Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/03/2015

Samedi 14 mars, un covoiturage est proposé pour se rendre à la chaine humaine entre Marcoule et Tricastin, depuis l'Hérault

communiqué :

Samedi 14 mars, un covoiturage est proposé pour se rendre à la chaine humaine entre Marcoule et Tricastin, depuis l'Hérault :
  • au départ de Montpellier : RDV à 12h à l’arrêt de tram de Sablassou (T2)
    Contact : Sophie - 06 80 71 89 39
  • au départ de Gignac : RDV 11h15 au fond du parking de l’intermarché de Gignac Contact : Florence - 06 31 12 94 81

Samedi 14 mars

Dans la vallée du Rhône - Provence-Alpes-Côte d’Azur

Rejoignez-nous pour la transition énergétique sans nucléaire – le 14 mars 2015 !

http://chainehumaine.fr/trajet-previsionnel-de-la-chaine-humaine-du-14-mars-2015/ 

12/02/2015

Le nucléaire dans la région

communiqué :

Arrivée d'un train d'uranium ! Appel à rassemblement à Narbonne

Vendredi 13 février à 7h

Pour ceux et celles qui veulent participer à la mobilisation depuis Montpellier :
Rdv pour un covoiturage le vendredi 13 février sur le parking du Casino de Celleneuve à 5h30 du matin.

Sinon Rdv directement devant la gare de Narbonne à 7h vendredi.

Projection-débat autour du film "Welcome to Fukushima"

Vendredi 20 février

20h au Cinéma Utopia de Montpellier (séance unique).

Le collectif SDN 34 et le cinéma Utopia vous invitent à venir nombreux à ce nouveau rendez-vous antinucléaire..

Projection suivie d’un débat avec Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité).

LE FILM :

Welcome to Fukushima
Documentaire de Alain de Halleux. 60 mn

Durant deux ans, entre octobre 2011 et août 2012, Alain de Halleux (le réalisateur de RAS, nucléaire rien à signaler) a suivi la vie des habitants de Minamisoma, une petite ville située à 20 km de la centrale nucléaire, au bord de la zone d’exclusion. Entre révolte et résignation, ils s’interrogent : faut-il partir ou rester sur place, vivre avec la contamination et la peur de l’avenir ?

Pas assez contaminée pour être évacuée, elle est cependant trop proche de la centrale éventrée… Les habitants vivent avec l’invisible et l’incertitude. Ils s’interrogent sur le futur de leurs enfants et celui de leur ville au passé millénaire...

La beauté des paysages souligne, si nécessaire, la tristesse du drame à l’œuvre.

Le groupe de Montpellier — Sortir du nucléaire 34 — se réunit une fois par mois à la librairie Scrupule. Renseignements : 0467543205 ou 0467402633
http://www..sortirdunucleaire34.org/

Contact :
contact.sdn34@yahoo.fr


Et pour rappel :

Narbonne, cité nucléaire ! On en parle le 21 février 2015

<mime-attachment.jpeg>       Rendez-vous à 14h le 21 février, au Palais du travail, Boulevard Frédéric Mistral 11100 Narbonne

  Depuis le milieu de l’année 2013, les groupes et militants du Réseau se mobilisent pour mettre fin au secret qui entoure l’usine Areva-Comurhex de Malvési et dénoncer les risques que fait courir cette installation à la population. Méconnue du grand public, cette usine est pourtant la porte d’entrée du nucléaire français et d’un quart de l’uranium utilisé dans le monde.

  Alors que plusieurs actions de blocage ont été organisées, qu’un procès a été gagné, qu’une plainte contre Areva est en bonne voie, les associations et collectifs locaux et le Réseau "Sortir du nucléaire" organisent une grande journée d’information à Narbonne le 21 février 2015, au Palais du travail. Une journée d’informations, d’échanges et de débats autour de l’usine, des transports qu’elle génère, mais aussi des travailleurs, qui sont les premières victimes de cette industrie, ainsi que sur le nucléaire en général et la              société que le recours à cette énergie engendre.


Programme de la journée : 

14H - Conférence et débat : l’usine AREVA de Malvési/Narbonne, quel impact radiologique ?

