Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/05/2015

derives armee israel (mots clefs)

Quelques liens :

(Juifs de tous les pays, révoltez-vous !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et aussi :

Israël a une vision singulière du droit de la guerre
Israël possède « l'armée la plus morale du monde ». .
www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/04/is

et encore

 
A l'annonce d'une trêve de deux heures, à 13H30 (10H30 GMT), un convoi d'ambulances et de camions de pompiers avance, dimanche, dans Chajaya dévastée, tandis que ...

 

 

04/05/2015

Mardi 5 Mai à 19h à la Salle Pétrarque

Pas de nouvelle note sur ce blog ?

Voyez Le blog libre - bis (lien ci-contre)

(je suis publiphobe)

------------------------------------------

communiqué :

Nous vous informons

Mardi 5 Mai à 19h à la Salle Pétrarque 


"Jérusalem : le sacré et le politique "  avec :  Youssef Habache Palestinien, Directeur du CDP (Comité pour le Développement et le Patrimoine), Représentant européen de HWC (Heath Committee Palestine), Paul Alliès, Pr. de Droit à Montpellier I, et Pierre Istambul, Co-président de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix)


Conférence organisée par le Comité BDS France 34 

26/04/2015

Montpellier : JÉRUSALEM, LE SACRÉ ET LE POLITIQUE. Conférence le 5 mai

communiqué :

MONTPELLIER mardi 5 MAI 2015 – 19H SALLE PÉTRARQUE (Place Pétrarque),

Conférence publique : JÉRUSALEM : LE SACRÉ ET LE POLITIQUE

avec la participation de :

Youssef HABACHE (Dir. Du Comité pour le Développement et le Patrimoine, Représentant Européen du HWC-P : Comité de travail pour la santé en Palestine)

Paul ALLIÈS (Pr. de droit, Université Montpellier I)

Pierre STAMBUL (Co-président de l’ UJFP : Union Juive Française pour la Paix).

Organisée par le Comité BDS France 34

22/02/2015

Pétition: Pas de drônes d’origine israélienne pour l’armée de terre française !

 
Pétition: Pas de drônes d’origine israélienne pour l’armée de terre française !

 

" Refusant cette complicité et rejoignant l’appel de la société civile palestinienne à la mise en œuvre d’un embargo militaire international contre l’Etat d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte le droit international, nous vous demandons de rejeter l’achat du drone Watchkeeper." 

                               SIGNEZ LA PETITION !

21/12/2014

Lundi 22 décembre à Montpellier : Valls

communiqué :

Demain pic de pollution politique à Montpellier !

Image 2.png

02/11/2014

Lundi 3 novembre à Montpellier : Les conditions de travail des Palestiniens en Israël et dans les colonies

communiqué :

Lundi 3 novembre

Les conditions de travail des Palestiniens en Israël et dans les colonies 

Réunion publique   18h Montpellier Espace ML King -  27 bld Louis Blanc  - 

arrêt tram Corum ou Louis Blanc

avec Wael Natheef, Secrétaire de la branche de PGFTU, Jéricho (fédération syndicale palestinienne) Khalid Dukhi, Avocat de l’ONG Kav LaOved.   

La réunion sera suivie d'un buffet .  

Organisée par  :  Union Locale CGT Montpellier + AFPS34

07/10/2014

Gaza : l’institut Unitar/Unosat de l’ONU publie un état des lieux

à lire sur Le Temps (Suisse)

Les satellites commerciaux privés permettent d’évaluer les zones de conflit ou de catastrophe difficiles d’accès avec une précision de plus en plus pointue et indiscutable. Alors que va s’ouvrir, le 12 octobre au Caire, une conférence des donateurs pour reconstruire Gaza, l’institut Unitar/Unosat de l’ONU publie un état des lieux très détaillé sur l’ampleur des dégâts, en comparant des images datant d’avant et d’après le conflit

 

----------

 

TECHNOLOGIES SPATIALES Mardi 07 octobre 2014
 

Gaza 2014, radiographie d’un désastre sans limite

PAR OLIVIER DESSIBOURG
Les satellites commerciaux privés permettent d’évaluer les zones de conflit ou de catastrophe difficiles d’accès avec une précision de plus en plus pointue et indiscutable. Alors que va s’ouvrir, le 12 octobre au Caire, une conférence des donateurs pour reconstruire Gaza, l’institut Unitar/Unosat de l’ONU publie un état des lieux très détaillé sur l’ampleur des dégâts, en comparant des images datant d’avant et d’après le conflit

Lorsqu’un déluge de feu s’est abattu sur une région densément peuplée, lorsque des milliers de bâtiments ont été détruits, comment les reconstruire? Selon quelles priorités? Et pour quel coût? A la suite du conflit qui a touché la bande de Gaza, entre le 8 juillet et le 26 août, ce sont ces questions que traitera, le 12 octobre au Caire, la Conférence internationale des donateurs placée sous l’égide de l’Egypte et de la Norvège, qui préside le comité de coordination de l’aide internationale aux Palestiniens (lire ci-contre). L’objectif: discuter de la contribution financière à attribuer à ce territoire meurtri.

Les participants pourront se baser notamment sur une étude publiée le 2 octobre par l’Unosat, le programme d’analyse satellitaire de l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar), basé à Genève. En compilant des images satellite – une technologie de plus en plus en plus utilisée pour évaluer les zones de crise, de conflit ou de catastrophe difficiles d’accès –, l’organisation a pu établir un relevé très précis des dégâts à Gaza.

Sur les 367 km2 de cette bande de terre, les clichés montrent, pour ce bilan effectué entre le 24 juillet et le 24 septembre 2014, que 15 264 bâtiments ont été endommagés – pour une petite moitié largement détruits. Sur 101 établissements de soins, 18 ont été impactés; un hôpital a même été rasé. Et sur 467 édifices scolaires, un a été réduit à néant, et 30 autres plus ou moins gravement touchés. Quant aux 1855 hectares voués à l’agriculture: 1263 serres ont été démolies, plus de la moitié entièrement. Tout cela sans compter les 7473 cratères d’impacts repérés dans les champs et zones non urbaines. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), ces dégâts touchent 40 000 personnes actives dans l’agriculture.

«L’avantage de ces chiffres est qu’ils sont objectifs et indiscutables, car nous ne nous occupons pas de politique, mais uniquement des faits», affirme Francesco Pisano, directeur de la recherche à Unitar, pour présenter les travaux d’Unosat, hébergé au CERN, où une trentaine de collaborateurs tirent profit des immenses capacités informatiques du laboratoire de physique. «Cette collaboration est unique, et ce n’est pas un hasard si elle a lieu à Genève», loue-t-il.

Unosat/Unitar n’agit que sur demande d’autres organisations onusiennes; dans ce cas précis, la requête est venue du Programme onusien pour de développement (PNUD). L’institut acquiert les images provenant de divers engins spatiaux. «A partir de 2005, les satellites commerciaux sont devenus aussi performants que leurs pendants militaires et scientifiques. On se procure des clichés comme on achète une chanson sur iTunes.» A des prix variables: les moins chers sont dans les archives (environ 300 dollars pièce), et les plus onéreux ceux commandés sur mesure (jusqu’à 3000 dollars). «C’est devenu un vrai business. Chaque année, plusieurs nouveaux satellites privés d’observation sont lancés», dit Francesco Pisano. Selon lui, outre l’Europe et les Etats-Unis, l’Inde et la Corée du Sud sont les pays qui vont le plus investir ce domaine; la Chine et la Russie sont déjà présentes, mais plutôt pour leurs propres besoins, les données descriptives des images étant rédigées dans leur langue. A l’Unosat, on n’a jamais utilisé d’images de satellites militaires. La raison? «Nous voulons éviter de nous faire reprocher d’avoir exploité des données secrètes. Nous n’utilisons que des images accessibles à tous pour que quiconque décriant nos travaux puisse tenter de les reproduire pour prouver qu’ils ne montrent pas la réalité.»

«Un logiciel nous indique quel satellite couvre quelle région à quel moment», poursuit l’expert. Pour cette étude sur Gaza, les engins Pléiades, opérés par Airbus Defense and Space, ont été utilisés. Avec des ajouts empruntés à Google Earth. Le tout avec une acuité de plus en plus pointue: «La précision est de 50 cm, et elle est encore amenée à s’améliorer. Sauf au-dessus d’Israël, qui reste le seul pays à ne pas autoriser une finesse meilleure qu’un mètre.» Un tel degré de définition de ces clichés peut être très utile lors de leur interprétation. «Après une fusillade au gros calibre contre un mur, il est possible de voir sur les images satellites les fragments tombés au sol, et de reconstituer l’événement. Autre exemple: nos spécialistes peuvent distinguer depuis l’espace si une ambulance en est vraiment une, et non pas un blindé déguisé en véhicule de soins…» Comment? «A la profondeur des traces laissées par leurs roues dans le sol.»

