Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/12/2014

Comme les "grands" : PAS DE TABLETTES NUMÉRIQUES POUR NOËL !

communiqué :

Image 1.png

 

Image 2.png

 

 

 

Image 3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

--

 

 Voir :

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent NYTimes.com 

www.nytimes.com/2014/09/.../steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

10 Sep 2014 ... By NICK BILTON SEPT. 10, 2014 ... during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

09/03/2014

Actualités locales Montpellier

Trouvées par hasard. Le saviez-vous ?

Vers une sortie de crise à l'école d'architecture de Montpellier ?

France 3‎ - il y a 5 jours

Depuis une semaine, les étudiants de l'ENSAM, l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier occupent les locaux, tout en continuant à suivre les cours. Ils demandent le départ de la direction. Un nouveau président du conseil d'administration a été nommé, lundi matin, par la ministre.

-----------------

Municipales 2014

photo_21_5.jpg

le débat des municipales

Municipales à Montpellier, le débat

A Montpellier, c'est une élection toute particulière qui se joue car il s’agit de la première de l’après Georges Frêche. Regardez le débat de France 3 Languedoc-Roussillon, regroupant les 5 principaux candidats.

Mis à jour le 07/03/2014

Municipales à Montpellier, le débat

A Montpellier, c'est une élection toute particulière qui se joue car il s’agit de la première de l’après Georges Frêche. Regardez le débat de France 3 Languedoc-Roussillon, regroupant les 5 principaux candidats.

 

04/01/2014

La lecture, seule activité qui différencie l'Homme de l'Animal

lu sur :

www.lemonde.fr/education/article/2014/01/04/a...
 
LE MONDE | 04.01.2014 à 10h56 |
Par Mattea Battaglia
 
Dix-sept heures, un mardi de décembre 2013, à l'école André-Boulloche de la Paillade – quartier ouest de Montpellier, moins réputé pour ses résultats scolaires que pour ses barres de béton sorties de terre, dans les années 1960, pour accueillir pieds-noirs et travailleurs immigrés.

La cloche a sonné depuis une demi-heure, et pourtant, Bénédicte Voisin et Aline Legrand, enseignantes de CP et de CE1, tiennent leur auditoire en haleine. Face à elles, une trentaine de petites têtes uniformément brunes – écoliers d'origine marocaine, algérienne, turque ou africaine pour la plupart –, autant de mamans et une poignée de pères.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Aline Legrand saisit un livre, l'ouvre cérémonieusement. « C'est l'histoire de Ming », commence-t-elle, un grand-père chinois qui s'émeut, chaque jour, de tenir la main de sa petite-fille. Plus l'institutrice avance dans la lecture, moins les enfants s'agitent. Sur leurs lèvres, sur celles de leurs parents, le même sourire se dessine. Suivront trois autres « classiques » de la littérature enfantine. Vingt minutes pour « briser la glace », explique Bénédicte Voisin, avant que les parents ne soient invités à s'emparer d'un ouvrage. Certains avec plus d'aisance que d'autres.

« L'ÉCOLE, SEUL ASCENSEUR SOCIAL POSSIBLE »

« Un livre, ce n'est pas un bien de consommation courante dans le quartier », résume Roland Gispert, directeur de cette école de dix classes passée par tous les « labels » de l'éducation prioritaire – ZEP, RAR, Eclair… Une école qui accueille 65 % d'enfants d'origine étrangère, certains ne parlant pas du tout le français ; 25 % d'enfants de gens du voyage« Pas de mixité sociale, poursuit-il, et pourtant, ici plus qu'ailleurs, l'immense majorité des familles fonde tous ses espoirs en l'école, le seul ascenseur social possible. » 

Là, l'équipe pédagogique n'a pas été surprise par les derniers résultats de l'enquête PISA : la France, pays le plus inégalitaire de l'OCDE, se révèle incapable de faire réussir les élèves qui n'ont pas, à la maison, les codes de l'école. C'est pour tenter de combler le fossé qui sépare ces familles de l'institution scolaire que Bénédicte Voisin organise, depuis trois ans, une « fête des histoires » – à raison de quatre à cinq fêtes par an. Vingt minutes de lecture collective, vingt minutes entre parents et enfants, vingt minutes, encore, pour un goûter festif. « Rien d'extraordinairement innovant, assure-t-elle, modeste, mais cela permet de montrer notre engagement pour la réussite de ces enfants. »

Trappes (Yvelines), où elle a débuté, Mme Voisin avait été séduite par les bibliothèques de rue mises en place par ATD Quart Monde, dont elle est devenue membre. Mais c'est en arrivant dans le Languedoc-Roussillon, région qui présente – avec la Corse et le Nord - Pas-de-Calais – un taux de pauvreté parmi les plus élevés de France métropolitaine, que la pétillante quadragénaire a eu envie de transposer ce dispositif entre les murs de l'école.

« IL FAUT DU TEMPS POUR FAIRE TOMBER LES PREJUGÉS » 

L'idée « n'est pas la mienne », avoue-t-elle. Elle la doit à Maryline Renard, organisatrice de « fêtes des histoires » en maternelle. « En vingt ans de carrière, des Ulis à la Paillade, j'en ai vu des familles s'ouvrir à l'école simplement parce qu'on a pris le temps de bien les accueillir, de leur parler d'autre chose que de difficultés scolaires, explique Mme Renard. Mais cette confiance ne se décrète pas, il faut du temps pour faire tomber les préjugés de part et d'autre… »

Le rapport que les familles en situation de précarité entretiennent avec l'école est rendu complexe par leur peur de l'échec, précise Mme Voisin : « Leur propre histoire scolaire, souvent douloureuse, leur crainte de ne pas comprendre les exigences du système. En ouvrant nos portes, on contribue à réduire, un peu, la distance qui nous sépare. »

Du côté des parents, on lui donne facilement raison. « Ecouter les maîtresses qui racontent, c'est bon pour les enfants… et pour moi aussi ! », s'enthousiasme Touraya, venue avec sa fille Ashar, en CP, et son plus jeune fils. « J'aime écouter, mais pas trop raconter, dit-elle. Je sais pas mettre le ton, je vais trop vite, ça fait pas le même effet… »

« ON EST DANS L'ECOLE, MAIS C'EST PAS SCOLAIRE ! »

Assises sur un banc, Iba et sa maman se contentent de tourner les pages d'un beau livre d'images. Plus loin, Youssra, fait, après trois mois au CP, la lecture à deux camarades, sous l'oeil attentif de parents. Représentante des parents d'élèves, Laetitia est une « habituée de la médiathèque, mais partager ce moment avec les maîtresses, c'est encore mieux… Ça change des discussions sur les notes… On est dans l'école, mais c'est pas scolaire ! ».

Durant la petite heure que dure la fête, Mme Voisin ne perd pas de vue « ses » parents. « Je ne sais pas précisément qui est lecteur, qui ne l'est pas… Je ne veux pas être intrusive, dit-elle. Je n'ai pas de formule magique pour les lier à l'école, juste cette passerelle à bâtir… avec des livres. » 

Pour tisser ce lien si primordial à la réussite scolaire, l'école Boulloche s'est engagée dans plusieurs projets. Une aide aux leçons à laquelle les parents sont conviés, un soir par semaine, des réunions sur des sujets concernants, des cours d'alphabétisation. « C'est un travail de longue haleine qu'il faut sans cesse reprendre, parce que des familles fragilisées arrivent, que d'autres repartent », témoigne Roland Gispert. « Personne ne vit ici par plaisir », confie-t-il, passant rapidement sur les difficultés rencontrées à la rentrée – enseignant menacé, véhicule dégradé, préau tagué, arbre de la cour scié… « Mais avec les familles qui se fixent, la relation est apaisée, conclut-il. On ne peut pas être enseignant ici sans être un peu militant ! » . 

Éducation
Édition abonnés Contenu exclusif

02/07/2013

Il est plus que temps de défendre la langue française

Un appel qui est toujours d'actualité.

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/12/07/langue-francaise-etat-d-urgence-par-un-collectif-d-associations_1277289_3232.html

Langue française : état d'urgence, par un collectif d'associations

Le Monde.fr | 07.12.2009 à 16h46 • Mis à jour le 07.12.2009 à 18h02

Les associations qui signent cet appel regroupent des démocrates de toutes sensibilités idéologiques. Unanimes, elles dressent un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France. 
"Langue de la République" (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre-ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux piliers de l'"identité nationale". Or, le français est aussi gravement menacé chez nous qu'au Québec, en Afriquefrancophone, en Wallonie ou en Suisse romande. Il l'est moins par l'air du temps que par une politique linguistique menée surtout par de grandes entreprisesfrançaises avec l'appui de milieux politiques, certes européens et transatlantiques, mais d'abord hexagonaux. Après Michel Serres, observant qu'" il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y avait de mots allemands sous l'Occupation", le linguiste Claude Hagège classe le français parmi les langues menacées dans son Dictionnaire amoureux des langues.

L'heure est donc venue d'appeler tous les citoyens à la résistance linguistique.

Nos associations en appellent au peuple français et à tous les francophones du monde, à tous ceux qui savent ce que la liberté, l'égalité, la fraternité, mais aussi la littérature, la philosophie, le droit et les sciences doivent à la langue des Molière, Césaire, Verhaeren et Senghor.