  • Introduction des collectifs locaux et du Réseau sur la place de l'usine de Malvési dans la chaîne du nucléaire et les actions menées pour faire sortir l'usine de l'ombre.
  • Conférence de Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire de la CRIIRAD.

17H30 - Tables rondes

  • Nucléaire, travailleurs, emploi - Impact sanitaires et sociaux au quotidien pour les travailleurs et pour les populations.
  • Chaîne du combustible, de la mine aux déchets - Des centaines de transports dangereux passent par l'usine de Narbonne, maillon incontournable et porte d'entrée du nucléaire en France.
  • La société nucléaire - Quel coût humain, sanitaire, démocratique, économique...?

20H - Repas partagé, buvette


Rendez-vous à 14h le 21 février, au Palais du travail, Boulevard Frédéric Mistral 11100 Narbonne


Contacts :
contact.sdn34@yahoo.fr
0638819806

A l’initiative de Sortir du nucléaire Aude, Sortir du nucléaire Hérault, Stop Uranium, Réseau "Sortir du nucléaire".


En savoir plus :  http://www.sortirdunucleaire.org/Narbonne-cite-nucleaire-On-en

vendredi 20 Février à MONTPELLIER

communiqué :

Bruno CHAREYRON, Ingénieur en physique, CRIIRAD sera présent

le vendredi 20 Février à MONTPELLIER (34)

Séance unique le vendredi 20 février à 20h au cinéma UTOPIA (5 avenue du docteur PEZET) à MONTPELLIER

Diffusion d’un film de Alain HALLEUX : Welcome to Fukushima

Documentaire de 60 minutes :

Documentaire de Alain de Halleux. 60 mn
Durant deux ans, entre octobre 2011 et août 2012, Alain de Halleux (le réalisateur de RAS, nucléaire rien à signaler) a suivi la vie des habitants de Minamisoma, une petite ville située à 20 km de la centrale nucléaire, au bord de la zone d'exclusion. Entre révolte et résignation, ils s’interrogent : faut-il partir ou rester sur place, vivre avec la contamination et la peur de l'avenir ?

 

Pas assez contaminée pour être évacuée, elle est cependant trop proche de la centrale éventrée… Les habitants vivent avec l'invisible et l'incertitude. Ils s'interrogent sur le futur de leurs enfants et celui de leur ville au passé millénaire...

 

La beauté des paysages souligne, si nécessaire…, la tristesse du drame à l'œuvre.

 

Suivi d’un débat avec Bruno CHAREYRON

Bruno CHAREYRON, Ingénieur en physique, CRIIRAD sera présent

le samedi 21 Février à NARBONNE (11)

CRIIRAD

29 Cours Manuel de Falla - 26000 Valence - 04 75 41 82 54
communication@criirad.org - www.criirad.org <image004.png>

Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité - Copyright © 2013

 

 

 

 

10/02/2015

Convoi d'uranium : Rassemblement en gare de Narbonne vendredi 13 février à 7h

communiqué :

Convoi d'uranium en route pour Malvési -

Rassemblement en gare de Narbonne vendredi 13 février à 7h

La totalité de l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires françaises est importée de l’étranger et est acheminée en France par bateau. Si une partie de cet uranium - en provenance du Niger et du Canada - arrive dans les ports du Havre et de Fos-sur-mer, un travail d’enquête nous a permis de découvrir que de nombreuses cargaisons d’uranium destinées à la France arrivent dans des ports allemands comme celui d’Hambourg. 

Venu de Namibie, et après avoir traversé la Russie, un chargement est arrivé au port d'Hambourg ce week-end, à bord du navire "Bright Horizon" appartenant à la compagnie MACS

Après déchargement au port, les 14 conteneurs de concentré de minerai d’uranium ont été chargés sur des wagons, pour rejoindre, par le train, l’usine Areva-Comurhex de Malvési, près de Narbonne, qui est la porte d'entrée de l'uranium en France et traite un quart de l'uranium utilisé dans le monde. Parti du port de Hambourg à 18h25 hier soir, ce convoi traverse actuellement l'Allemagne. Il devrait arriver demain, mercredi 11 février, à la frontière française et rejoindre Narbonne vendredi 13 tôt dans la matinée

Le Réseau "Sortir du nucléaire", SDN11 et SDN34 appelle à un rassemblement en gare de Narbonne pour "accueillir" comme il se doit ce convoi mortifère. RDV ce vendredi 13 février en gare de Narbonne à 7h. 