Les services de l’Unosat sont surtout exploités pour l’établissement des dégâts après un conflit ou une catastrophe humanitaire, mais aussi pour «voir comment c’était avant»; ainsi, dans le cas d’un glissement de terrain, les données satellite permettent aux sauveteurs de visualiser où se trouvaient les habitations englouties, afin de localiser les possibles survivants. Par ailleurs, lors de projets de reconstruction, dans des zones reculées, de bâtiments financés par la communauté internationale, un suivi satellite permet d’évaluer l’avancée des travaux.

«On associe souvent le terme «géointelligence» à l’observation par satellite, continue Francesco Pisano. Nous essayons de nous en départir, car ce mot fait parfois référence à des activités de renseignement. Or, nos travaux ont pour but de répertorier et d’instruire plutôt que de révéler. D’ailleurs, l’altitude à laquelle opèrent les satellites fait partie de la juridiction internationale. On ne peut pas nous accuser d’espionnage; on ne viole aucun espace aérien.» Ce qui ne serait pas le cas avec des drones d’observation, qu’utilise aussi l’Unosat depuis 2011.

«Notre travail consiste avant tout à établir les faits aussi clairement que possible, insiste-t-il. Si l’analyste ne voit rien, il n’en parle pas, ne fait pas d’interprétation», comme dans le cas de structure souterraine ou de bâtiment public transformé en repère militaire. «Cela dit, la meilleure des cartes satellite est celle qui est confirmée par des clichés pris au sol par nos collègues des agences humanitaires. C’est pourquoi notre appartenance à la Genève internationale est cruciale.»

La minutie de l’expertise d’Unosat vise un but premier: ôter aux entités impliquées la possibilité de nier ce qui s’est factuellement passé sur le terrain. «Concernant Gaza, on peut ainsi remettre en question l’efficacité des» frappes chirurgicales» annoncées contre des édifices militaires uniquement.» Si l’utilité de ces travaux semble évidente, leur divulgation suscite des réactions variées. Lorsque leur validité n’est pas contestée, ils servent de base à des prémisses de discussion, «comme lors du conflit entre la Russie et la Géorgie, en 2008». Dans d’autres situations, de telles analyses peuvent fâcher, lorsqu’elles surprennent. «Vers la fin de la guerre civile au Sri Lanka, en 2009, alors qu’aucune information ne sortait du pays, nous avons estimé le nombre de civils pris au piège dans les «zones protégées» et observé les mouvements de populations en réaction aux combats terrestres. Des informations qui ont permis d’identifier des violations des Conventions de Genève. La publication de ces analyses inattendues a fortement irrité le gouvernement sri-lankais.» Enfin, si elles permettent de «réduire le flou», de telles études dérangent parfois, «parce que certains pays n’ont pas le courage de se mettre en face de leur réalité, lorsqu’il s’agit, par exemple, de localiser des fosses communes. Ces données de précision n’aident pas à maintenir la rhétorique diplomatique.»

Il est par contre des cas où l’Unosat n’en use qu’avec modération: «Lorsque nos travaux peuvent faire empirer la situation.» Et Francesco Pisano d’expliquer que, dans certains cas, «des informations que nous divulguerions peuvent mettre en danger les équipes de l’ONU sur le terrain, ou les populations civiles, parce qu’elles pourraient être utilisées à mauvais escient par l’une des parties du conflit. Le meilleur moyen de ruiner une mission humanitaire reste de tuer l’un de ses représentants». Mais à retenir ou sélectionner ainsi des informations, n’y a-t-il pas une perte de l’objectivité tant revendiquée? «Nos activités sont toujours transparentes. Mais il est possible de ne pas tout divulguer en faisant du bruit… Et le moment choisi pour le faire est important, quand bien même nous ne sommes pas là pour dénoncer, comme certaines ONG le font selon leur agenda, également sur la base d’images satellite.»

Concernant Gaza, l’analyse publiée jeudi passé, et financée par le gouvernement danois, «fournit une base crédible pour l’évaluation des dégâts en vue de la reconstruction», estime Narjess Saidane, représentante du PNUD. Début septembre, selon l’AFP, des experts palestiniens ont estimé son coût à 7,2 milliards de francs, et dit qu’elle durerait cinq ans dans l’hypothèse d’une levée totale du blocus imposé par Israël sur l’enclave palestinienne.

-----------

 

 

02/10/2014

Informations de Palestine

communiqué de :

Agence Media Palestine | SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE

www.agencemediapalestine.fr/
 

Produits en Palestine: le nouveau slogan pour vendre les produits israéliens

"La Palestine profite de franchises douanières et de facilités liées à l’export dans ses échanges avec les pays de l’Union européenne, de sorte que des sociétés israéliennes coopèrent avec des commerçants palestiniens pour pouvoir exporter les dattes produites dans les colonies illégalement installées en Cisjordanie vers l’Union européenne, tout en bénéficiant de telles exemptions."

Lire la suite sur le site de l'Agence.

Un professeur de droit franco-palestinien résidant à Naplouse est détenu depuis une semaine par Israël, à la suite de son arrestation par l’armée.Un franco-palestinien détenu depuis une semaine par Israël

Lire à ce sujet l'article d'I-Télé.

A ce jour mercredi 1 octobre, personne n'a encore pu rencontrer Raed Abudadawia, son avocat n'a pas été autorisé à l'approcher, et la famille attend toujours l'intervention de la France.

Le Tribunal Russell conclut que le crime d’incitation au génocide et des crimes contre l’humanité ont été commis à Gaza

"Les juristes et Jury de la session extraordinaire du Tribunal Russell sur la Palestine qui s’est tenue à Bruxelles le 24 septembre 2014 ont constaté que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont été commis par l’armée israélienne à Gaza durant l’Opération Bordure Protectrice. Ils ont également conclu, à l’écoute de nombreux témoignages, que le discours employé à différents niveaux de la société israélienne pendant l’été 2014 avait parfois atteint le seuil nécessaire pour pouvoir le qualifier d’incitation directe et publique au génocide." VIDEO

Lire à ce sujet  la déclaration du Tribunal Russell publiée sur le site de l'Agence, le billet de Frank Barat sur Médiapart et celui de Michèle Sibony, "Ce que m’a appris le Tribunal Russell sur la Palestine" sur le site de l'Agence.

Véolia perd un contrat de plus de 750 millions d'euros pour ses violations du droit international en Palestine occupée

"La municipalité de Koweit City vient en effet d’exclure la compagnie française Veolia d’un gros contrat de gestion de déchets solides, à hauteur de 750 M$. Cela en citant explicitement l’appel de BDS. Basant sa décision sur la complicité de  #‎Veolia avec les projets israéliens qui violent le droit international, la municipalité a décidé aussi d’exclure Veolia de « tous les contrats futurs »."

Lire la suite sur cet article publié le 29 septembre dernier sur  Politis.fr

L'information a également publiée sur "Le Courrier de l'Atlas". 

15/08/2014

Le lundi 18 août 2014 à 14h30 devant le commissariat central de Montpellier

CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 18 AOÛT À 14H30 SUR LE PARVIS DU COMMISSARIAT À MONTPELLIER (Av. du Comte de Melgueil)

RASSEMBLEMENT (MÊME HEURE MÊME LIEU)

Image 2.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

communiqué :

Non à la criminalisation du mouvement de solidarité avec Gaza ! Solidarité avec les militants de BDS France 34 !

Nous tenons à exprimer tout notre soutien et notre solidarité au camarade José Luis Moragues (1) du Comité BDS France 34 (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) convoqué par la police à la suite de la plainte "pour dégradation de bien d'autrui" déposée par la fédération de l'Hérault du Parti Socialiste à la suite d'une action collective d'occupation pacifique de son local. Celle-ci a été organisée par des militant-e-s et des organisations solidaires du peuple palestinien venu-e-s dénoncer la politique de Hollande et Valls, membres du Parti Socialiste, face au massacre perpétré par l’État d'Israël contre Gaza.

Nous appelons à venir manifester collectivement notre soutien à José Luis Moraguès et notre refus de voir le mouvement de solidarité avec Gaza criminalisé :

 Le lundi 18 août 2014 à 14h30 devant le commissariat central de Montpellier


(1) José Luis Moragues est adhérent d'Attac depuis 15 ans.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________

MIB 34 et COMITÉ BDSFRANCE 34


Halte à la criminalisation du mouvement de solidarité à la Palestine par le Parti Socialiste

 Mercredi 30 juillet en fin de matinée, à l’appel du Comité BDS France34 et du MIB34, 35 personnes ont occupé pendant près de deux heures les locaux de la Fédération du Parti Socialiste de l’Hérault. Le but était de protester contre les positions prises au plus haut niveau par le gouvernement socialiste et le chef de l’Etat :

            - De soutien total à l’agression israélienne contre la population de la Bande de Gaza et au gouvernement d’extrême droite de B.Netanyhaou.

            - D’interdiction de deux manifestations à Paris et de la criminalisation du mouvement de solidarité à la Palestine en le qualifiant d’antisémite.

Après avoir affirmé que Hollande et Valls ce n’était pas le PS (sic), que le PS c’était Cambadellis, le représentant du PS 34 a déclaré qu’ici nous étions les agresseurs et les occupants et lui l’agressé et l’occupé (rires dans la salle !), puis il nous a envoyé les forces de police pour nous évacuer.

