Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2011

J'y comprends rien

... mais je le mets quand même.

lu sur :

http://www.lagglorieuse.info/article-offert.php

PS 34 : seulement 1963 adhésions validées
La tutelle continue à la fédération socialiste 34
mercredi 16 mars 2011

Cela commence par une boulette dans le gratuit 20 Minutes. Pascale Boistard, dirigeante nationale du PS incarnant la tutelle dans l’Hérault, explique que « sur les 5 433 militants inscrits en 2010, seuls 4 350 sont à jour de leurs cotisations ».
Peu importe qui a commis la bourde, mais un communiqué rectifie les chiffres : « 4 350 sont en mesure de se mettre à jour de cotisation. » Et coup de massue sur la tête, le Bureau fédéral des adhésions, qui vérifie le fichier d’adhérents et sa validation, n’a pour l’instant enregistré que 1 963 adhésions pour 2010. Résultat des courses, la fédé PS 34 reste sous tutelle.

Rue Saint-Maur, à la fédé PS 34, Gilles F., expert comptable, était jusqu’à présent le roi du pétrole. Avec sa femme, Catherine, ils sont adhérents de la célèbre 11e section de Montpellier, celle de la famille Navarro.

Couple à Paris

Ils étaient 300 militants censés se réunir dans quelques mètres carrés, mais finalement pourquoi perdre du temps à se réunir alors qu’il suffit d’écouter le chef, Robert, en l’occurrence, quand il dit ce qu’il faut voter. Gilles donc, expert-comptable auprès d’un gros cabinet à consonance anglo-saxonne ayant pignon sur rue au Millénaire, a réussi à obtenir que sa boîte ait le marché de la comptabilité de sa fédé. Et lui, comme bénévole et militant, se chargeait de mettre en ordre les chiffres de la fédération socialiste de l’Hérault. Tout cela valait bien quelque avantage, n’est-ce pas ? Alors, dans cette comptabilité qui a mystérieusement disparu en même temps que Dominique Navarro a été licenciée de son poste de permanente, on découvre sur des résidus électroniques ayant échappé à l’effacement de drôles de factures d’Air France. Par exemple, en décembre dernier émerge un billet d’avion pour Paris au nom de Gilles et Catherine. Ce socialisme qui permet à un vieux couple une escapade d’un week-end dans la capitale, n’est-il pas un modèle de société idyllique ? Et cela n’a pas été leur seul voyage, et ils n’ont pas non plus été les seuls à bénéficier de ce régime de faveur. Parfois tout ce petit monde voyageait en groupe. Si un jour la comptabilité de la fédé 34 devient transparente, d’énormes surprises sont à craindre pour la famille Navarro. Dans l’équipe collégiale, certains se grattent la tête pour comprendre comment la 11e section vivait à crédit en empruntant au reste du parti. Et dire que de méchantes langues traitaient dame Navarro d’incompétente !

Micmac et entourloupes

En attendant les fracassantes révélations et la chute par la voie judiciaire du système Navarro, une sourde bataille souterraine vise à affaiblir en période d’élections cantonales l’édifice Vézinhet. À Lunel, par exemple, les navarristes n’ont aucun scrupule à soutenir le maire de droite contre le socialiste sortant. À Mauguio, la dissidence épaule le Parti radical, et ainsi de suite. En façade, Robert Navarro jure qu’il fait tout pour contrer la montée du FN… Dernière entourloupe en date, la tentative de déstabilisation du président Vézinhet le jour de sa réélection par les conseillers généraux. Le micmac est né d’une circulaire du bureau national du PS sollicitant un vote des militants de tout le département pour le choix du président du conseil général. Les navarristes ont donc imaginé un refus de participation à ce scrutin et comme ils sont encore majoritaires, le message aurait été clair pour Solférino. Les navarristes fixent une réunion le mercredi à l’hôtel de Région pour organiser avec 70 secrétaires de section le collet pour Dédé lapin. Pas de chance pour les frondeurs, la tutelle ayant vent du stratagème, se réunit la veille et adresse une lettre au national disant qu’en l’état actuel du fichier, impossible d’organiser un vote significatif. Du même coup, les six mois de tutelle touchant à leur fin, il y a toutes les chances pour qu’elle soit prolongée de la même période, au grand dam des navarristes. Ils voient arriver avec horreur la période des investitures pour les législatives sans avoir repris le pouvoir à la fédé. En plus, le national prévoit que, même en cas de levée de la tutelle, le premier fédéral serait imposé. On parle de plus en plus de Max Lévita pour ce rôle du vieux sage à qui l’on n’apprend pas à faire la grimace.

M. Chandon