 

Contacts : 
Michel 0613914953
Didier 0638819806

 


 

Pourquoi se mobiliser contre ce transport ?

 

L’extraction de l’uranium est l’une des activités les plus polluantes au monde. En Namibie, le minerai est principalement extrait dans une mine géante à ciel ouvert, ce qui disperse des poussières radioactives sur toute une région. 

 

L’uranium contenu dans ces wagons va ensuite être transformé, enrichi, utilisé dans des centrales (ou pour fabriquer des armes), générant à la fin des tonnes de déchets dangereux et ingérables. Voilà le prix de notre gaspillage énergétique !

 

Enfin, même si l’uranium contenu dans ces wagons n’est pas encore enrichi, il ne s’agit pas de transports anodins : chaque convoi dégage plusieurs milliers de milliards de becquerels !

Quel trajet les trains d’uranium empruntent-ils ?

Les cargaisons d’uranium acheminé en France via l’Allemagne mettent en moyenne 4 jours pour arriver à l’usine de Malvési (2 jours en Allemagne - 2 jours en France) et empruntent l’axe Woippy (Metz) – Dijon – Lyon - Miramas – Montpellier – Béziers - Narbonne et traversent les départements de : Moselle, Meurthe-et-Moselle, Haute-Marne, Côte d’Or, Saône-et-Loire (ou Ain selon le trajet emprunté), Rhône, Drôme, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault, Aude.

Voir la carte simplifiée du réseau SNCF ici

Comment les reconnaître ? 

Les conteneurs d’uranium sont transportés sur des wagons plateaux. Les trains en comportent souvent au moins une bonne dizaine. Ici le convoi transporte 14 conteneurs de différentes couleurs. 

Et ils comportent toujours deux logos : un losange radioactif et une plaque orange symbolisant le danger, commençant par UN ou 70 suivi d’un n° à 4 chiffres, ici 2912

Organiser une vigie

Pourquoi organiser une vigie ?

Secret et opacité sont les maîtres mots de l’industrie nucléaire, qui fait tout pour cacher ces transports à haut risque. L’organisation de vigies nous permet de collecter des informations sur la fréquence, les horaires et trajets précis, la composition de ces convois, et ainsi de pouvoir les mettre en lumière et s’y opposer.

En pratique comment ça se passe ?

Les vigies s’organisent facilement et vous n’avez pas besoin d’être nombreux. Il vous suffit de constituer quelques équipes de 2 militants qui se relaieront pour attendre le passage du convoi et collecter les informations utiles.

 Étape n° 1 : se placer dans un lieu avec une bonne visibilité, à l’extérieur des installations de la SNCF, muni(e) d’un appareil photo, d’un papier, d’un stylo et d’une montre ;
 Étape n° 2 : au moment du passage d’un train, repérer si celui-ci correspond au descriptif puis identifier la plaque ou l’autocollant indiquant la radioactivité situé à l’arrière et/ou sur les côtés ; 
 Étape n° 3 : faire des photos ; 
 Étape n° 4 : relever le N° à 4 chiffres du bas de la plaque orange située à l’arrière et/ou sur les côtés et/ou à l’avant, c’est le plus important et il se nomme le code ONU
 Étape n° 5 : noter le lieu, la date et l’heure de visualisation du convoi (veillez donc à avoir l’heure avec vous) ; 
<mime-attachment.gif> Étape n° 6 : transmettre ces informations à votre contact.

Organiser une action

Pour informer la population et dénoncer ces transports radioactifs, vous pouvez organiser des présences devant les gares, distribuer des tracts aux usagers, coller des affiches ou mettre en place toute action qui vous parait pertinente. Contactez-nous pour en discuter ! Et retrouvez des idées et des conseils ici pour organiser votre action.

Mettre en place une journée de formation et de discussion sur les transports radioactifs

Afin de mettre en place ou de renforcer des dynamiques locales contre ces convois, et de constituer des équipes de vigies et de personnes prêtes à agir, nous mettons en place des journées de partage d’information et de formation à la surveillance et à l’action contre les transports radioactifs dans les secteurs de Metz, Dijon, Lyon et dans les Bouches-du-Rhône ou le Gard. Contactez-nous pour discuter de vos besoins, nous élaborerons ensemble le programme.