Non violents, nous avons opposé une résistance passive et l’évacuation s’est déroulée sans incident malgré la brutalité et la volonté d’en découdre de quelques policiers.

Nous tenons à dénoncer :

            - Les allégations du PS 34 qui le soir même déclarait à la presse qu’il allait porter plainte en raison des dégradations commises. Il s’agit plus exactement de « mains rouges » symbolisant la complicité du gouvernement PS dans les crimes commis à Gaza par Israël, apposées sur des affiches et visuels du PS à l’intérieur comme à l’extérieur sur le panneau de bois en façade. Nous avions pris la précaution de prendre une peinture acrylique lavable, utilisée dans les écoles et dont le nettoyage à l’eau ne devrait poser aucune difficulté.

Nous tenons à dénoncer :

            - La plainte nominative contre l’un des participants, José Luis Moraguès, alors qu’il s’agit d’une action initiée par deux associations et qui a mobilisé 35 militants. On retrouve là les méthodes patronales les plus éculées qui consistent à isoler des militants et tenter de les faire inculper pour de délits de droit commun alors qu’il s’agit d’actions collectives syndicales ou associatives.

Pour le Comité BDS France34 et le MIB34 il est clair que cette plainte vise en particulier la Campagne BDS France, en plein essor à Montpellier et qui a reçu le soutien et l’appui de milliers de manifestants montpelliérains dans son action contre les deux cibles BDS locales :

            - La suspension du jumelage avec la ville de Tibériade en Israël

            - Le fin du subventionnement par toutes les collectivités territoriales (Région, Département, Agglo et Ville de Montpellier) de la journée sioniste dite de Jérusalem par le CCCJM et l’interdiction par l’état de cette manifestation qui, en appelant ouvertement au viol du droit international, constitue un facteur de trouble à l’ordre public.

Ce type de plainte, loin de nous intimider, ne fait que renforcer notre détermination à intensifier les actions BDS contre Israël.

Nous affirmons notre soutien total à José Luis Moraguès que nous accompagnerons le 18 août 2014 à 15h au Commissariat Central pour audition et dans toutes les suites éventuelles de cette plainte.

 Montpellier le 6 août 2014

Contact : comitebdsfrance34@gma

05/08/2014

Crimes de guerre : tout le monde en est conscient, peu le disent

lu sur le Point :

Une ONG accuse Israël de crime de guerre 
Selon HRW, "prévenir les civils" n'en fait pas des "cibles légitimes". Elle accuse Tsahal (mon commentaire : tsahal = armée de l'état hébreu, mais c'est plus anodin d'écrire "tsahal", encore une façon détournée d'édulcorer les crimes de cette armée !) d'avoir tué des Gazouis en pleine fuite. Lire

Source AFP

Human Rights Watch a accusé lundi l'armée israélienne d'avoir tué des civils alors qu'ils fuyaient les bombardements dans un secteur du sud de la bande de Gaza, ce qui constituerait un crime de guerre selon l'ONG basée à New York. Dans son rapport, HRW cite des Palestiniens ayant réussi à fuir fin juillet des bombardements sur la localité de Khouzaa, près de la ville de Khan Younès. "Les forces israéliennes à Khouzaa, secteur du sud de la bande de Gaza, ont ouvert le feu sur des civils et les ont tués, dans ce qui constitue une claire violation des lois de la guerre, lors de plusieurs incidents entre le 23 et le 25 juillet", affirme l'ONG.

Des civils comme cibles délibérées ?

Les "attaques délibérées sur les civils ne participant pas aux combats sont des crimes de guerre", ajoute HRW. Les civils ont fait face à de "graves dangers" à Khouzaa, où ils ont notamment subi des bombardements répétés, n'ont pas eu accès aux soins médicaux, et ont été la cible d'attaques de l'armée israélienne alors qu'ils tentaient de fuir vers Khan Younès, poursuit le rapport. Il souligne que si l'armée israélienne avait prévenu les habitants, les appelant à quitter Khouzaa avant le 21 juillet, "le fait que des civils n'aient pas obtempéré ne fait pas d'eux des cibles légitimes d'attaques".

Le fait d'avoir "prévenu les familles (...) ne fait pas d'elles des cibles justes seulement parce qu'elles n'ont pas pu le faire", souligne Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW. "Prendre (les civils) délibérément pour cible est un crime de guerre".

04/08/2014

Les informations sur Gaza

www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/08/04/l...

La correspondante de la Télévision publique espagnole (TVE) en Israël, Yolanda Alvarez, ne compte plus les commentaires de soutien sur son compte Twitter depuis ...

-------------

1/8/14

TVE ordena regresar a su corresponsal en Gaza tras acusarla Israel de ser de Hamás

Yolanda Álvarez

Televisión Española ha ordenado el regreso de su enviada especial a Gaza tras las acusaciones de Israel, cuya embajada en España ha afirmado que Yolanda Álvarez actuaba como "correa de transmisión de los mensajes, cifras, imágenes y datos de Hamás".

La embajada de Israel en España afirmaba que "las crónicas dramatizadas de Yolanda Álvarez empezando por el abuso de adjetivos y siguiendo por las muy cuidadas puestas en escena, resultado de un casting y selección de escenarios al dictado de los intereses de Hamás, son, sin más, el producto de una activista".

La dirección de TVE ha señalado que no saldrá en defensa de su corresponsal "porque no lo considera importante". El Consejo de Informativos reclama la vuelta a Gaza de Álvarez, "que salió de la Franja ayer cumpliendo órdenes de la dirección de la Corporación RTVE".

El consejo acusa a la embajada de "amordazar y coaccionar a una periodista independiente, de un medio público español", y considera que las acusaciones de Israel pueden "comprometer la seguridad personal" de la reportera. "El derecho a la libertad de expresión no puede amparar acusaciones que rayan el delito", añade el comunicado.

Comunicado íntegro de la embajada de Israel en España

"Hace ya casi un año que me incorporé como Portavoz a la Embajada de Israel en España. En este tiempo he seguido con detalle los medios de comunicación. En general, no me ha sorprendido el posicionamiento de cada uno de ellos en la cobertura de la actual crisis, excepto uno: Televisión Española.

Desde el inicio de la crisis, la corresponsal de TVE en Israel, Yolanda Álvarez, se estableció en Gaza, convirtiéndose desde el primer momento en correa de transmisión de los mensajes, cifras, imágenes y datos de Hamás. Las crónicas dramatizadas de Yolanda Álvarez, empezando por el abuso de adjetivos y siguiendo por las muy cuidadas puestas en escena, resultado de un casting y selección de escenarios al dictado de los intereses de Hamás, son, sin más, el producto de una activista. El activismo político no es, desde luego, periodismo, y transmitir propaganda no es informar. 

¿Alguien en su sano juicio puede creerse que, tras más de tres semanas en Gaza, no ha tenido oportunidad de hablar y tomar imágenes de los almacenes de armas de Hamás, del lanzamiento de cohetes desde zonas habitadas, del uso de civiles para proteger los edificios (viviendas, escuelas, hospitales, mezquitas) desde los cuales los terroristas lanzan cohetes y misiles? Lo intolerable no es que la Sra. Álvarez se dedique a la militancia y al activismo propagandístico, sino que un medio de comunicación público le dé cabida en sus informativos".

Hamutal Rogel
 

03/08/2014

5ème MANIF. GAZA AU COEUR DE MONTPELLIER !

2500 A LA 5ème MANIF. GAZA AU COEUR DE MONTPELLIER !

MONTPELLIER : 2500 A LA 5ème MANIF. CONTRE LE GÉNOCIDE À GAZA ET EN SOUTIEN A LA RÉSISTANCE !

(RÉUNION comité BDS France 34 ouverte à tous  et toutes LUNDI 4 août, 18h30 à la CIMADE, 28 rue du Fbg. Boutonnet, arrêt tram Place Albert 1er, trams 1 & 4)

__________________________

Deux appels à cette manifestation :

- Le comité BDS France 34 et le MIB34 et les organisations  signataires habituelles.

- le Collectfi Palestine 34

Une cinquième manif. tout aussi combattive, jeune et dynamique que les précédentes. C’est devenu une évidence, la jeunesse des quartiers populaires a conquis la rue sereinement, joyeusement, avec assurance, dignité et fermeté aussi bien dans la préparation, l’encadrement que l’animation des manifestations. 

Lire la suite 

-----------------

boycott.gif

01/08/2014

Montpellier : Samedi 2 août à 15h - départ de la Place de la Comédie -

communiqué :

Samedi 2 août  à  15h - départ de la Place de la Comédie - 

Manifestation a l’initiative du comité BDS France 34 , du MIB34 et à
l'appel du Collectif Palestine 34 :
. Arrêt immédiat des bombardements sur GAZA
· Arrêt de l’agression israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem
· Levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza
· Sanctions immédiates contre Israël jusqu'au respect du droit international
· Soutien au peuple palestinien et au gouvernement d’entente nationale
. Soutien à la résistance du peuple Palestinien
. Non à la criminalisation de la solidarité avec la Palestine

Le collectif d'animation d'Attac Montpellier.

20/07/2014

Palestine : une épuration ethnique qui ne dit pas son nom

 (comme les colons européens arrivant en Amérique du nord il y a quatre siècle ...)