Depuis longtemps, on n'en est plus aux seuls emprunts massifs à l'anglo-américain ; nombre de grandes entreprises s'emploient à basculer au tout-anglais une bonne part de leurs pratiques langagières : "Time to move !" est le titre du programme de mutations que France-Teuleucom impose à ses salariés, ajoutant l'humiliation linguistique à l'effrayante dégradation de leurs conditions de travail. C'est aussi la mode – le "mood" – chez AREVA... Dans la distribution, Carrefour, Auchan... basculent leurs produits et enseignes à l'anglais de bazar, imités par des services publics comme la SNCF, La Poste ou Air France... Loin du programme du Conseil national de la Résistance, la devise du Medef n'est-elle pas"ready for the future" ? Sommet du "dialogue social" : c'est en anglais que les ouvriers de Continental-Clairoix, réunis dans leur cour d'usine, ont appris leur licenciement collectif ! Les choses sont déjà si avancées, tels les fromages forts, que des syndicats de diverses obédiences, CGT, CFTC, UNSA, CGC..., ont dûmonter au créneau pour " défendre le droit de travailler en français en France ".

Voyez aussi les travaux de la recherche scientifique française : des siècles après l'acte révolutionnaire de Descartes publiant en français le Discours de la méthode, ils ne sont souvent plus pensés et écrits par nos chercheurs qu'en anglo-américain, même pas toujours traduits en français. Passons sur la chanson, sur les pubs en anglais qui, aux heures de grande écoute, ciblent surtout les jeunes, les enfants... Que fait le CSA ?

On ne voit que trop qui sert cette politique d'anéantissement linguistique sous son emballage pseudo-moderne : elle sert cette "élite" et ces privilégiés qui, pas seulement à droite, n'hésitent pas à désintégrer leur langue maternelle pour mieux intégrer l'élite mondialisée et ressembler à leurs maîtres ! Les "gens de peu", pour leur part, sont voués à une discrimination linguistique plus forte que jamais. Quant à nos cadres moyens qui croient s'en tirer en ingurgitant le "Wall Street English" promu dans le métro parisien, le basculement au tout-anglais consacre leur aliénation dans un travail de plus en plus dévalorisé.

Face aux coups portés, le silence des autorités inquiète. Pis : des ministres approuvent ou annoncent diverses mesures de substitution de l'anglais au français, des petites classes jusqu'à l'enseignement supérieur. Ainsi la nouvelle antenne de Reims de Sciences-Po dispensera-t-elle tous ses cours en anglais. Ainsi Mme Valérie Pécresse semble-t-elle chercher à extraire l'Université du champ de la loi Toubon. Ainsi le chef de l'Etat annonce-t-il que des enseignements fondamentaux du second degré pourraient être dispensés "en langues étrangères"(traduisons : en anglais).

De cet arrachage linguistique, c'est peu dire que l'Union européenne, à laquelle ses textes fondateurs font pourtant obligation de défendre les langues nationales, fait peu de cas. Au nom du libéralisme économique, son exécutif s'emploie même à démanteler toute protection juridique des langues nationales, au point que c'est souvent de directives bruxelloises que se prévalent les décideurs français pourcontourner la loi.
C'est pourquoi nous exigeons un grand débat national sur la place respective du français et des autres langues, pour que l'assassinat linguistique planifié ne puisse s'accomplir en silence et pour que le peuple souverain se saisisse de la défensede sa langue.

L'actuel gouvernement qui glose sur l'identité nationale va-t-il contribuer àenfermer le peuple français dans une langue unique imposée ? La défense de notre héritage linguistique implique une protection et une promotion actives de la langue française, de la diversité linguistique et de la francophonie, sur notre continent et dans le monde. Parlons ici seulement de ce qu'il faut pour revenir au bon sens : à l'école élémentaire ou au collège, asseoir d'abord un solide apprentissage des langues nationales en Europe, puis commencer celui de deux langues étrangères dont la première, selon la recommandation du professeur Hagège, serait autre que l'anglais ; réaffirmer le français comme langue de l'enseignement supérieur ; lui rendre droit de cité dans la recherche ; fairerespecter par Bruxelles sa propre législation linguistique.

Notre appel s'adresse aussi aux espérantistes, aux amis des langues régionales, vite éradiquées si la langue commune était marginalisée, aux immigrés qui veulentcontinuer à parler notre langue sans oublier celle de leur pays d'origine, à nos compatriotes des DOM qui veulent parler français ET créole. Si une langue de portée mondiale comme la nôtre finissait par être supplantée sur sa terre natale, quelle autre langue, en Europe, pourrait résister au rouleau compresseur de l'anglo-américain ? Cet appel à la résistance et à la créativité linguistique de tous les francophones s'adresse aux citoyens et aux décideurs conscients de leurs responsabilités, aux salariés, étudiants, enseignants, entrepreneurs de base, qui font vivre le français en l'habitant au quotidien. Car, en marginalisant sa langue, c'est le peuple qu'en définitive on voudrait déloger de ses rêves.

Nous interpellons enfin avec gravité les écrivains, penseurs, traducteurs et autres créateurs de toute la francophonie, partout où notre langue est pratiquée et aimée :vous dont la langue constitue l'outil de travail et l'élément existentiel, entrez en résistance publique contre la langue unique ! Cinq siècles après Joachim du Bellay appelant à la "défense et [l']illustration" du français, faisons vivre notre langue et défendons-la contre la logique barbare de l'argent roi.

Signataires :

Alliance Champlain,
Association francophonie avenir 
(Afrav),

Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française (Asselaf),
Avenir de la langue française (ALF),
Cercle littéraire des écrivains cheminots (CLEC),
CO.U.R.R.I.E.L.,
Défense de la langue française Paris-Ile-de-France (DLF Paris-IDF),
Forum francophone international France (FFI France),
Le droit de comprendre (DDC),
Le français en partage,
Gerflint.

26/04/2013

Saborder le français pour laisser le champ libre à la sous-culture et à la conception anglo-saxonne d'une société néo-libérale ???

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/25/refusons-le-sabordage-du-francais-par-claude-hagege_3166350_3232.html

"Refusons le sabordage du français",

par Claude Hagège - Le Monde

LE MONDE | 25.04.2013 à 11h59 • Mis à jour le 25.04.2013 à 17h11

Par Claude Hagège (professeur au Collège de France)

La France n'est certes que la source historique, et non la propriétaire exclusive de la langue française, que partagent avec elle, à travers le monde, les soixante-dix-sept Etats et gouvernements constituant ensemble l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Du moins jusqu'ici. Car le projet de loi Fioraso, qui veutimposer, en faveur de l'anglais, une très large extension des exceptions au principe du français langue de l'enseignement, des examens et des concours, pourrait avoir pour conséquence, du fait de la valeur symbolique d'un acte de sabordage du français par la France officielle elle-même, un doute croissant quant à la légitimité de la promotion de cette langue par les autres pays francophones. Heureusement, quelques espoirs subsistent : le directeur du Salon du livre du Beyrouth me disait, à la fin d'octobre 2009, en un français aussi classique que sa voix était sereine et teintée d'ironique mépris : "Laissez là vos alarmes : si la France torpille le français, d'autres pays seront toujours là pour le revigorer etgalvaniser sa diffusion !"

On se demande, pourtant, d'où peut bien venir, en France, cet acharnement contre la langue française. De la monarchie à la République, surtout aux heures les plus tragiques de cette dernière, tout illustre ce dicton : "C'est par sa langue que vit une nation." Les dirigeants de la nation française sont-ils donc saisis d'une pulsion d'autodestruction ? A supposer que tel ne soit pas le cas, tout francophone lucide ne peut qu'adresser aux gens de pouvoir à Paris et aux intellectuels malvoyants qui les inspirent, le message suivant : "N'entendez-vous pas s'esclaffer les étudiants étrangers que votre exorbitante et naïve assuranceprétend attirer dans vos universités et vos écoles par un enseignement en anglais, alors qu'il n'y est pas langue maternelle ? Ne voyez-vous pas que les mieux informés d'entre eux commencent à avoir pitié de votre dérisoire servilité face aux mécanismes du profit, et à se demander quelle déplorable aliénation vous torture, alors qu'ils respectaient jusqu'ici la culture et la langue françaises ? Allez-vous protéger enfin vos tympans contre les sirènes des universitaires liés par des conventions avec des établissements anglophones, et qui n'ont pas encore compris que c'est en utilisant le français qu'ils accroîtront le prestige de leurs travaux, et non en mordant le sol devant l'anglais ?"

Le français est depuis le XIIIe siècle une langue à vocation internationale, d'abord européenne, puis levantine, puis mondiale. Il est aujourd'hui la seule langue, avec l'anglais, qui soit présente sur les cinq continents. Chaque réunion de l'OIF montre que la promotion du français encourage celles de toutes les autres langues des pays membres. Madrid, Lisbonne-Brasilia, et maintenant Pékin dressent, face à la résistible domination de l'anglais, l'arme irrésistible de la diversité. Et c'est à ce moment même que la France, qui possède une longue antériorité historique dans l'illustration de sa langue, devrait sacrifier cette dernière aux pauvres pièges de l'argent ? !