Commander dès maintenant du matériel de campagne !

Nous mettons à votre disposition, des tracts, affiches, banderoles, autocollants... pour être visible et ne plus laisser ces trains passer inaperçus ! Commandez-les dès maintenant sur notre boutique militante.

Contacts

Si vous êtes disponibles, merci de nous contacter à cette adresse : mobilisations@sortirdunucleaire.fr
ou sur le 0685230511 (Laura) ou 0760150123 (Mélisande)

12/01/2015

Nucléaire : projection-débat autour du film "A Bure pour l’éternité" à Montpellier

communiqué :

Projection-débat autour du film "A Bure pour l’éternité"

Dimanche 18 janvier

10h30 au cinéma Utopia de Montpellier, 5 Avenue du Docteur Pezet.

Dans le cadre de la campagne BURE 365, à l’initiative du collectif SDN 34, membre du réseau Sortir du nucléaire.

Séance unique dimanche 18 janvier suivie d’un débat avec Stéphanie Ramillien, membre de la collégiale de la Maison de Bure et Sébastien Bonetti, réalisateur.

Petit déjeuner participatif : ouverture des portes à 9h45, Utopia offre café et thé, les spectateurs apportent fruits, gâteaux, et autres saines gourmandises à partager...

À BURE POUR L’ÉTERNITÉ

Sébastien et Aymeric Bonetti - documentaire 2013 52mn.

Walden (Massachussetts, Etats-Unis), 1845. L’écrivain et philosophe Henry David Thoreau décide de partir vivre durant deux ans dans les bois, pour prendre du recul sur la société industrielle naissante et réfléchir sur la vie en général.
Bure (Meuse, France), 2013. 94 habitants, l’un des territoires les moins peuplés de France, essentiellement agricole. Sur la commune est implanté un laboratoire destiné aux recherches sur le stockage des déchets les plus radioactifs de nos centrales nucléaires en couche géologique profonde.

En 2004, une poignée d’hommes et de femmes se soulèvent contre ce projet, et y rachètent une ruine. Après avoir créé l’association Bure zone libre (BZL), ils commencent à retaper ce corps de ferme effondré, le nomment Maison de résistance et s’y installent. Ils sont très vite rejoints par de nombreux autres Français et étrangers, de tous âges, de 20 à 70 ans, de toutes origines sociales ou professionnelles. BZL compte aujourd’hui plusieurs centaines de membres. La maison est un espace d’information indépendante sur le projet de l’ANDRA et l’industrie nucléaire en général, de rencontres, de promotion des énergies renouvelables et d’alternatives - mais aussi un lieu de révolution personnelle. Un peu plus d’un siècle et demi après H.D. Thoreau, des dizaines de personnes quittent la ville pour apprendre des savoir-faire, prendre le temps de vivre ou tout simplement réfléchir ensemble à une société plus humaine et écologique.

Contact : 
contact.sdn34@yahoo.fr

13/02/2014

Narbonne: deux ans de prison pour avoir bloqué un convoi d’uranium ?

lu sur :

http://www.bastamag.net/Justice-solidaires-avec-une

Deux ans de prison pour avoir bloqué un convoi d’uranium ?

PAR SOPHIE CHAPELLE 12 FÉVRIER 2014

Terry Morantin encourt deux ans de prison et 4 500 euros d’amende. Elle est inculpée d’ « entrave à la circulation » d’un transport de matières dangereuses. Le 12 septembre 2013, cette militante anti-nucléaire a participé à une action du collectif Stop Uranium devant l’usine Areva-Comurhex de Malvési, près de Narbonne. Avec une quarantaine d’autres militants, ils ont bloqué un camion chargé de tétrafluorure d’uranium, aussi appelé UF4 – une substance radioactive servant à fabriquer le combustible des réacteurs nucléaires. « Pas moins de trois à cinq camions d’UF4 quittent chaque jour cette usine, et circulent sur plus de 200 km entre Narbonne et Pierrelatte, sans escorte ni information aux riverains », accuse le collectif Stop Uranium.