à lire sur Libération :

AFP 19 JUILLET 2014 À 07:14 (MIS À JOUR : 19 JUILLET 2014 À 19:52

Plus de 340 Palestiniens tués à Gaza en douze jours

Alors que Ban Ki-moon doit se rendre dans la région, 16 Palestiniens ont été tués tôt ce samedi dans des frappes israéliennes contre la bande de Gaza, portant à 312 le nombre de morts palestiniens.

Plus de 340 Palestiniens tués à Gaza en douze jours - Libération.pdf

----------------

à lire sur le Point :

Les enfants broyés de Gaza 
Depuis le 8 juillet, début de l'opération Bordure protectrice, 73 mineurs ont été tués, dont la moitié n'avaient pas 12 ans, selon l'Unicef. Lire

Le Point.fr - Publié le 20/07/2014 à 11:01

Les enfants broyés de Gaza - Le Point.pdf 

-----------

21h20

Gaza : plus de 430 Palestiniens tués depuis le début de l'offensive...

Le Point.fr - Publié le 20/07/2014 à 14:52 - Modifié le 20/07/2014 à 21:20 

Au moins 438 Palestiniens ont été tués depuis le début du conflit à Gaza, dont au moins 100 ce dimanche, la journée la plus sanglante depuis le début le 8 juillet de l'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne. Dans les rangs israéliens, 13 soldats de la brigade Golani ont été tués ces dernières 24 heures dans la bande de Gaza, portant à 18 le nombre de militaires morts depuis le début de l'offensive "Bordure protectrice", le bilan le plus lourd pour les forces israéliennes depuis 2006. 

Sept soldats sont morts dans l'explosion d'une bombe au passage de leur blindé, 3 dans des tirs croisés avec des activistes à deux endroits différents et trois autres "piégés dans un immeuble en feu", a précisé l'armée. A Chajaya, une banlieue à l'est de la ville de Gaza, l'armée israélienne a mené le bombardement le plus meurtrier depuis le début du conflit, tuant au moins 62 Palestiniens, selon Achraf al-Qoudra, le porte-parole des services d'urgence. 

81 000 réfugiés palestiniens

En outre, plus de 250 personnes ont été blessées à Chajaya depuis les premières heures de dimanche, et 450 à travers toute la bande de Gaza, a ajouté Achraf al-Qoudra. Un responsable de la santé duHamas, Youssef Abou Rech, a mis en garde contre "une catastrophe humanitaire" si les blessés et les morts encore sur place n'étaient pas évacués rapidement. 

Près de la moitié des Palestiniens tués depuis le début de l'offensive sont des femmes, des mineurs et des personnes âgées, selon Achraf al-Qoudra. Deux civils israéliens ont été tués par des tirs de roquettes. Par ailleurs, 81 000 Palestiniens ont trouvé refuge dans des écoles gérées par les Nations unies, ont indiqué des services de l'ONU à l'AFP.

09/06/2014

Salin de Giraud :« Mémorial pour les Ouvriers Indochinois »

COMMUNIQUE

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous annoncer que l’inauguration du « Mémorial pour les Ouvriers Indochinois » aura lieu le dimanche 5 octobre prochain à Salin de Giraud (Bouches du Rhône).

Après plusieurs années d’efforts, cet objectif que nous avons porté ensemble ou que vous avez soutenu à un moment ou à un autre par votre aide à la connaissance de l'histoire, va se concrétiser. Ainsi sera inscrite dans le sol de France une trace en l’honneur des vingt mille travailleurs vietnamiens qui ont été requis par la France coloniale en 1939.

Pour suivre l’avancée des travaux et la préparation de cette journée, rendez-vous sur la page internet,

Stèle - Mémorial - Travailleurs Indochinois

www.travailleurs-indochinois.org/stele.htm


Enfin, je vous invite à prendre connaissance d'un premier Communiqué de presse qui fait le point sur le lancement des travaux,
http://www.travailleurs-indochinois.org/images/stele_communique1.pdf

Très cordialement,

Joël Pham
www.travailleurs-indochinois.org

Secrétaire de l’Association M.O.I.
« Mémorial pour les Ouvriers Indochinois »

27/04/2014

Portugal : anniversaire de la Révolution des œillets du 25 avril 1974

(une autre sorte de pesticide : la censure)

lu sur :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/04/22/1867412-portugal-l-anniversaire-gache-de-la-revolution-des-oeillets.html

Portugal. L'anniversaire gâché de la Révolution des œillets ?

Publié le 22/04/2014 à 03:46Mis à jour le 22/04/2014 à 08:11

Il y a quarante ans, le 25 avril 1974, le Portugal entrait en démocratie. Alors que le pays s'apprête à fêter le quarantième anniversaire de la «Révolution des œillets», une polémique assombrit le décor : la présidente de l'Assemblée nationale, Assunção Esteves, membre du Parti social démocrate (centre droit), refuse que l'Association du 25 avril, réunissant ceux qui ont fait tomber la dictature, s'exprime devant les députés !

Un œillet rouge au fusil

Lisbonne, le 25 avril 1974… la colonne blindée conduite par le capitaine Salgueiro Maia force le président du Conseil, Marcelo Caetano, à se rendre. Emmenée par de jeunes officiers, l'armée veut mettre fin aux guerres coloniales et faire souffler un vent de liberté. C'est la chute de quarante-huit ans de dictature et surtout la fin de quarante-deux ans de «salazarisme» au Portugal. Une femme met un œillet rouge au canon d'un fusil d'assaut. Dans les rues de la capitale chaque soldat a bientôt le sien. Coup d'état pour la paix, pratiquement sans sang versé… La Révolution des Oeillets et ses «capitaines d'avril» entrent dans la légende. Car – fait unique – ces militaires installeront la démocratie et rendront le pouvoir aux civils tandis que les Portugais libérés obtiendront des avancées sociales sans précédent.

Aujourd'hui ? Le portrait de feu Salgueiro Maia, mort en 1992, interroge l'emblématique place Do Comercio, à Lisbonne. Son compagnon d'armes Vasco Lourenço, l'un des principaux architectes du «25-Avril», président de l'association éponyme, et désormais colonel retraité, n'ira pas à l'Assemblée nationale pour la cérémonie du quarantième anniversaire, cette année.

Vasco Lourenço : «C'est une valeur qu'on doit défendre tous les jours»

«En 2012 et 2013, nous n'y sommes pas allés non plus, car nous pensons que le pouvoir actuel se comporte comme l'ancien régime, en héritier des vaincus du 25 avril : il attaque toutes les conquêtes de la Révolution, de la République sociale», explique alors ce dernier, dans son bureau de la rua da Misericordia, à Lisbonne, dénonçant sans langue de bois ceux qui ont conduit le pays vers la crise et le chômage, à force de corruption et de spéculations.

Il y a quelques semaines, la présidente de l'Assemblée nationale, Assunção Esteves, a appelé l'ancien capitaine d'avril. Pour la cérémonie de 2014, elle a insisté. Figure emblématique et autorité morale au Portugal, avec leurs 5 000 adhérents, «ceux du 25-Avril» ne pouvaient pas ne pas être là pour ce 40e anniversaire célébré à l'Assemblée.

Vasco Lourenço lui a donc courtoisement répondu qu'il viendrait, mais à condition de pouvoir prendre la parole devant les députés. Refusé !

«S'ils ne veulent pas venir, c'est leur problème», a alors fait savoir la présidente. Même à droite, la désinvolture a choqué. Jeudi dernier, Vasco Lourenço a donc confirmé que le Parlement «fêterait» le quarantième anniversaire sans ceux qui l'ont accouché…

Vendredi, devant l'un des nombreux œillets ornant son bureau du 95 rua Misericordia, il nous résumait : «Nous ne voulons pas être un alibi qu'on montre une fois par an. Le 25 Avril, ce doit être une valeur qu'on défend tous les jours».


A l'affiche

Chaque année, pour célébrer le 25-Avril, l'association fait réaliser une affiche par des artistes. Pour ce quarantième anniversaire ? Sur fond rouge, «1974 y est en vert, couleur de l'espoir, mais 2014 est peint en noir et entre les deux nous avons mis ce point d'interrogation blanc sur l'avenir du Portugal», la décrivent ses auteurs, le peintre Julio Pomar et le designer Henrique Cayatte qui ont ainsi choisi de résumer en une image tout ce que ressentent des millions de Portugais actuellement.

De notre envoyé spécial Pierre Challier 

--------------

voir aussi :

languedoc-roussillon.france3.fr/2014/04/23/herault-anni...

25/03/2014

"LA NAKBA - EXODE ET EXPULSION DES PALESTINIENS EN 1948"

communiqué :

PALESTINE !   PALESTINE ! 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE DE LA TERRE 
A NIMES LES 29 ET 30 MARS 2014
  
Le 30 Mars, les Palestiniens commémoreront la Journée de la Terre, jour de 1976 où les forces militaires israéliennes ont abattu six jeunes palestiniens citoyens d’Israël. Ces jeunes courageux étaient parmi des milliers qui protestaient contre l’expropriation des terres palestiniennes par le gouvernement israélien.
Aujourd’hui encore, nous continuons à rendre hommage à la résistance palestinienne contre la spoliation de sa terre, la colonisation, l’occupation et l’apartheid israéliens en cours.
 