Il est encore temps de réagir devant le burlesque en passe de devenir le consternant. Il est encore temps de se mobiliser avant qu'un projet de loi porteur du cancer ne soit proposé à la représentation nationale. Une partie grandissante du public bien informé est en train de se déprendre du vertige de l'américanisation déguisée en mondialisation. L'Académie française, elle aussi, dénonce un projet suicidaire.

Quant aux masses françaises, abreuvées de sous-culture américaine, elles ne manifestent aucun désir de substituer l'anglais au français dans l'enseignement en France. Ce sont donc les forces vivantes et majoritaires du pays que l'on insulte en plaçant l'anglais sur un piédestal dont il n'a que faire, surtout venant du gouvernement français. Battons-nous pour notre langue ! Car même si l'enjeu est aussi d'éviter, par solidarité civique, aux autorités de sombrer dans le grotesque en même temps que dans l'indignité, c'est de notre identité qu'il s'agit. Il n'est plus temps de clore nos paupières : nous sommes en guerre !

Lire le débat Université, pourquoi une nouvelle réforme ?, avec les contributions de Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ; Valérie Pécresse, ancienne ministre de l'enseignement supérieur ; des prfosseurs d'économie ; Jean-Louis Fournel, professeur à l'université Paris-VIII et ancien président du collectif Sauvons l'université ! ; Claude Hagège, professeur au Collège de France ; Gilbert Béréziat, président honoraire de l'université Pierre-et-Marie-Curie...

Claude Hagège (professeur au Collège de France)

19/04/2013

Rentrée des classes : des profs dans chaque classe ?

lu sur :

http://www.lemonde.fr/education/article/2013/04/18/mille-postes-supplementaires-de-remplacants-pour-limiter-a-la-rentree-le-fleau-des-classes-sans-prof_3161842_1473685.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Mille postes supplémentaires de remplaçants pour limiter à la rentrée le fléau des classes sans prof 

LE MONDE | 18.04.2013 à 11h06 • Mis à jour le 18.04.2013 à 14h57

Par Maryline Baumard

Un maître devant chaque classe. C'est la plus basique des ambitions de l'école, et pourtant elle n'est pas possible partout, faute d'enseignants en nombre suffisant. Alors que les recteurs finissent de répartir pour la rentrée les 7 000 postes créés au budget 2013, le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, devait se rendre jeudi 18 avril au rectorat de Créteil pour souligner que l'amélioration du remplacement est une de ses priorités. Il rappellera qu'en septembre, 720 professeurs des écoles supplémentaires et 282 professeurs de collèges et lycées rejoindront les rangs des enseignants prêts à suppléer leurs collègues. 

Entre 2009 et 2012, ce sont 5 000 postes de remplaçants qui ont disparu dans l'hémorragie du système éducatif. A la rentrée ces coupes passent inaperçues mais au fil des mois, le potentiel s'épuise et perd de son efficacité pour arriver "au bord de la rupture", de l'aveu même des inspecteurs généraux auteurs d'un diagnostic caché par la droite avant d'être rendu public par Vincent Peillon à son arrivée en mai 2012. Ce rapport montrait que les longues absences, congés maternité, d'adoption..., trouvent solution dans 96 % des cas, en revanche "le taux de couverture pour les absences courtes varie de 11 % à 27 %". Les inspecteurs regrettaient que "même dans le meilleur des cas ce taux de couverture reste aussi faible".

MAÎTRES DE LA RÉPARTITION DES NOUVEAUX POSTES

Dans certains départements, le trop grand nombre de jours sans école fait perdre patience aux familles. En Seine-Saint-Denis, les parents sont mobilisés depuis plus de deux ans pour dénoncer les non-remplacements récurrents qui, sur une scolarité, font perdre l'équivalent d'une année scolaire. Vincent Peillon rappellera qu'à la rentrée, 60 postes supplémentaires y sont bien prévus, quand le collectif en voudrait 150. Vendredi, il sera reçu par le ministre.

Entre 2009 et 2012, l'académie de Créteil a globalement perdu 88 postes de remplaçants dans le premier degré et 106 dans le second degré. A la rentrée 2013, 234 postes supplémentaires sont prévus (119 dans le premier degré et 115 dans le second degré) pour renforcer ce pôle. Si la situation est cruciale sur cette zone, Créteil ne sera pas la seule académie à consacrer une partie de ses nouveaux moyens à la suppléance. Lyon y affectera 81 créations, Versailles 78 dans le premier degré et Bordeaux 75 dans le secondaire.

Le Syndicat des enseignants (SE-UNSA), qui a fait son propre calcul, estime que, "globalement, 14 % des postes créés dans le secondaire à cette rentrée seront des postes de remplaçants. Certaines académies y consacrent même l'essentiel de leurs nouveaux moyens, comme Bordeaux qui met là 44 % de ses créations de postes dans le secondaire, Caen 43 %. Preuve de la situation très difficile dans laquelle ces académies se trouvaient". Les recteurs sont en effet maîtres de la répartition des nouveaux postes, dans le cadre des priorités édictées par la Rue de Grenelle.

"DETTE ÉDUCATIVE"

Aller plus loin dans la reconstitution du vivier, le remboursement de ce que le ministre appelle "la dette éducative laissée par la droite", c'était placer sa rentrée 2013 sous le signe de la réparation et non de l'innovation. Avec sa "refondation" en cours, Vincent Peillon a d'autres ambitions mais tente de trouver un équilibre en consacrant 1 000 de ses 7 000 postes au fléau des classes sans prof. Les enseignants qu'il y affecte permettront d'assurer 800 000 heures de cours de plus.

Les inspecteurs généraux avaient évalué à 5,6 millions le nombre de journées parties en fumée dans les écoles et à 13 millions le nombre d'heures dans les collèges et les lycées chaque année. D'autres moyens seront sans doute nécessaires, parce que ce système compliqué qui a du mal à gérer les pics de grippes hivernales et ne tourne pas à plein régime toute l'année ne fera sans doute pas l'économie d'une réforme structurelle.

05/03/2013

Éducation : le remplacement des profs

lu sur :

http://www.lemonde.fr/education/article/2013/03/04/le-casse-tete-du-remplacement-des-profs_1842278_1473685.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Le casse-tête du remplacement des profs

LE MONDE | 04.03.2013 à 11h14 • Mis à jour le 04.03.2013 à 12h25

Par Mattea Battaglia

Le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, ne s'est pas encore exprimé sur le sujet. Et pourtant, l'initiative n'est pas banale : des parents d'élèves de Seine-Saint-Denis ont symboliquement déposé au Sénat, mercredi 27 février, une proposition de loi citoyenne pour créer un "droit opposable à l'éducation". Avec un constat : "Tout au long de sa scolarité, un enfant de notre département perd environ une année d'enseignement du fait des absences de professeurs non remplacées", affirme Mathieu Glaymann, membre du Collectif des parents citoyens de Seine-Saint-Denis.

Difficile pour ce père de deux garçons de cacher son exaspération : "Il existe des collèges où des élèves n'ont pas de cours dans certaines disciplines depuis la rentrée ; dans certaines écoles primaires, les enfants n'ont pas eu de maître ou de maîtresses durant plusieurs semaines", regrette-t-il. "Notre département est le plus jeune de France, l'un des plus pauvres, aussi ; il est celui qui connaît la plus forte poussée démographique, mais les moyens qui nous sont attribués restent très en deçà des besoins."

Si la pénurie d'enseignants remplaçants dans le "93", estimée à 250 postes en septembre 2012, est particulièrement vive, elle n'est pas un cas isolé. "Les dysfonctionnements se sont répandus, voire généralisés avec les 80 000 postes supprimés par la droite", assure Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, la principale fédération de parents d'élèves qui, depuis trois ans déjà, réclame qu'un "droit au remplacement" se substitue au "SMA" – le service minimum d'accueil mis en place par Xavier Darcos en 2007. "Les absences d'enseignants ne sont pas plus nombreuses aujourd'hui qu'avant, souligne M. Hazan, ce sont les difficultés pour y remédier qui ont augmenté, parce qu'on ne peut plus compter sur le vivier de remplaçants."

LA MOINDRE HEURE "SANS PROFESSEUR" AFFECTE 20 FOYERS

La profession, statistiquement, n'est pas forcément plus qu'une autre sujette aux absences, bien que les congés maternités soient nombreux dans un métier largement féminisé (à plus de 80 % dans le premier degré). Reste que la moindre journée, la moindre heure "sans professeur" affecte, au bas mot, une vingtaine de foyers.

Or ce sont 5,6 millions de journées d'absence au primaire, et plus de 12 millions d'heures dans le secondaire que l'Inspection générale a recensé, en une année (2009-2010), dans son rapport consacré au remplacement des enseignants absents, rendu public en mai 2012, après avoir été tenu secret près d'un an.

Dans le premier degré, le taux d'absence s'établit à 7,44 % en 2009-2010, avec une "forte dispersion" d'un département à l'autre et une légère augmentation en quatre ans. Absence ou absentéisme ? Les inspecteurs récusent la seconde formulation et ce qu'elle sous-entend : "Cette notion d'absentéisme, qui fait régulièrement l'objet de polémiques, n'a pas paru pertinente dans la mesure où elle porte en elle un jugement a priori sur le niveau d'absence des enseignants comparé aux autres salariés du secteur public ou privé", écrivent-ils, notant l'absence de travaux comparatifs dans la fonction publique.