Ce jour-là, les manifestants se couchent sur la route, s’enchainent devant le convoi, déploient des banderoles anti-nucléaires, mesurent la radioactivité autour du camion bloqué. Selon le collectif Stop Uranium, « le niveau "normal" de radioactivité observé dans l’air ambiant avant le passage du convoi était de 60 nanoSieverts/heure. Mais au contact du container, le compteur grimpe à 7 200 nanoSieverts/heure, soit 120 fois le "bruit de fond" naturel ! ». Une action de désobéissance civile pour dénoncer les risques encourus par la population.

Suite à la protestation, seule Terry Morantin est interpellée et convoquée au Tribunal correctionnel de Narbonne le 7 janvier 2014. Lors de l’audience, 22 participants à l’action demandent leur comparution volontaire, revendiquant le caractère collectif et politique de leur acte (voir leur tribune). Le procès a été renvoyé au 20 février prochain pour complément d’information, en vue de statuer sur la demande de comparution volontaire. Le réseau Sortir du nucléaire lance un appel à soutien aux bloqueurs d’uranium et demande leur relaxe.

25/09/2013

Aude : Areva empoisonne ses travailleurs

Communiqué de presse  - 25 septembre 2013

Areva empoisonne ses travailleurs 
Le Réseau “Sortir du nucléaire“ soutient Michel Leclerc face au déni de l'industrie nucléaire

 

Aujourd’hui a lieu un procès crucial pour les travailleurs du nucléaire. En 2012, Michel Leclerc, ancien travailleur de l’usine nucléaire Comurhex Malvési (Aude) gérée par Areva, était parvenu au terme d’un long combat à faire reconnaître la responsabilité de son employeur dans la leucémie qu’il avait développée. Alors qu’a lieu aujourd’hui l’audience en appel, le Réseau “Sortir du nucléaire“ réaffirme son soutien à Michel Leclerc et espère que ce procès permettra que la lumière soit faite sur les maladies développées par les travailleurs de l’industrie nucléaire.

Un long combat pour la vérité

L’usine Comurhex de Malvési, aux portes de Narbonne, est la porte d’entrée de l’uranium en France. C’est dans cette installation que, de 1980 à 1984, Michel Leclerc a travaillé comme mécanicien pour la Serci, une société sous-traitante. En 1983, il commence à ressentir une extrême fatigue.. Ce n’est qu’en 1994 qu’il découvre que cette maladie est liée aux matières radioactives présentes sur le site : des analyses d'urine réalisées en 1983, qui lui avaient été cachées, révélaient un taux d’uranium jusqu’à dix fois supérieur à la norme !

En 1999, le tribunal des affaires de la Sécurité sociale reconnaît sa maladie professionnelle et la faute grave de la Comurhex. L’affaire ayant été renvoyée devant le TGI de Narbonne (l’entreprise sous-traitante ayant fait faillite), celui-ci déclare en juin 2012 que la Comurhex est entièrement responsable de la leucémie chronique de Michel Leclerc. Cependant, l’usine refuse de voir une corrélation entre cette maladie et les activités exercées sur le site et a fait appel de cette décision. L’audience a lieu aujourd’hui à la Cour d’Appel de Montpellier.

Pour un cas de leucémie reconnu comme maladie professionnelle, combien sont restés dans l’ombre à la Comurhex Malvési ? Rappelons qu’un quart de l’uranium utilisé dans le monde transite par cette usine. Des boues chargées de produits toxiques, d'uranium et même de plutonium y décantent en plein air et l’inventaire des matières radioactives présentes sur le site n’a jamais été publié [1]. Combien de travailleurs, à l’instar de Michel Leclerc, n’ont jamais reçu d’informations sur la dangerosité des matières qu’ils manipulaient ?

Industrie nucléaire, l’hécatombe silencieuse

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ espère que la responsabilité d’Areva sera confirmée, afin que les maladies dont souffrent les travailleurs du nucléaire puissent être enfin reconnues et les industries qui mettent leurs vies en danger condamnées comme il se doit.