A Nîmes, nous vous invitons à participer :
 
- les 29 et 30 mars 2014 
     de 11 à 18 h à l'exposition "LA NAKBA - EXODE ET EXPULSION DES PALESTINIENS EN 1948" 
    réalisée par le Collectif Judéo-arabe pour la Palestine de Strasbourg
    à la Résidence Albaric, 27 rue Jean Reboul
 
- le 30 mars 2014
 
    à 11 h : au cinéma le Sémaphore, projection du film "MY LAND" de NABIL AYOUCH,, en partenariat     avecATTAC dans le cadre de "MARS ATTAC", séance qui sera suivie d'un débat animé par KAMAL                 MAHMOUD,ingénieur agronome palestinien (pensez à réserver vos places)
 
    à 13 h : à la Résidence Albaric, buffet "Palestinien" ...
 
 
   → à 15 h : intervention d'AMIR HASSAN, Palestinien de Gaza qui nous parlera de la vie quotidienne dans     la Bande de Gaza sous blocus depuis 2007 ... 

     
Nous vous attendons nombreuses et nombreux ....

Images intégrées 1

Nicole ZIANI    06 24 09 23 70

29/01/2014

Le déficit démocratique en France et dans l'Europe à 27

www.monde-diplomatique.fr/cahier/europe/deficitdemo   En cache

Des caricatures de fonctionnement démocratique. La construction communautaire s’est faite par des traités : celui de Rome (1957), l’Acte unique (1986), celui de ...

--------------

Voir aussi la note du 20/5/2013 sur ce blog :

 Sortir de "l'Europe à 27" ?

et aussi :

Une Europe en déficit de démocratie.pdf

17/12/2013

Israël et sa collaboration avec l'Apartheid afrikaner : on n'oublie pas

lu sur :

www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/12/10/nelson...

LE MONDE GEO ET POLITIQUE | 10.12.2013 à 21h06 • Mis à jour le 10.12.2013 à 21h07 |Par Benjamin Barthe

Lors de sa venue en Terre sainte, en 1999, Nelson Mandela avait-il été initié aux subtilités de la chutzpah, ce mélange d'impudence et d'assurance qui a rang de vertu nationale, ou presque, en Israël ? Si oui, on peut penser sans trop de risque de se tromper que le mot lui est venu à l'esprit depuis le Panthéon des libérateurs, où il repose maintenant, en entendant les responsables israéliens faire son éloge.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

 

UNE ALLIANCE MILITAIRE SECRÈTE AVEC LE RÉGIME D'APARTHEID

Car les mots du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui a salué un « combattant de la liberté, opposé à la violence », comme ceux du président Shimon Pérès, qui a applaudi sa contribution à « la guerre contre les discriminations et le racisme », procèdent d'une réécriture de l'Histoire pour le moins audacieuse. Un coup de pub destiné à faire oublier l'alliance militaire secrète que l'Etat juif noua avec le régime ségrégationniste de Pretoria durant les années 1970 et 1980 et que ses dirigeants, depuis, n'ont jamais admise et encore moins désavouée. Ce pacte scellé sous les auspices de Shimon Pérès, alors ministre de la défense, au nom de la lutte contre le « terrorisme », incarné alors par l'ANC de Nelson Mandela et l'OLP de Yasser Arafat, aboutit notamment à cette scène sidérante : la venue en 1976, à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah de Jérusalem, d'un suprémaciste blanc et sympathisant nazi notoire, en la personne de Balthazar Johannes Vorster, le premier ministre sud-africain de l'époque.

Confronté à la résurgence de cet embarrassant passé, longuement évoqué par la presse israélienne, Benyamin Nétanyahou a sûrement jugé plus judicieux de faire profil bas. Prétextant des frais de déplacement trop élevés, il a renoncé à participer à la cérémonie d'hommage organisée, mardi 10 décembre, dans le stade de Soweto. Bonne idée.

D'AUTRES EXPÉRIENCES INCONGRUES

Sur place, les vétérans de l'ANC auraient pu lui rappeler que « Madiba » n'a jamais été un héraut de la non-violence, contrairement à ce que M. Nétanyahou laissait entendre dans sa déclaration, calibrée pour gêner ses adversaires palestiniens. Bien que le mouvement antiapartheid n'ait pas sombré dans le terrorisme aveugle, M. Mandela n'a jamais accepté de renoncer à l'option de la violence, même en échange de sa libération. « C'est toujours l'oppresseur, non l'opprimé, qui détermine la forme de la lutte, écrivait-il dans ses Mémoires. Si l'oppresseur utilise la violence, l'opprimé n'a pas d'autre choix que de répondre par la violence. »

En Afrique du Sud, M. Nétanyahou aurait pu faire d'autres expériences incongrues. Comme rencontrer Ahmed Kathrada, 82 ans, un ancien compagnon de prison de Nelson Mandela, qui a pris la tête d'une campagne internationale pour la libération de Marouane Barghouti. Condamné à la prison à vie pour son implication supposée dans le meurtre de cinq Israéliens, ce haut dirigeant du Fatah, partisan déçu du processus de paix, est considéré dans les territoires occupés comme le Mandela palestinien.

Mais le plus déplaisant pour le premier ministre israélien aurait été de croiser Ismaïl Coovadia, l'ancien ambassadeur d'Afrique du Sud en Israël. En juin, quelques mois après avoir quitté son poste, ce diplomate avait estimé que le comportement d'Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza s'apparentait à une « réplique de l'apartheid ». Un accès de chutzpah, assurément.

10/12/2013

AMNESTY INTERNATIONAL MONTPELLIER organise une : CONFÉRENCE - DÉBAT sur la détention administrative en Israël-Palestine

communiqué:

Vendredi 13 décembre 2013 de 18H30 à 21H
Espace Martin Luther King27 Bld. Louis Blanc, Montpellier

 
Logo
            Amnesty

AMNE
STY INTERNATIONAL MONTPELLIER organise une :

CONFÉRENCE - DÉBAT sur

 
La détention administrative en Israël-Palestine
 

Avec Martine BRIZEMUR
Responsable de la COO Israël –Territoires Occupés Palestiniens – Autorité Palestinienne à Amnesty International France
Contact : Jean-Paul Kan, jeanpaul.kan@gmail.com

04/12/2013

SAMEDI 7 Décembre de 11h à 12h30 devant l'agence ORANGE 27 Grand Rue Jean Moulin à Montpellier

communiqué :

Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) 
(voir liste des organisations en bas de ce mail) appelle à une action nationale pour demander à Orange (ex-France Télécom Orange) de rompre son accord avec l'opérateur Partner (voir ci-dessous)
La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine appuie cette demande 


Dans ce cadre, L'Association France Palestine Solidarité  34 

appelle à se retrouver


SAMEDI 7 Décembre 
de 11h à 12h30 

devant l'agence ORANGE  
27 Grand Rue Jean Moulin   à   Montpellier 
Nous diffuserons le tract ci-joint + pétition + cartes postales à l'attention de la direction de ORANGE


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ORANGE COMPLICE DE LA COLONISATION ISRAÉLIENNE


Orange doit rompre son accord avec l’entreprise israélienne Partner Communications

Partner est une société israélienne de téléphonie qui participe directement aux activités de colonisation en Cisjordanie et dans les hauteurs du Golan :

  • elle dispose de 176 antennes et relais sur des terres confisquées par l’armée israélienne et les colons ;
  • avec les autres opérateurs israéliens, elle profite de l'interdiction faite par l'armée israélienne aux opérateurs palestiniens d'installer leurs antennes dans 60% de la Cisjordanie, limitant ainsi leur accès au marché local ;
  • elle conserve à son profit des taxes et autres montants dus aux palestiniens ;
  • elle a des boutiques dans les colonies israéliennes ;
  • elle assure avec son réseau le service aux colons et à l’armée d’occupation israélienne.

Par son activité, Partner viole le droit international et les Conventions de Genève qui condamnent « la destruction et l’appropriation de biens, non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire ».

Or c’est avec cet opérateur de téléphonie que France Télécom-Orange a signé en 2011 un accord de partenariat portant sur l'usage de la marque Orange, l'aide technique et l'achat groupé de matériels avec des économies d’échelle importantes.

En concluant ce partenariat, France Télécom conforte et soutient la colonisation israélienne, obstacle à la création de l’Etat palestinien et à une paix conforme au droit international. Nous demandons à France Télécom de rompre son accord avec Partner, au nom du droit et de la paix.