LES ABSENCES COURTES PROBLÉMATIQUES

En collège-lycée, les absences dites longues (plus de quinze jours), estimées à 10,4 millions d'heures, ne sont pas celles qui semblent poser problème : elles trouvent une solution dans plus de neuf cas sur dix.

Celles inférieures à quinze jours, en revanche (2,5 millions d'heures), sont un casse-tête. "Le taux de couverture varie selon les académies de 11 % à 27 %", précisent les rapporteurs, la moyenne s'établissant à 20 %. C'est "le problème majeur". Et d'en donner une explication : s'il existe un corps d'enseignants remplaçants auxquels on peut faire appel lors des congés maternité ou de longue maladie, c'est aux chefs d'établissement de trouver des solutions pour les absences courtes. Les étudiants ont pu constituer un recours. Mais ils sont moins disponibles depuis la réforme de la formation des enseignants qui a restreint la possibilité de faire des stages. Et c'est à Pôle emploi que les chefs d'établissement vont souvent frapper.

MANQUE DE FIABILITÉ DES CALCULS

Autre problème soulevé par le rapport : le manque de fiabilité des calculs. Ainsi, ne sont comptabilisés que les congés maladie, et pas les congés de formation ou les "autorisations exceptionnelles d'absence" (décès, mariage...). "Cette connaissance imparfaite de la question peut nourrir des fantasmes dans l'opinion", regrette l'historien Claude Lelièvre, "alors que rien n'atteste d'un taux d'absence à la hausse, ou plus important dans ce métier que dans un autre".

Ces "fantasmes" ont été alimentés par plusieurs déclarations tonitruantes, notamment de Claude Allègre qui, le 4 septembre 1997, jour de sa première rentrée de ministre, s'en prenait de façon véhémente à "l'absentéisme" des enseignants, évoquant un mystérieux taux de 12 %. Le soir même, il revoyait le chiffre à la baisse, mais le mal était fait. "Le sujet reste très sensible parmi les enseignants", conclut l'historien, "et d'autant plus explosif qu'il se moque, le plus souvent, des statistiques réelles".

-------------------

Le calcul des absences, sujet à caution pour l'Inspection générale

Dans le premier degré public, la Direction générale de l'enseignement scolaire a comptabilisé 5 570 000 jours d'absence en 2009-2010, contre 5 496 000 un an plus tôt (+1,34 %). Ce recensement exclut les absences pour stages de formation, une "approche discutable", écrit l'Inspection générale de l'administration, de l'éducation nationale et de la recherche dans son rapport. Le taux d'absence s'établit à 7,44 % en 2009-2010 (7,3 % un an plus tôt).

Mais "la valeur de cet indicateur est fragilisée par plusieurs biais liés à son calcul", souligne l'Inspection. Première des trente préconisations avancées dans son rapport : "Définir un indicateur partagé entre les directions du ministère et les académies sur le taux d'absence."

----------

Lire aussi Fonctionnaires : les inconnues de l'absentéisme et Collectivités locales : le poids croissant des temps partiels

Fonctionnaires _ les inconnues de l'absentéisme.pdf

Collectivités locales _ le poids croissant des temps partiels.pdf

----------

Fonction publique

Édition abonnés Contenu exclusif

23/02/2013

L'orientation des écoliers après le collège : le dernier mot revient aux parents

les surlignages sont de moi

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/22/des-parents-vont-pouvoir-choisir-l-orientation-de-leurs-enfants-apres-le-college_1837088_3224.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Des parents vont pouvoir choisir l'orientation de leurs enfants après le collège

LE MONDE | 22.02.2013 à 11h35

Par Maryline Baumard

Une famille pourra envoyer son enfant en seconde générale contre l'avis des enseignants. Le comité interministériel à la jeunesse du 21 février a décidé de donner le dernier mot aux parents en matière d'orientation à la sortie du collège. Mais seuls quelques territoires seront concernés en juin 2014 par cette petite révolution. C'est en effet en fin de collège que se fait le tri entre ceux qui continuent en seconde générale et technologique et ceux qui partent vers les formations professionnelles (CAP ou bac pro). C'est là que se jouent les destins scolaires.

Difficile de prévoir l'impact d'une telle mesure. Les "victimes" de l'orientation ne sont pas les familles favorisées : 35,5 % d'enfants d'ouvriers se retrouvent en voie professionnelle contre 7 % des enfants de cadres. Bien sûr, une part l'a choisi. Et rien ne dit qu'à l'avenir ces familles oseront braver les décisions des enseignants. A l'heure actuelle, 0,71 % des familles font appel de la décision du conseil de classe de fin de 3e (51,8 % ont gain de cause). Ce faible taux n'est pas forcément la preuve d'une satisfaction générale. Certaines se censurent pour ne pas avoir à affronter l'institution...

En ouvrant ce dossier, le gouvernement prend plusieurs risques. D'abord celui de fâcher les enseignants. Ensuite de déstabiliser un équilibre qui veut que chaque année 36,8 % des sortants du collège aillent en seconde professionnelle et 56,6 % en seconde générale. Des pourcentages très stables.

MARCHE ARRIÈRE

Or, on ne recycle pas des places de lycée pro en places de lycée général d'un coup de baguette magique. C'est la raison pour laquelle "il ne s'agit là que d'une expérimentation limitée qui sera faite sur des territoires représentatifs que nous sélectionnons actuellement", précise l'entourage du ministre de l'éducation Vincent Peillon. En clair, la marche arrière sera facile. Pourtant, le sujet est dans l'air. Cet été, les acteurs de la concertation sur l'école avaient discuté cette spoliation de la décision des familles et, déjà, le rapport final proposait que les parents aient le dernier mot.

C'était aussi une proposition faite par la Cour des comptes dans un rapport publié en décembre 2012, partant du constat que "la procédure d'orientation est incapable de répondre aux objectifs ambitieux de formation d'une classe d'âge. (...) L'orientation reste vécue comme la sanction d'un parcours scolaire : elle sert surtout à discriminer entre bons élèves envoyés dans la filière générale et mauvais élèves. Or dans les textes, l'orientation est la construction d'un parcours de formation choisi par l'élève et non la résultante de ses difficultés scolaires que le système éducatif n'a pas été en mesure de résoudre". Les magistrats demandaient aussi qu'on décale l'orientation de la fin du collège à la fin de la classe de seconde.

L'historien Antoine Prost rappelle que ce sujet qui reparaît n'a en fait jamais été mis en débat. "Oui ou non, l'Etat a-t-il le droit d'imposer à chaque enfant une orientation scolaire, c'est-à-dire celui de lui interdire toute étude autre que celle qu'il lui assigne ? Si l'on veut que le mérite scolaire décide des places sociales, il faut répondre oui. Or, cette réponse n'a jamais été assumée politiquement, car la majorité des Français y étaient hostiles, à commencer par les enseignants qui l'auraient admise pour les enfants des autres mais non pour les leurs. Le résultat fut donc un compromis honteux. Le système public fonctionne comme s'il avait ce droit, et il en use largement envers les humbles", écrivait-il, en 2004, dans Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation (Tome IV, Librairie Académique Perrin).

Aujourd'hui, il estime qu'il sera difficile de faire marche arrière sans transformer le système.

-----------------

Education

Édition abonnés Contenu exclusif

30/11/2012

NDDL : mercredi 5 décembre, Mairie de St Pons de Thomières

communiqué :
L'Union Locale CNT des Hauts Cantons appelle à un rassemblement le
mercredi 5 décembre à partir de 10h30 devant la Mairie de St Pons de Thomières
pour soutenir ceux, qui, sur place, protègent Notre Dame des Landes (Nantes) d'un projet d'Aéroport .
> > 
> > 
> > pour suivre cette lutte: http://lazad.noblogs.org/

Flash Infos - Zone A Défendre

09/09/2012

Nîmes : suppressions de postes dans l'éducation nationale

communiqué:

La rentrée le mardi 4 septembre 2012, s'est faite sous le signe de la mobilisation au LP Darboux (Nîmes). La totalité du corps enseignant et l'équipe Vie scolaire votaient à l'unanimité la grève pour protester contre la suppression de 8 postes en contrat aidé.

Cet établissement est pourtant un Lycée classé Éclair ce qui constitue « normalement » un petit plus pour disposer de moyens supplémentaires. Comme quoi entre les annonces officielles et la réalité du terrain, une certaine discordance prévaut.

Ce Lycée est pourtant bien connu des services du rectorat. Composé de 713 élèves dont « 60% sont ici par défaut » aux dires du Proviseur, son quotidien est celui de nombreux établissements sensibles : des classes surchargées, des élèves en décrochage scolaire, des tensions qui pèsent sur la scolarité des élèves et la vie des enseigant-es et autres personnels. L’an dernier, les enseignant-es avaient livré, sur une soixantaine de pages, des lettres anonymes décrivant leurs conditions de travail. Intitulé “Stress, mal-être, souffrance au travail : témoignages”, le document avait été transmis au rectorat. Sans effet. 

