vous pouvez désactiver le WiFi communautaire et cesser de vous exposer à tous ces risques, même si vous voulez utiliser votre WiFi « maison » : ce sont deux réseaux différents. Pour connaître la marche à suivre, consultez le document Robin des Toits :  http://www.robindestoits.org/_a227.html

(*)

Ou demandez à votre opérateur, si votre type de « box » n’est pas répertorié sur la fiche « robin ».

Faites circuler ce message autour de vous !! Vos voisins figurent peut-être parmi les contacts des contacts de vos contacts !!

Le WIFI, pourquoi c’est dangereux :  http://www.robindestoits.org/_a1055.html

 

ROBIN DES TOITS
Correspondance : 12 rue Lucien Sampaix  75010 Paris
Tél. : 33 1 43 55 96 08
Permanences téléphoniques :
- le matin entre 8h00 et 9h00 (sauf samedi et dimanche matin)
- le soir entre 21h00 et 22h00
E-mail : contact@robindestoits.org
http://www.robindestoits.org

----------------------------------

(*) je viens de recevoir ce message, j'ai vérifié : j'étais effectivement avec un WIFI activé alors que je ne l'utilise pas. Je l'ai donc désactivé en suivant la procédure indiquée dans le lien  :

http://www.robindestoits.org/_a227.html

14/04/2013

Mesdames, çà peut servir ...

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/07/succes-de-l-autodefense-chez-les-femmes-qui-ne-veulent-plus-etre-des-victimes_1844366_3224.html

Succès de l'autodéfense chez les femmes, qui "ne veulent plus être des victimes

LE MONDE | 07.03.2013 à 20h17 • Mis à jour le 08.03.2013 à 16h03

Par Gaëlle Dupont

Elles sont une trentaine de femmes en tenue de sport, les cheveux attachés, gants de boxe au poing, en position de combat. L'entraînement se fait par groupes de deux, sous la conduite de deux moniteurs taillés à la serpe. Que faire en cas d'agression avec une arme ? "Si on vous demande quelque chose, votre téléphone, votre sac, donnez-le, commence Christophe. Si l'agresseur veut autre chose, il faut réagir. Vous êtes une femme, c'est un homme, il a un couteau, il est sûr de lui. Tant mieux. Il ne s'attendra pas à une réaction." D'une main, il écarte le bras menaçant de son acolyte, avant d'envoyer un coup de pied entre ses jambes. Les gestes sont répétés plusieurs fois par les participantes.

Elles viennent dans cette salle de sport du 12e arrondissement de Paris tous les samedis après-midi pour pratiquer le Krav Maga, "combat rapproché" en hébreu. Cette méthode d'autodéfense a été créée par Imi Lichtenfeld, champion de lutte juif hongrois, émigré en Palestine en 1940, pour former rapidement les premiers soldats israéliens. Depuis, le Krav Maga s'est internationalisé et a été adopté par les civils. Les femmes s'y intéressent de plus en plus. Sur les 9 000 licenciés français, 15 % sont des femmes. "C'est 2 % à 3 % de plus qu'il y a trois ans", relève Richard Douieb, président de la fédération européenne de Krav Maga.

"ELLES NE VEULENT PLUS ÊTRE VICTIMES"

C'est la partie la plus visible d'un engouement croissant pour l'autodéfense féminine. Toutes les structures contactées par Le Monde font état d'une hausse de la demande. Le signe d'une insécurité plus grande, ou l'indice d'une nouvelle attitude des femmes ? Pour M. Douieb, "elles viennent parce qu'elles ne veulent plus être victimes". Un mouvement sans doute facilité par la dénonciation croissante des violences faites aux femmes et du harcèlement de rue.

Même constat à l'Association Krav Maga police (AKMP), qui donne le cours en ce samedi après-midi. Les moniteurs sont des policiers ou douaniers qui souhaitaient à l'origine promouvoir la pratique du Krav Maga parmi les forces de l'ordre. Ils sont bénévoles. "Nous avons eu des demandes de femmes de collègues, explique l'un des membres, Michel. D'abord nous avons organisé des stages ponctuels, puis un cours hebdomadaire. Chaque semaine, de nouvelles personnes appellent." L'AKMP met d'ailleurs en garde contre les "charlatans" attirés par ce créneau porteur.

"UN DOIGT DANS L'OEIL"

Quelques principes fondent la discipline. Mieux vaut éviter une situation dangereuse (en changeant de trottoir, en criant, en fuyant...). En cas d'agression physique inévitable, tout le monde peut se défendre. Et tout le monde a intérêt à le faire, y compris les plus faibles physiquement. "Même si vous pesez 40 kg, vous pouvez vous tirer d'une situation délicate en mettant un doigt dans l'oeil de votre agresseur", explique Michel. "L'idée qu'il vaudrait mieux qu'une femme ne se défende pas est aberrante, estime également Christophe. C'est se priver d'une chance de s'enfuir."