Vous aussi, vous pouvez protester à votre manière contre ce scandale 


Participez à la campagne nationale :

« Orange ne doit pas être complice de la colonisation !»:

Manifestez:

Des manifestations sont prévues devant des boutiques ORANGE dans toute la France, contactez nous pour y participer sur secretariatcollectif@yahoo.fr

Téléphonez leur :

·      Si vous êtes client d'une ligne fixe Orange: téléphonez au 10 14

·      Si vous êtes client d'une ligne mobile Orange ou Orange Open téléphonez au 39 70

·      Si vous n'êtes pas client de Orange: contactez le service commercial au 0800.830.800

Interpellez sur Facebook/Twitter/autres réseaux sociaux:

·      En recherchant « orange » ou « orange France »

Vous pourrez vous exprimer sur la question, en disant par exemple :

J’ai appris que Orange a conclu un partenariat technique et commercial avec une société de téléphonie israélienne Partner. Cette société a des relais téléphoniques qui servent à l’armée et aux colons en Territoires palestiniens occupés. Ces relais sont de plus fréquemment implantés sur des terres privées palestiniennes confisquées à cet effet par l’armée israélienne. Elle dispose aussi de boutiques à l’enseigne Orange dans des colonies.

Je suis scandalisé que Orange se fasse complice d’une entreprise coloniale !

Je vous demande de mettre fin a votre partenariat avec cet opérateur israélien.

16/09/2013

Table ronde à Montpellier : Israël-Palestine - le Défi de la Paix

communiqué :

 L'Association France Palestine Solidarité  34 
  
vous invite à venir nombreux  :

Mardi 17 septembre à 20 h 
 
Salle Guillaume de Nogaret 
Espace Pitot à Montpellier

 


 


 

  
Pax Christi Hérault  organise une table ronde  publique :
 
Israël-Palestine le Défi de la Paix



Intervenants :

Mgr Marc STENGER, évêque de Troyes et président de Pax Christi France,
Avrum BURG, israélien et ancien président de la Knesset (assemblée nationale israélienne),
Elias SANBAR, palestinien et ambassadeur de la Palestine à l'UNESCO


Depuis des années, les négociations entre diplomates ou gouvernants américains, européens, israéliens et palestiniens cherchent une solution de paix pour les peuples concernés. Mais comment pouvons-nous, nous-mêmes, agir pour cette paix ? En quoi les montpelliérains sont-ils concernés ?

La table ronde sera animée par Benjamin SEZE, spécialiste Proche-Orient deTémoignage Chrétien

Cette soirée est soutenue par l'AFPS 34

30/08/2013

Montpellier : Table-ronde publique " Israël-Palestine : le Défi de la Paix "

communiqué :

Mardi 17 septembre à 20 h - Montpellier 

Salle Guillaume de Nogaret - Espace Pitot

Table-ronde publique

" Israël-Palestine : le Défi de la Paix "

organisée par l'équipe Pax Christi de l'Hérault, avec le soutien de l'AFPS 34

Intervenants :

Mgr Marc STENGER, évêque de Troyes et président de Pax Christi France,
Avrum BURG, israélien et ancien président de la Knesset (assemblée nationale israélienne),
Elias SANBAR, palestinien et ambassadeur de la Palestine à l'UNESCO.
 
Depuis des années, les négociations entre diplomates ou gouvernants américains, européens, israéliens et palestiniens cherchent une solution de paix pour les peuples concernés. Mais comment pouvons-nous, nous-mêmes, agir pour cette paix ? En quoi les montpelliérains sont-ils concernés ?

La table ronde sera animée par Benjamin SEZE, spécialiste Proche-Orient deTémoignage Chrétien

Entrée libre, parking payant à proximité,

Contact : Olivier GROS : 06 22 23 18 87 
@dresse : olgros@wanadoo.fr

22/06/2013

Mehadrin (Jaffa), une entreprise pilote dans la colonisation de la Palestine

communiqué :

Grande marche "mehadrin degage! " d'Avignon à Chateaurenard !

L’entreprise Mehadrin (Jaffa)  est devenue après la liquidationd’Agrexco le premier producteur et exportateur israélien de fruits et légumes. Mehadrin est une entreprise pilote dans la colonisation de la Palestine. Elle chasse les palestiniens, leur vole la terre, l’eau et les fait travailler sur leurs propres terres comme des esclaves. Elle exporte illégalement les produits des colonies.

bus et covoiturage :  montpellier : bus (a/r) départ samedi 29/06, à 9h parking géant casino (av. du mas d'argelliers). 


10€ inscrivez-vous : mehadrindegage@gmail.com


21/06/2013

Racisme religieux dans l'État d'Israël

les surlignages sont de moi

lu sur :

http://www.lemonde.fr/international/article/2013/06/20/le-mouvement-israelien-prix-a-payer-distille-sa-haine-des-minorites_3433298_3210.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Le mouvement israélien Prix à payer distille sa haine des minorités

LE MONDE | 20.06.2013 à 11h12

Jérusalem, correspondance. 

Devant la façade souillée de sa maison, dans le village arabe-israélien d'Abu Gosh, à l'ouest de Jérusalem, Ibrahim Hatem reste incrédule : "C'est incompréhensible. Je suis Israélien. J'aime ce pays. Dans la rue, mes voisins sont juifs." Mardi 18 juin, Ibrahim Hatem constatait, stupéfait, les derniers effets de l'épidémie de vandalisme, attribuée au mouvement du Prix àpayer et qui n'en finit pas de s'étendre. A Abu Gosh, une trentaine de voitures ont été vandalisées dans la nuit. Des tags à la peinture noire crachent la haine sur les murs : "Arabes dehors""Racisme ou assimilation".

Abu Gosh est, pourtant, la localité arabe la plus dévouée à Israël. Il est l'unique village palestinien à avoir choisi le camp israélien en 1948. "Si les auteurscomptent faire exploser le pays, ils ne pouvaient choisir meilleur endroit", s'inquiète Ibrahim Hatem.

L'attaque, contre ce symbole de la coexistence israélo-arabe, met le gouvernement israélien dans une position de plus en plus inconfortable. Le 16 juin, le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a refusé de qualifier de "terroristes" les auteurs de ce vandalisme à caractère racial. Il a opposé un non catégorique au projet de la ministre de la justice, Tzipi Livni, de sanctionner les exactions comme des "actes de terreur".

PNEUS CREVÉS ET VOITURES INCENDIÉES

Depuis un mois, les attaques se multiplient en Israël et en Cisjordanie. Elles sont attribuées à des extrémistes juifs liés au mouvement des Jeunes des collines, la seconde génération de colons, partisans du Grand Israël (de la Méditerranée jusqu'au Jourdain). Le modus operandi se répète : pneus crevés, voitures incendiées, graffitis "Prix à payer", lesquels mentionnent souvent le nom d'Eviatar Borovsky, un colon d'Yitzhak poignardé par un Palestinien, le 30 avril, au sud de Naplouse en Cisjordanie.

Si les actes de vengeance entre Palestiniens et colons de Cisjordanie ne datent pas d'hier, l'expression "prix à payer" a fait son apparition en 2008. Le principe : répondre oeil pour oeil à toute action jugée hostile à la colonisation. Les attaques répondent à celles supposées commises par des Palestiniens, et aussi au démantèlement par l'armée israélienne d'avant-postes illégaux de colonisation.

Le concept a été religieusement théorisé, en 2009, dans l'ouvrage La Torah du Roi, écrit par des rabbins extrémistes, et qui tend à justifier, dans la loi juive, le meurtre de non-Juifs en temps de guerre. Coïncidence ? A la suite de la publication de ce livre incendiaire, le nombre des attaques à l'encontre des Palestiniens a fait un bond de 144 % entre 2009 et 2011.

En marge des agressions, c'est surtout la propagation du concept du Prix à payer, qui frappe : "Il dépasse aujourd'hui largement le cadre initial de la Cisjordanie et la question même de la colonisation. Il est devenu le mode d'expression de la haine antiminorités", explique Barak Weiss, coordinateur du collectif Tag Me'ir, qui lutte contre ce phénomène en pleine expansion, y compris à l'intérieur des frontières d'Israël. Selon lui, depuis septembre 2011, 25 attaques "labélisées" Prix à payerse sont produites à l'intérieur de la Ligne verte, en particulier dans les localités arabes-israéliennes.

Depuis le début de l'année 2012, elles visent de plus en plus les lieux de culte, y compris chrétiens. Le 31 mai 2013, les murs de l'abbaye bénédictine de la Dormition, construite sur le Mont Sion à Jérusalem, ont été recouverts de tags haineux "Les Chrétiens sont des singes". Le 13 juin, des sépultures ont été vandalisées dans le cimetière chrétien orthodoxe du quartier historique de Jaffa, à Tel-Aviv.

Une évolution qui inquiète les autorités chrétiennes : "Les actes antichrétiens ont toujours existé. Ce qui est nouveau, c'est qu'ils s'inscrivent désormais dans une contestation politique. Il n'y a pourtant aucun rapport entre la colonisation en Cisjordanie et les églises", se désole le père David Neuhaus, vicaire patriarcal à Jérusalem.

ATTAQUES RÉFLÉCHIES ET PLANIFIÉES

On assiste, d'autre part, à un glissement dans les critères du passage à l'acte. Après les actions de vengeance impulsives des débuts, il s'agit aujourd'hui d'une vague d'attaques réfléchies et planifiées. "Aucun événement immédiat ne porte atteinte aux colonies de Cisjordanie", note Barak Weiss. Cette évolution n'a d'ailleurs pas échappé à Benyamin Nétanyahou. Le 2 juin, il dénonçait des "actes de hooliganisme contre les Palestiniens, sans aucune provocation ou justification".