Après une semaine de grève votée au jour le jour, les Darboux ont obtenu dans leur rapport de force avec le Rectorat  : un poste et demi d'Assistant d'éducation (AED), deux postes en CUI et un assistant prévention sécurité (nouveauté gouvernementale de cette rentrée), soit l'équivalent de 6 temps plein. Un résultat donc en dessous des revendications des grévistes qui réclamaient la récupération des 8 postes supprimés.

Vendredi 7 septembre le mouvement de grève était suspendu afin de ne pas « pénaliser les élèves ». Les personnels du lycée n'entendent pas en rester là pour autant. Mercredi 12 septembre ils se retrouveront devant les portes des services départementaux de l’Éducation nationale du Gard.

31/05/2012

La politique éducative de Sarkozy

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/education-l-excellence-hors-de-prix-30-05-2012-1466592_23.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120531

Éducation : l'excellence hors de prix

En 2011, les internats d'excellence, mesure-phare de la politique éducative de Sarkozy, faisaient l'objet d'un rapport. Au vitriol !

C'était le 30 août 2009. Sous un beau soleil, le Tout-Paris éducatif se pressait au fin fond de nulle part, en Seine-et-Marne, au milieu des champs de blé, dans les austères bâtisses d'une caserne gigantesque. Petits fours, discours, visite express des lieux... Jean-Michel Blanquer, recteur de l'académie de Créteil, jouait les maîtres de cérémonie pour l'ouverture de l'internat d'excellence de Sourdun. Il n'était pas peu fier de montrer à la presse venue en masse des locaux qui, quelques mois auparavant, abritaient encore le 2e régiment de hussards. Beau symbole, car c'était désormais les hussards de la République qui allaient occuper les lieux et sauver de l'échec scolaire les 120 gamins qu'on était parvenu à recruter en un temps record. Ils étaient là, un peu ébahis de l'intérêt qu'ils suscitaient, un peu perdus aussi au milieu des 50 hectares du domaine militaire.

"Utopie"

Cette "utopie éducative concrète", selon Jean-Michel Blanquer, devait accueillir 500 élèves lorsqu'elle tournerait à plein régime, de la 6e à la classe préparatoire. Ils y bénéficieraient de conditions exceptionnelles, en termes de locaux, d'assistance pédagogique (en 2009, ce jour-là, 40 adultes allaient encadrer ces 120 élèves, soit un ratio de un pour trois !), d'accompagnement périscolaire : voyages à Pondichéry, activités sportives en pagaille, équitation, culture d'un potager... Tout avait l'air possible ce 31 août 2009, à Sourdun, en Seine-et-Marne.

Aujourd'hui, l'utopie a du plomb dans l'aile. Parmi les dix-sept rapports d'inspection rendus publics par le ministère figurent les 57 pages que les deux inspections générales ont consacrées en juin 2011 à ce dispositif, dressant un premier bilan de leur mise en place. Et comme on pouvait s'y attendre, le rapport est une petite bombe.

Précipitation

Il y est décrit que le volontarisme au service de l'éducation ne produit pas toujours les effets escomptés. Dans cette affaire d'excellence, il fallait aller vite. Très vite ! On a donc fait flèche de tout bois, réhabilitant en quelques semaines des casernes, ou créant, dans des structures existantes, des places labellisées "internat d'excellence". À Sourdun, comme à Montpellier, les militaires ont quitté en juin une caserne devenue internat dès la rentrée suivante. Les inspecteurs racontent également l'effarement d'un proviseur nouvellement affecté apprenant en septembre qu'il dispose de places labellisées dans son établissement. Nul n'était au courant dans son équipe. Un autre l'apprend en lisant le bulletin officiel de l'Éducation nationale !

Il y est détaillé aussi comment, en labellisant "excellence", une poignée de places réservées à des élèves dûment sélectionnés dans des établissements existants, on a créé une situation explosive. À Barcelonnette, "l'incompréhension était totale". Les internes "non-excellents" ressentant comme une injustice les "privilèges" dont bénéficiaient les internes "d'excellence". Idem à Nice où 30 internes d'excellence côtoient "les 170 autres internes (hébergés aux étages inférieurs de l'internat) (...) Eux aussi de condition modeste, ils ne disposent pas d'ordinateurs dans les chambres, ni de salle commune destinée à l'accompagnement (...) Ils ne bénéficient pas non plus d'aide aux devoirs, ni de l'offre des activités culturelles et sportives dédiée à l'internat d'excellence."

Spectacle

Ces élèves relégués "aux étages inférieurs" sont à l'image du dispositif tout entier. En un temps où la Révision générale des politiques publiques (RGPP) réclamait à l'Éducation nationale de sacrifier 16 000 postes par an, les internats d'excellence ont réservé à une poignée d'élèves des conditions d'étude à un coût exorbitant. Objectif : être la "vitrine" du volontarisme sarkozyste, et afficher des résultats immédiats et spectaculaires. Les inspecteurs le notent d'ailleurs : la couverture médiatique a été "exceptionnelle".

La réalité, elle, s'égrène d'abord en chiffres : le montant prévisionnel des investissements dans le bâti s'élève en 2011 à plus de 200 millions d'euros pour les 13 internats. En ce qui concerne les moyens humains, les taux d'encadrement sont inouïs : de 1 adulte pour 3,5 élèves à Sourdun comme à Douai, 1 pour 5 à Marly, et 1 adulte pour moins de 3 élèves à Montpellier.

Impossible pour les inspecteurs de déterminer les dépenses de fonctionnement (hors masse salariale) à ce stade du processus : "Tout au plus peut-on constater que ces moyens (...) sont manifestement très importants en valeur absolue eu égard aux effectifs d'élèves concernés". À Sourdun, le surcoût de l'excellence (hors masse salariale donc) s'élève à 10 000 euros par élève. Rappelons à titre de comparaison que le coût (masse salariale comprise cette fois) d'un élève lambda est de 7 000 euros au collège et de 9 000 euros au lycée.

Ces "privilégiés" étaient en 2010-2011 au nombre de 1 007. Parmi eux, et c'est un scandale de plus, 60 % de boursiers seulement en moyenne, 50 % à Sourdun.

Cible

En cause, un recrutement reposant sur l'ambiguïté du mot excellence. Les inspecteurs rappellent qu'elle consiste à donner des moyens exceptionnels de réussite à des élèves ayant un bon potentiel mais dont les conditions d'études dans leur famille ou leur environnement ne sont pas optimales. Il ne s'agit donc pas d'écoles pour "surdoués", comme l'ont cru certains enseignants, selon le rapport, pas plus que d'un lieu où des collèges difficiles pouvaient se débarrasser de leurs élèves "à problèmes". Pour cela d'autres structures avaient été prévues : les internats de "réussite éducative".

Las ! "Dans la plupart des internats d'excellence, on rencontre une minorité d'élèves qui ne correspondent pas au public cible, écrivent les inspecteurs. Il s'agit parfois d'une inadéquation par le haut (comment ne pas s'étonner, dans un tel internat, de la présence d'un enfant de professeur des écoles, d'un enfant de notaire, de vétérinaire et même... de proviseur ?), mais, la plupart du temps, par le bas (élèves perturbateurs ou souffrant de problèmes psychologiques)." Ainsi, à Cachan "la moitié des 50 élèves aurait des problèmes de nature médicale, psychologique, affective ou comportementale".

En cause, les délais très courts laissés aux acteurs du système éducatif pour remplir des structures. Mais surtout, un ciblage vicié en fonction de la nature même du projet d'internat d'excellence. Présenté comme un volet de la politique de la ville et en partie subventionné par l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, il a superbement ignoré les problèmes des territoires ruraux. Les campagnes, dont les besoins en internat sont pourtant plus évidents étant donné les problématiques de transports, n'ont pas moins de difficulté que les banlieues, rappelle le rapport, soulignant une nouvelle discrimination au coeur même d'un projet qui se présentait comme républicain.

Valeur ajoutée

La réussite est-elle au rendez-vous ? Sur cette question, les inspecteurs bottent en touche, expliquant que l'on manque de recul. Tout au plus notent-ils qu'à Sourdun, les 36 candidats au brevet l'ont obtenu alors que le taux attendu (étant donné les origines sociales) était de 75 %. En parallèle de ces résultats jugés "encourageants", le rapport donne quelques données qui le sont beaucoup moins sur les exclusions et les démissions en cours d'année qui concernent, selon les établissements, 10 à 30 % des effectifs. Ils s'interrogent sur l'avalanche d'activités que subissent les élèves, au détriment de leur apprentissage du travail autonome, évoquent un effet "vitrine" qui "l'emporte sur la préoccupation éducative". Les rédacteurs appellent donc de leurs voeux une évaluation sérieuse "afin de mesurer sur une certaine durée la valeur ajoutée" du dispositif. Mais une évaluation sérieuse et... payable, car à Sourdun, celle qui est alors en cours a un coût lui aussi prohibitif, "de 724 782 euros sur trois ans" !

La conclusion n'est guère étonnante. Les inspecteurs, qui n'étaient pas mandatés pour juger du bien-fondé d'un projet porté par le président de la République en personne, s'interrogent sur la possibilité de le pérenniser. "La soutenabilité financière est incertaine pour des projets qui exigent des moyens exorbitants du droit commun et qui ne peuvent être mobilisés que dans le cadre d'une opération exceptionnelle comme celle du grand emprunt." "Partout, écrivent-ils, est posée la question de savoir si, dans un contexte de restriction budgétaire, le rythme de financement pourra être maintenu."