Les moniteurs désignent les parties vulnérables du corps (yeux, gorges, testicules, articulations), et apprennent à les atteindre efficacement. Par exemple en frappant avec le plat de la main et non le poing, pour ne pas risquer de se casser les poignets, en donnant un coup dans la poitrine de l'agresseur pour lui couper le souffle, etc. "Ce sont des gestes simples qui peuvent ressortir dans des situations de stress intense", explique Christophe. L'objectif est de gagner du temps pour fuir - tout en restant dans le cadre de la légitime défense.

"ON N'A PAS BEAUCOUP DE MUSCLES"

"Toutes les filles devraient faire ça pour se sentir à l'aise dans la rue", dit l'une des pratiquantes, Marine, une étudiante de 18 ans. Elle prend le train vers la banlieue nord, et rentre parfois chez elle de nuit. Elle s'est déjà fait suivre, mais a pu semer l'homme. "C'est parfois flippant, dit-elle. On n'a pas beaucoup de muscles, on ne peut compter que sur notre bonne étoile." Grâce à l'autodéfense, elle a davantage confiance en elle. Les mêmes raisons poussent Claudine, 59 ans, à pratiquer. "Etant infirmière, je rentre tard, relate-t-elle. Je ne suis pas toujours rassurée. Il y a des interpellations du genre : "Alors cocotte, tu viens avec moi ?". Je ne me suis jamais servie physiquement de la technique, mais elle m'aide à garder mon sang-froid."

La chronique des faits divers nourrit l'anxiété. "On entend parler d'histoires horribles, on se construit des scénarios, dit Hélène, 29 ans. Mon ami est très protecteur et ça le rassure de savoir que je peux me défendre." Certaines, comme Sophie, ont déjà été confrontées à la violence physique. "Je n'avais pas peur jusqu'à mon agression. J'ai grandi dans le 19e à Paris, je connais les codes, sourit la jeune femme. S'il y a un groupe de mecs sur un trottoir, mieux vaut ne pas passer au milieu." Mais il y a trois ans, alors qu'elle rentrait du réveillon, un homme a essayé de l'entraîner dans un local à poubelles en l'étranglant. "J'ai eu une bonne réaction, j'ai griffé, j'ai crié, et j'ai réussi à m'enfuir. Mais j'ai eu très peur." Le Krav Maga est sa "thérapie". En cas de nouvelle agression, elle veut être "prête".

Gaëlle Dupont

Un sentiment d'insécurité plus fort chez les femmes

Selon la dernière enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, publiée en novembre 2012, plus du quart des femmes se sentent parfois en insécurité dans leur quartier ou leur village, contre 15 % des hommes. Plus de 20 % des femmes ressentent également de l'insécurité à leur domicile, contre 10 % des hommes. Elles sont moins victimes que les hommes de vols avec violence (0,4 % des femmes contre 0,6 % des hommes) ou de violences physiques (1,5 % des hommes contre 1,1 % des femmes). En revanche, les femmes sont davantage victimes de violences sexuelles (0,9 % des femmes contre 0,4 % des hommes en 2010-2011) et de viols (0,8 % contre 0,2 % de 2008 à 2012).

Les femmes se mettent au krav magaVidéo

15/12/2012

L’épargne citoyenne, vous connaissez ?

communiqué :

Vous êtes intéressé-e par la gestion responsable et transparente de l’épargne citoyenne ?
 
Le groupe local Hérault-Nef organise un apéro-nef le 14 janvier 2013.
Nous vous invitons au bar associatif La Minga10 bis rue Dom Vaissette, à Montpellier, à partir de 18h30.
 
La Nef est une société coopérative de finances solidaires qui collecte de l’épargne et octroie des crédits à des porteurs de projets respectueux de l’être humain et de son environnement. La Nef intervient exclusivement dans les domaines de l'environnement, du lien social, du développement économique local et de la culture (ce qui inclut par exemple l'agriculture biologique, les matériaux de construction écologique, les crèches,...)

Pour découvrir ou redécouvrir cet outil démocratique qu'est la Nef, pour échanger sur des thèmes actuels qui nous tiennent à cœur (la finance éthique, le fonctionnement de la coopérative financière, la monnaie locale qui émerge à Montpellier), venez nous rejoindre.
 
Il n'est pas nécessaire de réserver, mais vous pouvez nous prévenir de votre venue (contact@herault-nef.fr).
N'hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous.

Bon à savoir : nous tâcherons de renouveler ce rendez-vous convivial, tous les 2 ou 3 mois environ.
 
À bientôt !
-- 
Groupe local Nef de l'Hérault
www.herault-nef.fr : "Donner du Sens à son Argent"

27/04/2012

Cirque de Navacelles, propriété 15000m2, 12000 €

... sans commentaire ... lu sur le Canard enchaîné de cette semaine :

Image 1.png

Image 2.png

Image 3.png

19:00 Publié dans Bons plans | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2010

Accès à la plage du petit-travers par les transports en commun

 

lu le 10/9/2010 sur le journal gratuit local
Image 1.png