Au-delà de ces protestations officielles, l'Etat israélien est loin d'avoir fait la preuve de son efficacité pour enrayer le phénomène. Dénoncée pour son immobilisme, lapolice israélienne tente de prouver sa bonne foi par des chiffres. En dix-huit mois, elle aurait ainsi ouvert 788 enquêtes, procédé à 276 arrestations débouchant sur 154 inculpations.

Des données qui laissent sceptiques les ONG israéliennes. Selon B'Tselem, les inculpations de ces dernières années se limiteraient, tout au plus, à une dizaine de cas. Et à ce jour, aucune d'entre elles n'a débouché sur un procès et une condamnation. – (Intérim.)

04/06/2013

L'ambassadeur de Palestine à Montpellier

communiqué :

Veuillez trouver ci-joint les liens pour visionner deux vidéos :

1. L'ambassadeur de Palestine en France, Hael Al Fahoum, à Montpellier 15-16 mai 2013 

Conférence : L'ambassadeur de Palestine en France est venu à Montpellier les 15 et 16 mai 2013  invité par le Collectif Palestine 34 pour rencontrer les autorités locales et participer à un meeting au cinéma Diagonal Capitole sur la coopération décentralisée et le jumelage de Montpellier avec Bethléem. Film réalisé par Serge Tostain de l'Association France Palestine Solidarité 34. Mai 2013

http://www.youtube.com/watch?v=fsIF6DVuBrU


2. Colloque au Sénat sur la colonisation en Palestine le 1er mars 2013 : Elias Sanbar, Ambassadeur 

Extrait du colloque organisé au Palais du Luxembourg à Paris par l'Association France Palestine Solidarité (AFPS) le 1er mars 2013 sur la colonisation en Palestine. Intervention de M. Elias Sanbar, Ambassadeur de Palestine auprès l'UNESCO, sur : Jérusalem, indispensable à un État palestinien, dans la table ronde "La colonisation, obstacle majeur à la paix". Film de Daniel Kupperstein, montage de Serge Tostain. Mai 2013
 

23/05/2013

L'association France Palestine 34 à Montpellier

lu sur : 

Les titres de l'Agglorieuse n°543

En toute discrétion…
Aucun communiqué de presse ni aucune photo officielle n'ont été adressés aux médias, et c'est en toute dernière minute, mercredi dernier, que les responsables de l'association AFPS 34 ont reçu un appel du cabinet de Mme Mandroux les informant que madame le maire souhaitait recevoir l'ambassadeur de Palestine en France...

18/05/2013

La Chine, les droits de l'Homme, la statue de Mao à Montpellier

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/05/17/francais-qu-avez-vous-fait-de-vos-valeurs_3286321_3232.html

Françaisqu'avez-vous fait de vos valeurs?

LE MONDE | 17.05.2013 à 16h55 • Mis à jour le 17.05.2013 à 17h59

Yiwu Liao (Ecrivain)

Ecrire sur la dissidence chinoise pour un public français est une tâche complexe ! Vous autres Français avez été les plus ardents défenseurs de la pensée de Mao Zedong (1893-1976) durant votre mouvement de Mai 68, et vous avez admiré de loin cette marée de drapeaux rouges qui ondulaient sur la place Tiananmen.

La distance vous a empêchés de constater que cette couleur rouge, si pittoresque, n'était en fait qu'un bain de sang. Les catastrophes provoquées par Mao, l'un des plus grands dictateurs du XXe siècle, ont laissé des blessures tellement profondes dans notre société que personne ne sait si la Chine s'en remettra jamais.

 
 

Les historiens tentent de chiffrer le nombre de morts directement imputables aux multiples expériences visionnaires de Mao et ne parviennent pas à se mettre tout à fait d'accord : plus de quarante millions ? Cinquante millions ? Quatre-vingts millions ?

Il y a les morts provoquées par la famine liée au Grand Bond en avant de 1959 à 1962, par les massacres de la Révolution culturelle, les innombrables fusillés innocents, et tous ceux qui ont préféré se donner la mort plutôt que de subir déshonneur ou tortures, ceux qui ont trouvé la mort en tentant de fuir à la nage vers Hongkong, ou à travers les forêts tropicales vers le Vietnam ou la Birmanie, et tant d'autres cas...

Et pourtant, aujourd'hui encore, le personnage de Mao Zedong reste plaisant dans la mémoire de nombreux contemporains. Son image se vend comme des petits pains sur tous les marchés chinois, sous forme de tee-shirts, de statuettes, de pendentifs, et le fameux Petit Livre rouge fait maintenant partie des objets à la mode.

Qui oserait agir de la sorte avec Staline ou Hitler ? Qui oserait arborer un tee-shirt à leur effigie ? Qui envisagerait de reproduire, de façon laudative, les discours de Mussolini ou de Franco ? Pourquoi Mao a-t-il échappé à l'opprobre mondial ?

MÉTHODES SANGUINAIRES

Car, au fond, la dictature chinoise n'a jamais changé de nature depuis la mort de son président, en 1976, et elle approuve ses méthodes sanguinaires. Elle reste brutale, meurtrière, méprisante des valeurs universelles qui sont la liberté de l'individu, son bien-être, son désir de s'exprimer.

Mais que les Français se consolent : ils ne sont pas les seuls à avoir été bernés par ce visionnaire assassin ! Le 21 avril, à l'occasion d'un discours prononcé dans une conférence organisée par le pouvoir chinois, le Prix Nobel de littérature 2012, Mo Yan, a déclaré, jouant sur deux tableaux : "Utiliser la distorsion, la caricature, la diabolisation envers un personnage historique aussi grandiose que Mao Zedong n'est pas bien intelligent. En fait, ceux qui souhaitent encore parler positivement de Mao de nos jours risquent bien des ennuis."

Sauf que le portrait de Mao reste sur tous nos billets de banque, que Mo Yan peut s'exprimer positivement sur l'un des plus grands criminels du siècle et que, non seulement il n'est pas jeté en prison, mais qu'on lui a attribué une voiture de fonction, un logement princier, le rang de vice-ministre, le salaire qui va avec, et que son village natal a été transformé en parc d'attractions sur lequel il touche de confortables dividendes. Tout cela avec le soutien de qui ? Du pouvoir chinois actuel.

Il y a quarante ans, la parole d'un écrivain comme Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) n'était pas contestée, et sa dénonciation du goulag soviétique avait glacé ses lecteurs. Ceux qui parvenaient à fuir l'enfer communiste étaient accueillis comme des héros, et la presse transmettait leurs idées, dressait leur portrait.

Moi je n'ai pas eu la chance d'Alexandre Soljenitsyne. Mais, comme lui, je ne me considère pas comme un dissident, mais plutôt comme un rebelle, et, comme lui, j'enrage de l'indolence des pays occidentaux qui ne voient pas le danger que représentent ces immenses pays sous la botte de la dictature.

Durant la guerre froide, personne ne contestait l'idée du bien (démocratie) et du mal (dictature). Aujourd'hui, les valeurs ont perdu leurs contours, et tout baigne dans un flou sans substance.

ACCUSÉ DE CRIMES ÉCONOMIQUES

Regardez : mon ami Li Bifeng, poète et écrivain, qui a partagé mes quatre années de prison au lendemain du massacre de Tiananmen, au début des années 1990, se retrouve en prison dans notre province natale, le Sichuan. Il a été condamné à douze ans de réclusion durant l'automne 2012. Bien sûr, il a été accusé de crimes économiques, mais chacun sait que son seul crime est d'être resté fidèle à la cause démocratique, et d'avoir été mon ami.

Il a même été condamné plus lourdement que mon autre fidèle ami, Liu Xiaobo, qui, lui, a joui d'une certaine compassion puisque sa peine de onze ans de prison lui a valu le Prix Nobel de la paix en 2010. Mais qui, aujourd'hui, se souvient encore de son nom en France, quel intellectuel se porte à son secours, quel sinologue a pris fait et cause pour demander sa libération ?

Chacun craint de perdre son visa pour la Chine, la subvention qui sera octroyée à son université s'il contribue à y implanter un Institut Confucius, la possibilité d'effectuer des voyages en Chine à l'occasion de colloques qui sont prétextes à de grands festins dans des hôtels de luxe.

J'utilise ma plume et la magie de la littérature pour que les souffrances de la Chine ne soient pas passées sous silence, pour que cette prodigieuse injustice qui est commise à notre égard, à nous Chinois, soit un tout petit peu connue : pourquoi faut-il plaindre les victimes du nazisme, du stalinisme ou du fascisme et continuer à chanter les louanges du développement économique de la Chine ? Notre peau serait-elle moins tendre que la vôtre ?

(Traduit du chinois par Marie Holzman.)



Liao Yiwu a été arrêté en 1990 et jeté en prison quatre ans pour avoir dénoncé la répression de Tiananmen. Il s'est enfui de Chine en 2011 et vit en exil à Berlin. Dernier ouvrage paru : "Dans l'Empire des ténèbres",éd. François Bourin, 672 p., 24 €.