Interrogée sur le sujet, l'équipe de Vincent Peillon reste évasive : "Ces rapports soulèvent un débat et ouvrent la réflexion. Mais à ce jour, le calendrier n'est pas encore fixé. Ce qui est certain, c'est que tous les chantiers ne pourront pas être ouverts en même temps."

Il faudra pourtant trancher rapidement. Car ce sont bien de vrais élèves qui se sont embarqués dans cette "utopie concrète". Il faudrait penser à les évacuer en bon ordre avant qu'elle ne fasse définitivement naufrage.

13/02/2012

Mardi 14 , conférence

Dans le cadre du cycle  "Les CultureSciences", d'une conférence mardi 14 février à 18 heures

"Mettre les sciences en démocratie"
par Pierre-Benoit JOLY, économiste et sociologue de l'innovation , directeur de recherche à l'INRA.
 
La conférence a lieu Amphithéatre Philippe Lamour,
au campus de la Gaillarde
(Sup Agro, www.supagro.fr),
2 place Pierre Viala à Montpellier.

09/11/2011

Gaza et sa bande !

lu sur :

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/09/culture-generale-la-bande-a-gaza-un-groupe-dextremistes-palestiniens/

"La bande à Gaza ? C'est pas un groupe d'extrémistes palestiniens ?"

Une doctorante à l'université de Montpellier a mené une enquête auprès d'un groupe d'étudiants en deuxième année d'histoire-géographie sur leur connaissance du conflit israélo-palestinien. Les résultats sont ahurissants.
 

"La bande à Gaza" ? "Un groupe organisé, armé", "des extrémistes palestiniens à l'origine de plusieurs attentats". La Cisjordanie ? Un "pays voisin accueillant des réfugiés et se mettant en conflit avec l’Etat d’Israël". Jérusalem ? Une zone "internationale" ou "neutre". Les colonies ? "L'implantation initiale des colons après la seconde guerre mondiale""elles n’existent plus"...

Cette séquence de questions-réponses sur le conflit israélo-palestinien n'a pas été réalisée dans un collège, ni même au lycée. Elle est le fruit d'une étude menée par Chloé Yvroux, doctorante à l'université de Montpellier, auprès d'un groupe d’étudiants en deuxième année d'histoire-géographie de cette même faculté. Les résultats, édifiants, sont à découvrir sur le blog Visions cartographiques du Monde diplomatique.

Chloé Yvroux a interrogé ces étudiants sur leur vision du conflit israélo-palestinien à travers une série de questions simples. "Pour un groupe a priori mieux informé que la moyenne de la population, les résultats sont tout simplement ahurissants", précise la note en introduction.

L'enquête s'appuie sur une série de questions ouvertes et sur la réalisation de cartes. Les fonds de carte sont proposés aux étudiants avec la consigne suivante : "Voici le territoire du conflit. Complétez cette carte avec tous les éléments que vous connaissez."

"Il en ressort que pour nombre d'étudiants, la bande de Gaza constitue le seul territoire des Palestiniens", résume Chloé Yvroux. "Dernière bande de terre encore sous un petit contrôle palestinien""territoire des Palestiniens, le seul qu’il leur reste, envié par les Israéliens""bande de terre où sont réfugiés l’ensemble des Palestiniens", elle devient même, pour près d’un tiers des étudiants, l'enjeu principal du conflit israélo-palestinien.

"Les cartes produites illustrent cette vision partagée : Gaza apparaît parfois littéralement comme une 'bande' traversant le territoire de part en part, séparant Israël de la Palestine", explique l'auteur, schémas à l'appui .

Chacun se croit légitime à avoir, voire à donner un avis sur le conflit israélo-palestinien. Mais quelle est la valeur réelle des informations dont nous croyons disposer ? C'est à cette question qu'a voulu tenter de répondre Chloé Yvroux.

"Au-delà du simple constat d'un manque général de connaissances, l’analyse des représentations révèle des perceptions bien partagées, apparemment dues à des déformations collectives, explique-t-elle. De la situation au Proche-Orient, la plupart des Français ne reçoivent des informations qu’au travers des conversations, de la littérature et des médias. Autant de filtres et d’intermédiaires à l’origine du processus de fabrication des représentations qui permettent de créer un cadre de médiation avec le 'réel'."

Si vous sentez que vous avez besoin de mettre à jour vos connaissances sur la région, et que vous parlez allemand, voici un épisode de l'émission d'Arte "Le dessous des cartes" (la version française n'est pas disponible, mais vous pourrez toujours voir les cartes) 

20/10/2011

À propos du drame du lycée de Béziers (suite)

communiqué :
 
Béziers, le 19 octobre 2011

 

A Monsieur le Recteur de l’académie de Montpellier
s/c de M. le Proviseur de la cité scolaire Jean Moulin, Béziers

 

 

Monsieur le Recteur,

 

            Nous avons, au mois de septembre, demandé et obtenu une audience au sujet de la situation préoccupante de la cité scolaire Jean Moulin. Reçue dans les délais les plus brefs, notre délégation a certes pu exposer des éléments objectifs et concrets qui ont permis un diagnostic partagé, précis et très alarmant de nos conditions de rentrée.

 

            La situation de la cité scolaire est donc connue, mais aucune mesure n’a été prise sur le terrain. L’acte de notre collègue nous a tous plongés dans un état de vive émotion, de tension extrême et de colère.

 

            Nous regrettons de ne pas vous avoir rencontré dans ce moment de crise. A la veille de reprendre les élèves, les personnels font un constat terrible : celui de leur désarroi face à un tel traumatisme. Nous tenons à cet égard à remercier chaleureusement l’ensemble des bénévoles qui sont intervenus dans le cadre de la cellule psychologique.

 

            Nous demandons unanimement l’ouverture d’une enquête administrative sur les circonstances de ce drame,  car nous ne pouvons nous satisfaire des explications fournies par nos autorités de tutelle.

 

            Cet événement d’une extrême violence a amplifié de nombreux questionnements, et en a suscité d’autres, au sujet de nos conditions de travail, et au sujet de la manière dont les personnels de l’Education Nationale ne sont ni entendus, ni aidés, ni suivis lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans l’exercice de leurs missions, de plus en plus lourdes et complexes.

 

            La multitude des témoignages que nous recevons de nombreux établissements de France, nous montrent que nous sommes dans la même situation. La parole est en train de se libérer sur le malaise enseignant : écoutez-la !

 

 

Nous sollicitons une audience dans les plus brefs délais pour entendre nos attentes parmi lesquelles :
·         Mettre en place une médecine du travail adaptée ;
·         Restituer les moyens perdus depuis cinq ans ;
·         Adapter les moyens aux besoins et aux spécificités de chaque établissement, en concertation avec les personnels.

 

FAITES NOUS CONFIANCE !

 

 

 Veuillez agréer, M. le Recteur, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

 

Les personnels de la cité scolaire Jean Moulin, Béziers.

 

17/10/2011

À propos du drame du lycée de Béziers

Communiqué :

 lettre d' un collègue de Jean Moulin 

Notre collègue du lycée Jean-Moulins à Béziers qui s'est immolée est décédée.Nous sommes tous bouleversés voire traumatisés.Nous sommes en AG depuis 2 jours et avons refusé d'accueillir les élèves en classe,et décidés une grêve illimitée jusqu'à ce que les responsabilités soient établies.
  Voici notre programme :
 Lundi 17, matin 8h AG, après-midi marche blanche silencieuse avec un bandeau noir à Béziers
 Mardi matin AG, 14H départ pour une manifestation académique au rectorat de Montpellier
  Mercredi: obsèques ?
 Jeudi 10h débrayage, commémoration de ce drame dans tous les établissements de France.
  Nous souhaitons une mobilisation générale pour que la souffrance au travail cesse et que de tels drames ne se renouvellent plus
.
  PS Lise à dit en s'enflammant : "je le fais pour Vous"
   Luc  Chatel a menti , elle n'était pas suivie médicalement, ni fragile, mais consciencieuse, compétente,aimant son travail et courageuse.
  Nous comptons sur Vous tous.
 Merci de diffuser ce mail à toutes vos connaissances afin d'alerter l'opinion, pour que l'éducation nationale ne devienne pas France-telecom...

lycée Jean-Moulin- Béziers

  http://www.midilibre.fr/2011/10/14/beziers-l-enseignante-...

En hommage à Lise Bonnafous

Notre collègue du lycée Jean Moulin de Béziers, Madame Lise Bonnafous, a pris la décision terrible de mettre fin à ses jours jeudi 13 octobre à 10h. Elle s'est immolée dans la cour du lycée, sous les yeux des élèves et de ses collègues de travail. Ses graves brûlures ont entraîné sa mort ce vendredi 14 octobre. 

Les collègues biterrois de Lise Bonnafous, dans les cités scolaires Henri IV et Jean Moulin, ont exprimé toute la peine et la colère que ce drame a suscité en eux. "Solidarité avec Lise", "Plus jamais ça" : ces phrases ont émaillé leurs témoignages. Ils organiseront lundi à Béziers une marche blanche en mémoire de Lise Bonnafous, et rendront hommage à la défunte durant les prochains jours. 

Mais cet événement terrible doit avoir un écho au niveau national. Le suicide d'un enseignant sur son lieu de travail, et dans des conditions aussi violentes, doit être l'occasion d'une profonde prise de conscience de la part de toute la société. 

Suite aux discussions entre collègues qui ont eu lieu sur le forum neoprofs.org, nous invitons l'ensemble des professeurs, ainsi que toutes les personnes émues par ce décès, à porter un brassard blanc lundi 17 octobre 2011 à partir de 14h, heure de la marche qui aura lieu à Béziers en hommage à Lise Bonnafous. Nous vous invitons également à porter ce même brassard jeudi 20 octobre au matin, une semaine après l'immolation de l'enseignante qui a eu lieu jeudi 13 octobre à 10h. 

D'autres actions collectives peuvent être envisagées : certains collègues envisagent par exemple d'observer une minute de silence lundi 17 octobre à 14h, ou jeudi 20 octobre à 10h. D'autre part, les syndicats de l'Education nationale relaieront, le cas échéant, les appels au débrayage lancés par les collègues biterrois. 

Toutes nos pensées vont aux collègues, aux personnels techniques, à l'administration, aux cadres et aux élèves de la Cité Jean moulin de Béziers, qui ont perdu une collègue dans des conditions terribles. Ils ont malgré tout trouvé la force nécessaire pour appeler l'ensemble de la société et des enseignants à rendre hommage à Lise Bonnafous. Nul doute qu'ils auront besoin d'un soutien amical, fût-il symbolique, de la part de toutes celles et ceux qui se sentiront touchés par le décès brutal et violent de Lise Bonnafous sur son lieu de travail. 

Outre les discussions qui ont eu lieu sur neoprofs.org, plusieurs témoignages d'hommage sont déjà lisibles sur internet : 
- Sur Facebook, un groupe d'hommage a été créé par un élève de Lise Bonnafous : http://www.facebook.com/#!/groups/291836954161765/ 
- Sur Facebook également, une page d'hommage a été réalisée par un enseignant : http://www.facebook.com/#!/pages/En-hommage-%C3%A0-Lise-Bonnafous-du-lyc%C3%A9e-Jean-Moulin-de-B%C3%A9ziers/301406463219576 
- Un blog consacré aux réactions suite à ce suicide a été lancé : http://hommagealisebonnafous.unblog.fr/ 

Merci de relayer ce message auprès de vos contacts, de vos collègues, de vos proches et de vos amis, ainsi que sur les supports de communication (sites, blogs...) et sur les réseaux auxquels vous participez habituellement.

------

Pour la défense  des personnels  confrontés aux risques psycho-sociaux 

(collectif d'enseignants toulousains)

         D'année en année, la situation des publics scolaires et des personnels s'aggrave, donnant lieu désormais à des faits dramatiques: tentatives de meurtre, suicides...     Cette crise,  alimentée par un dispositif de réformes  destructrices et par la montée réactionnelle des violences au niveau des publics, est accentuée par les états de fait suivants:

  -pas d'évaluation ministérielle de la souffrance au travail (à la différence de l'entreprise France Télécom, par exemple) 

   -comportement aléatoire des personnels d'encadrement, qui peuvent soutenir le/la collègue en difficulté ou l'incriminer pour des manquements en matière d'autorité 
  
   
-pas de prise en compte de la féminisation de la corporation comme facteur de vulnérabilité psycho-sociale 
    
-isolement des personnels mis en difficulté: pas de prise en charge par la MAIF-Autonome de solidarité  de la grande majorité des cas de violence (seuls sont pris en compte  les faits passibles de peines, par exemple sous forme de violence physique); 
prise en compte insuffisante de cette problématique par les syndicats 
    - 
récupération de ce déficit par SOS Education, association proche de l'extrême-droite.

    La défense syndicale des personnels en difficulté passe entre autres par la réalisation des objectifs suivants:
 - accueil et écoute des personnels; conseil sur les démarches administratives, médicales, juridiques...à mener 
-défense des personnels auprès des autorités administratives: suivi de leur carrière, souvent bloquée de ce fait (phénomène de la «double peine»)

-constitution et large diffusion de statistiques sur l'évolution du phénomène 
-interpellation régulière des pouvoirs publics, dans le sens du strict respect des prérogatives et de l'autorité des personnels enseignants et d'éducation, de l'application à l'Education nationale des procédures concernant la souffrance au travail dans les entreprises (France Télécom...) et de la promotion d'une politique éducative active en matière de citoyenneté et de parité.

--------------------
Objet : [Cultures] profs à vie, c'est fini : article du journal du dimanche (16 octobre)

Une page du journal du dimanche d'aujourd'hui, dans la rubrique société, s'intitule "profs à vie, c'est fini"
Voici le chapeau :
Education : Mal préparés, peu écoutés, stressés, les enseignants doutent. Certains même, de plus en plus nombreux, quittent le métier

A rapprocher du rapport de l'OCDE " Le rôle crucial des enseignants : Attirer, former et retenir des enseignants de qualité", téléchargeable en ligne.
http://www.oecd.org/document/52/0,3746,fr_2649_39263231_36221243_1_1_1_1,00.html

La poussée néolibérale, l'autoritarisme et le sécuritarisme, au lieu d'améliorer le système scolaire par la concurrence, génère une fuite des novices non formés et des enseignants qualifiés les plus motivés pour une pédagogie populaire. L'immolation par le feu de Béziers est l'expression d'un système qui génère une injonction paradoxale, une double contrainte, qui finit par produire, selon Laborit, la fuite (abandon de plus en plus massif de la profession), l'auto-agression (l'immolation par le feu) ou l'agression et la rébellion (les désobéisseurs). 

11/10/2011

La Fête de la science

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

La Fête de la science célèbre ses 20 ans
La Fête de la science aura lieu demain et jusqu’au 16 octobre, et proposera des milliers d’animations en France. A l’occasion des 20 ans de cette manifestation, le Ministère de la Recherche propose aux internautes un nouveau site (www.fetedelascience.fr) permettant d’avoir un accès direct aux informations concernant les différentes animations. Jérémie Mattout, chercheur à l’Inserm, explique sur France Info son travail sur les interfaces cerveau-machine qu'il présentera lors de cette manifestation. (Le Quotidien du médecin, France Info, 10/10, 20 Minutes, 11/10)

12/09/2011

Manifeste contre le dépouillement de l’école

communiqué :

http://ecole.depouillee.free.fr/spip.php?article1

Manifeste contre le dépouillement de l’école

Nous, collectif contre le dépouillement de l’école, déclarons que les « réformes » appliquées à l’Éducation nationale n’ont de réforme que le nom, et qu’elles masquent en réalité, le plus insupportable, le plus dangereux des dépouillements. Aujourd’hui, selon une logique comptable et technocratique à courte vue, les fondements de l’école républicaine sont menacés, et l’idéal d’une éducation de qualité pour tous sapé à la base.

Nous proclamons aujourd’hui que « l’école est nue ».

Nue non seulement parce qu’elle est privée de moyens financiers, mais aussi et surtout parce qu’elle est amputée progressivement de son sens, expurgée de la visée humaniste qui, depuis les Grecs, lui donne son nom d’« école ».

L’école est dépouillée quand le gouvernement tarit les concours de recrutement de professeurs, quand il n’assure plus la relève des enseignants retraités, ni les remplacements de professeurs malades ou en congé, et qu’il fait appel à des « viviers de vacataires » non formés et corvéables à merci.

L’école est abandonnée, quand l’État se décharge de son financement sur les collectivités locales, supprime la carte scolaire et impose l’« autonomie des établissements », instaurant de telles inégalités entre académies, filières et élèves, qu’il bafoue ses principes républicains.

L’école est dégarnie, quand elle est vidée de sa présence humaine (surveillants, conseillers d’orientation-psychologues, médecins et infirmiers scolaires, assistants sociaux, assistants pédagogiques…), remplacés par des caméras de surveillance et autres portiques de sécurité.

Les professeurs sont démunis, placés devant des élèves sans formation pratique sérieuse quand ils débutent ; obligés, au détriment de la qualité de leurs cours, d’assumer des tâches de plus en plus nombreuses ; sommés, dans certaines filières « réformées », de se convertir à des disciplines qu’ils ne maîtrisent pas en l’espace de quelques semaines ; travaillant souvent sans manuel scolaire et sans savoir à quel examen ils préparent les élèves, car les nouveaux programmes sont appliqués dans la précipitation ; contraints de bricoler, de s’agiter, de faire semblant, de s’adapter à tout et surtout à n’importe quoi sous couvert d’innovation pédagogique.

Les professeurs sont destitués, désormais recrutés, selon leur conformité idéologique au modèle du « fonctionnaire responsable » davantage que pour leur maîtrise d’un savoir ; bientôt réduits à des employés lambda, privés de l’essentiel de leur liberté pédagogique, soumis à une concurrence absurde ; obligés pour mendier des moyens de vendre leurs « projets » comme une soupe, et de se battre contre d’autres professeurs pour conserver leurs heures de cours ou leur poste.