Lire le débat : Comment être dissident aujourd'hui ? A l'heure des réseaux sociaux, la dissidence adopte de nouvelles formes. Les grands écrivains Salman RushdieYiwu Liao et Philip Roth reprochent à l'Occident d'oublier le combat pour les droits de l'homme.

Yiwu Liao (Ecrivain)

------------------------------

Comment être dissident aujourd'hui ?

------------------------

voir aussi :

Montpellier: la statue de Mao va rejoindre Lénine sur la place du ...

www.lepoint.fr/.../montpellier-la-statue-de-mao-va-rejoindre-lenine-sur-la-place-du-xxe-siecle-18-07-2012-1486740_23.php

29/04/2013

Palestine : mercredi 15 mai au cinéma Diagonal

communiqué :

L'Association France Palestine Solidarité 34 vous invite à participer à la conférence publique organisée par le Collectif Palestine 34*
avec la participation de 
l'Ambassadeur de Palestine en France et des élus engagés dans la coopération avec la Palestine : 

" Agir pour la paix en Palestine occupée "

CONFÉRENCE PUBLIQUE à Montpellier 

MERCREDI 15 MAI 

  
CINÉMA DIAGONAL - 19h 45

Entrée gratuite
(5, rue de Verdun  -  tramway : arrêt Comédie)



Extrait du film
 de Mohammed Alatar
" Jérusalem, the East Side Story "


L’Ambassadeur de Palestine, Hael Al Fahoum
 : 
« La colonisation de Jérusalem-Est, un obstacle majeur à la paix »

Jacques Picard, Conseiller Régional Ile de France : 
« Une décision historique : Coopération du C.R. Ile de France avec le Gouvernorat Palestinien de Jérusalem (Jérusalem-Est) »

Henri Bertholet, Adjoint au Maire de Romans : 
« Romans-Beit Sahour, coopération dans le contexte de l’occupation israélienne »

Le Collectif Palestine 34 organise une conférence avec la participation de l’Ambassadeur de Palestine en France et des élus engagés dans la coopération avec la Palestine.

Depuis des années les organisations du Collectif demandent aux collectivités territoriales (Mairie, Conseil Général, Agglo, Conseil Régional) de cesser d’apporter leur soutien à la « Journée de Jérusalem » qui célèbre l’annexion de Jérusalem-Est par Israël en violation du droit international. Annexion et colonisation condamnées par la France depuis toujours.

Comme l’Ile de France et Romans, des collectivités locales s’engagent un peu partout en France pour développer la coopération avec des villes ou régions palestiniennes. Une coopération qui se fait dans la clarté, comme un moyen supplémentaire pour défendre le droit et la paix, pour qu’enfin les droits nationaux du peuple palestinien soient reconnus et appliqués, pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

05/03/2013

Les bus de l'apartheid en Palestine

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/israel-instaure-la-segregation-dans-ses-bus-04-03-2013-1635759_24.php

Israël instaure la ségrégation dans ses bus

Par 

S'il ne s'agit pas officiellement de ségrégation raciale, cela en a tout l'air. Le ministère israélien des Transports a annoncé dimanche la création de nouvelles lignes de bus exclusivement réservées aux usagers palestiniens travaillant dans l'État hébreu. La mesure concerne les lignes qui partent du point de passage d'Eyal, situé près de la ville palestinienne de Qalqilya, et qui rejoignent la métropole de Tel-Aviv. Elle touche toutes les populations arabes de Cisjordanie bénéficiant de permis pour travailler quotidiennement dans l'État hébreu.

 
 

Officiellement, c'est le bien-être des Palestiniens qui est visé. "Le plan vise à faciliter le déplacement des passagers palestiniens et à leur offrir une solution face aux compagnies de bus pirates, qui leur soutirent des prix exorbitants", explique dans un communiqué la compagnie israélienne Afikim, qui gère les lignes de bus entre Cisjordanie et Israël. D'après le ministère israélien des Transports, des prix "spécialement bas" oscillant entre 1 et 2 euros leur seront proposés, soit bien moins que les 8 euros que certains Palestiniens doivent parfois débourser en empruntant des compagnies privées.

Pression des colons

Outre l'amélioration du confort de vie des Palestiniens, la décision vise aussi à désencombrer un réseau devenu surchargé pour les utilisateurs juifs. Ainsi, une source ministérielle israélienne évoque au quotidien populaire Yedioth Aharonoth le grand nombre de plaintes déposées par des usagers israéliens mécontents à cause de la surpopulation des bus qui force les chauffeurs à ne pas marquer l'arrêt dans plusieurs stations. "Les nouvelles lignes vont réduire la charge qui s'est formée sur le réseau de bus, résultat de l'augmentation du nombre de permis de travail accordés aux Palestiniens", affirme le communiqué ministériel.

D'après le quotidien israélien Haaretz, la décision résulte avant tout des pressions exercées sur le gouvernement par les colons israéliens de Cisjordanie. D'après ce journal, l'ancien maire de la colonie d'Ariel, Ron Nahman, ainsi qu'un dirigeant local de la colonie de Karnei Shomron se sont élevés en novembre dernier contre le risque sécuritaire posé par la présence d'utilisateurs arabes dans les bus empruntés par les colons. Le ministère israélien des Transports fait pour sa part état de plusieurs incidents impliquant des passagers juifs et arabes dans les cars en provenance de Cisjordanie. Quelque 520 000 Israéliens peuplent aujourd'hui des colonies situées dans les Territoires palestiniens et considérées comme illégales en vertu du droit international. Et l'annonce en décembre dernier de la construction de nouvelles "implantations" israéliennes en Cisjordanie va encore augmenter leur nombre.

Palestiniens débarqués

Si les explications gouvernementales sur le but des nouvelles lignes de bus se veulent rassurantes, les précisions apportées par les conducteurs de ces mêmes bus le sont beaucoup moins. Plusieurs d'entre eux affirment au Yedioth Aharonoth que les passagers palestiniens qui refuseront d'emprunter les nouveaux "bus palestiniens" seront priés de quitter les bus dits "mixtes". "À partir de cette semaine, des contrôles seront menés aux checkpoints (point de contrôle) et il sera demandé aux Palestiniens de prendre leur propre bus", affirme au quotidien israélien un conducteur de la compagnie Afikim.

Côté gouvernemental, on assure pourtant qu'il est "interdit d'empêcher tout passager d'embarquer à bord d'une ligne publique de transport" en Israël. Le ministère des Transports ajoute que la création des nouvelles "lignes palestiniennes", considérées comme "lignes de bus générales", a été portée à la connaissance des Palestiniens et a en outre bénéficié de leur "accord complet". Il est vrai que la nouvelle mesure n'a été annoncée qu'en Cisjordanie. D'après le Yedioth Aharonoth, de nombreux flyers ont été distribués dans les villages palestiniens, exhortant les usagers arabes à n'emprunter que les lignes qui leur sont réservées.

Déploiement policier

"Créer des lignes de bus séparées pour les juifs israéliens et les Palestiniens est révoltant", s'est insurgée dimanche à la radio militaire Jessica Montell, directrice de l'ONG israélienne pour les droits de l'homme B'Tselem. "C'est tout simplement du racisme. Un tel plan ne peut se justifier par des besoins sécuritaires ou des questions de surpopulation", a ajouté la militante. Pour l'heure, la police israélienne opérant en Cisjordanie a annoncé le déploiement de forces additionnelles de maintien de l'ordre au point de passage d'Eyal. Interrogées par le Yedioth Aharonoth, des sources policières ont confirmé que les usagers palestiniens refusant de monter à bord des nouveaux bus ne seraient pas exclus, tout en ajoutant que leurs forces "feront de leur mieux pour exécuter la décision ministérielle".

Le récent témoignage de la militante israélienne Ofra Yeshua-Lyth, membre de l'ONG Machsom Watch et passagère du bus 286 entre Tel-Aviv et la Cisjordanie, sonne comme un mauvais présage : "L'officier de police, le sergent major Shai Zecharia, a arrêté le bus à une station. Les soldats ont alors ordonné aux Palestiniens de descendre", raconte-t-elle au quotidien Haaretz. "La première chose qu'ils ont faite a été de collecter leurs cartes d'identité. Un par un, les Palestiniens ont été sommés de quitter la station de bus et de rejoindre à pied le point de contrôle Azzun Atma, qui se trouvait à 2,5 km de l'interconnexion Shaar Shomron." Pour seule explication, l'officier de police leur a lancé : "Vous n'êtes pas autorisés [à voyager] sur l'autoroute 5. Vous devriez voyager dans des vans spéciaux, pas sur des bus israéliens." 

--------

lire aussi :

"The Gatekeepers" : le film qui dérange Netanyahou

http://www.lepoint.fr/monde/the-gatekeepers-le-film-qui-derange-netanyahou-05-03-2013-1636079_24.php

Le documentaire diffusé mardi soir (5/3/13) sur Arte regroupe les confessions de six anciens chefs du Shin Beth sur les dessous du conflit israélo-palestinien.

Israël : deux bus pour Palestiniens incendiés

http://www.lepoint.fr/monde/israel-deux-bus-pour-palestiniens-incendies-05-03-2013-1636090_24.php