Les élèves sont spoliés, parqués à 35 ou 40 dans les classes, livrés à la loi des « flux », broyés dans la masse ; privés de centaines d’heures de cours dans les différentes disciplines, au profit d’activités-gadgets ; privés de dispositifs efficaces de soutien ; leurs familles rendues responsables de leur échec via des « contrats de réussite » ou des « stages d’été » inadaptés.

Les élèves sont appauvris parce qu’on leur refuse d’apprendre le latin et le grec, les langues dites « rares » (c’est-à-dire toutes hormis l’anglais), les arts et ce qui n’est pas « rentable » ; parce que les nouveaux programmes leur proposent de l’anglais sans Shakespeare, de l’histoire sans passé, du français sans grammaire, des mathématiques sans démonstration – toujours moins de culture, et plus de procédures.

Les élèves sont dépecés, eux que l’on doit calibrer avec des « items » selon les nouvelles « grilles de compétences », comme si l’intelligence humaine pouvait se découper en tranches ; eux à qui l’on doit inculquer un « socle commun de connaissances et de compétences » davantage fondé sur l’idéal de l’O.C.D.E que sur celui de Montaigne.

Aujourd’hui nous appelons tous les « dépouillés » de l’Éducation nationale à nous rejoindre. Professeurs, parents, élèves, citoyens, il est encore temps d’inverser le cours délétère des pseudo-« réformes » qui transforment l’école en garderie sociale et transfèrent ses missions vers le secteur privé, au profit des plus riches et des mieux informés. Il suffit d’une volonté politique, celle de démocratiser le savoir, jadis portée par un Condorcet, un Jules Ferry, ou le comité national de la Résistance (qui a produit la commission Langevin-Wallon). Nous en appelons aux responsables politiques français, pour qu’ils agissent résolument contre le dépouillement de l’Éducation nationale.

Signer le manifeste 

29/03/2011

On se dilate la rate

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/29/le-college-cavanna-va-t-il-s-appeler-sarkozy_1500048_3224.html

Le collège Cavanna va-t-il s'appeler "Sarkozy" ?


Lundi 28 mars, le patron de "Charlie Hebdo" a écrit au recteur de l'académie de Créteil, au ministre de l'éducation nationale et à la région Ile-de-France pour leur demander de débaptiser le collège Cavanna de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne).

"L'ennui avec les honneurs, c'est que ça arrive en même temps que la première varice...", a souvent plaisanté François Cavanna. Aujourd'hui, l'écrivain fait l'expérience qu'en plus de les attendre longtemps, les honneurs, il faut parfois aussi s'en débarrasser très vite.

Lundi 28 mars, le patron de Charlie Hebdo a écrit au recteur de l'académie de Créteil, au ministre de l'éducation nationale et à la région Ile-de-France pour leur demander de débaptiser le collège Cavanna de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne). Il estime qu'il y a désormais "tromperie sur la marchandise".

Dans la ville natale de l'auteur des Ritals, l'établissement régional d'enseignement adapté François-Cavanna accueillait 130 enfants perdus pour le collège classique."Des jeunes qui n'ont pas eu de chance et cumulent les difficultés", explique pudiquement un professeur. A ces gamins, les enseignants redonnaient les bases en lecture et en calcul, puis les préparaient à un CAP. Avec succès, le plus souvent. "En six ou sept ans, on avait le temps de faire un vrai travail", expliqueXavier Muger, professeur en poste depuis 1982.

Eloignement salvateur

C'est pourtant au passé qu'il faudrait parler de cette structure originale. Les filles, à qui on proposait une place en internat quand un éloignement de leur famille était nécessaire, seront relogées à Bonneuil-sur-Marne, commune beaucoup moins bien desservie par les transports. L'internat de Nogent doit fermer à la rentrée. Aux garçons, on demandera de retourner dans les classes pour élèves en difficultés de leur collège de proximité. "Alors que, pour bon nombre de ces jeunes fragiles, l'éloignement est vraiment salvateur", ajoute l'enseignant, qui peut raconter bien des histoires d'élèves repêchés in extremis parce qu'on a su les sortir de leur environnement.

On se perd un peu dans les motifs de cette fermeture, prévue pour n'épargner que les formations professionnelles. La directrice, Claude Cognard, explique que son internat était vétuste. Elle ajoute qu'elle a reçu un courrier de la région demandant désormais des internats mixtes. La région s'étouffe en entendant l'argument et rappelle par la voix d'Henriette Zoughebi, chargée des lycées, que cette lettre, envoyée à tous les établissements, "n'a jamais eu pour objectif des fermetures d'internats. Et surtout pas lorsque les publics sont fragiles". Et d'ajouter : "Le rectorat, qui a pris cette mesure pour économiser des postes, n'a qu'à l'assumer. Moi, je m'y opposerai."

En attendant, le fondateur de Charlie Hebdo reste décidé à reprendre son nom, parce qu'il "refuse cette liquidation". Pour ne pas laisser M. le recteur dans l'embarras et un établissement orphelin de nom, Cavanna, qui ne manque guère d'imagination, suggère qu'on rebaptise "Nicolas Sarkozy" l'établissement qui survivra avec moins de profs et moins d'élèves.

Maryline Baumard

11/12/2010

Appel national pour l'Ecole publique

communiqué:

http://www.appelpourlecolepublique.fr/

Grâce à vousl'Appel national pour l'Ecole publique a finalement réuni plus de 302 000 pétitionnaires. Les organisations nationales signataires ont décidé d’adresser une lettre ouverte au  Président de la République, au  Premier Ministre, au  Ministre de l’Education Nationale, aux présidents des groupes parlementaires,  aux présidents des Conseils Régionaux et Généraux, ainsi qu’aux responsables des Partis politiques.

Forts de cette action qui est la plus importante pétition de défense et de promotion de l’Ecole Publique depuis 30 ans, nous exigeons que ces responsables politiques s’engagent eux aussi pour l’Ecole de la République.

Nous vous invitons à diffuser la lettre ouverte que vous trouverez ici :http://www.appelpourlecolepublique.fr/Lettre_ouverte_des_...  en l’adressant à vos élus locaux.

Cette campagne d’opinion nous a permis de rencontrer des centaines de milliers de citoyens et sensibiliser des milliers d’élus. Elle a été menée en deux temps : D’abord, de  fin janvier au 19 juin (pour se rappeler du refus la loi Debré avec le serment de Vincennes de 1960), puis, du 9 septembre au 9 décembre, jour anniversaire du vote de la loi de 1905 qui définit la laïcité de notre pays.  Ces deux dates symboliques permettent de garder en mémoire les combats qui ont permis d’installer la liberté de conscience et l’Ecole de la République.

Mais notre action n’est pas commémorative, elle est une invitation à faire du service public laïque et gratuit d’éducation, une priorité pour l’avenir.

Nous vous remercions, une nouvelle fois, pour votre engagement.

06/10/2010

Appel National pour l'École Publique

Une pétition sur :

http://www.appelpourlecolepublique.fr/.

 

L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale. Elle est pourtant aujourd’hui menacée par des choix politiques qui favorisent le privé et encouragent le consumérisme éducatif.

Redonnons la Priorité à l’École laïque !

Le service public et laïque d’éducation doit garantir à chaque élève une scolarisation de qualité sur tous les territoires. Il doit permettre à chacune et chacun, quelle que soit son origine culturelle ou géographique, quelle que soit sa condition, quel que soit son handicap, de bénéficier d’une éducation et de s’approprier « le vivre ensemble » dans un espace où la liberté de conscience est strictement respectée.

Aujourd’hui, le service public et laïque d’éducation n’est plus une priorité de l’état.

Les nombreuses décisions ministérielles le montrent :

  • les dizaines de milliers de suppressions d’emplois qui ne cessent de le frapper durement, le fragilisent en zone rurale et l’asphyxient en zone urbaine,
  • les aides publiques concédées aux établissements privés (à 95% catholiques) qui n’ont jamais été aussi élevées. Il s’agit de près de 7 milliards d’Euros octroyés chaque année par l’État, auxquels viennent s’ajouter les participations obligatoires versées par les collectivités locales,
  • la loi Carle qui amplifie le financement de la concurrence au service public et conforte la logique de « marché » scolaire,
  • la suppression de la sectorisation, qui transforme les parents d’élèves en consommateurs d’école,
  • le développement du privé par le plan banlieue, là où les besoins du service public sont les plus criants, là où la ségrégation sociale est la plus forte,
  • les accords « Kouchner Vatican » (qui remettent en cause les règles de collation des grades universitaires au bénéfice des instituts catholiques) ainsi que les projets de financement par l’état de l’enseignement supérieur privé.

Nous, signataires de cette pétition, refusons l’affaiblissement organisé par l’État, de notre service public et laïque d’éducation.
L’éducation n’est pas une marchandise. La liberté de conscience doit être respectée partout et pour toutes et tous. L’argent de tous doit cesser de financer les choix de quelques-uns.

Nous exigeons une orientation politique qui fasse clairement le choix de l’École publique, laïque et gratuite.

Nous réaffirmons qu’il n’y a qu’une École de la République.

Nous demandons que l’effort éducatif de la Nation soit réservé au développement de l’École de la Nation.