Il a d’ailleurs fallu attendre le 27 août 2013 pour que soit reconnue la faute inexcusable d’EDF suite au décès à 53 ans par cancer d’un agent de la centrale nucléaire de Dampierre en Burly. L’exposition aux rayonnements a enfin été considérée comme pouvant mener à un décès même en l’absence de dépassement des seuils réglementaires [2]. Il faut espérer que soient enfin reconnus les problèmes sanitaires subis par les salariés concernés par le travail sous radiations et particulièrement les 35 000 sous-traitants qui supportent 80% des doses de radioactivité sans bénéficier d’un suivi médical digne de ce nom [3].

L’industrie nucléaire n’a pas besoin d’accident pour nuire. Même en fonctionnement « régulier », elle empoisonne à petit feu ses employés. Pour le bien de tous et pour la santé des travailleurs, il est urgent d’en finir avec cette industrie mortifère !

Notes :

[1] Plusieurs actions ont d'ailleurs eu lieu récemment devant cette usine pour dénoncer ces risques : http://groupes.sortirdunucleaire.org/blocage-camion-uranium

[2] Voir le jugement ici : http://www.asso-henri-pezerat.org/wp-content/uploads/2013...
Rappelons que ces seuils ne constituent pas une norme sanitaire mais juste le résultat d’un calcul coût-avantage pour l’industrie nucléaire !

[3] Ce déni des impacts sanitaires n’existe pas qu’en France : au Japon, sur 500 000 personnes ayant travaillé dans le nucléaire, seuls 10 ont disposé d’une reconnaissance d’accident du travail ! http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/01/15/nucleaire-a...

02/07/2013

Le nucléaire clandestin dans l'Aube

Scandale : Comurhex Malvési fonctionne depuis des années sans le statut d'installation nucléaire

Le 2 juillet, la marche internationale contre le nucléaire et pour la paix fait halte devant l’usine Comurhex Malvési. À cette occasion, le Réseau dénonce un scandale : cette usine, porte d’entrée de l’uranium en France, fonctionne depuis des années dans l’illégalité, sans statut d’installation nucléaire de base.

en savoir plus...

La marche internationale pour la sortie du nucléaire

communiqué :

La marche internationale pour la sortie du nucléaire et pour la paix passera par l'Hérault.
À cette occasion nous vous invitons à les rejoindre lors de trois rencontres publiques. 
Vous pouvez également vous joindre à eux pour marcher quelques heures, une journée ou plus... la marche se terminant le 28 juillet dans le Bugey (01)

1 - Mercredi 3 juillet, rendez-vous à Béziers
Les  marcheurs "sortir du nucléaire" passeront la soirée à Béziers. 
À cette occasion, nous vous invitons à :
- venir à leur rencontre à 17h sur le Pont Neuf
- à débattre avec eux à 19h30, lors d'une Projection/Débat, pour évoquer leurs combats… notre avenir ! (Salle Garibaldi, 6, rampe du 96è RI)

Pour partir avec nous de Béziers, rendez-vous jeudi 4 juillet à 7h du matin devant le 14 rue de la Rotonde.

Action relayée par : La FASE et La GA Béziers.

2 - Vendredi 5 juillet, rendez-vous à Poussan
La marche arrivera à 17h devant la mairie de Poussan et sera accueilli par le groupe Interland en lutte pour sauvegarder 105 hectares de terres agricoles d'un bétonnage industriel (http://parolescitoyennes-loupian-bouzigues.over-blog.fr/a...).

Le départ de Poussan n'est pas encore fixé mais devrait avoir lieu très tôt pour arriver à 15h à Montpellier

3 - Samedi 6 juillet, rendez-vous à Montpellier
rendez-vous à 15h, rond-point de Laverune (attention il y a 2 "rond points de Laverune"; le bon s'appelle "Maurice Gennevaux")
- second rendez-vous à 17h, plan Cabane.  Accueil en fanfare et défilé (le plus nombreux possible) par rues piétonnes, du plan Cabane à l'Esplanade,

 à côté de la Comédie; rendez vous près du kiosque Bosc (kiosque à musique); prises de parole, contacts avec public et presse...
-  Repas partagé sur les pelouses de l'Esplanade ; les marcheurs sont nos invités ; chacun apporte : à boire (attention , pas d'alcool , à la demande expresse des marcheurs), à manger , en abondance ( les "restes" seront bienvenus pour le lendemain);
pour les marcheurs, prévoir plats végétariens.
 Soirée salle Pétrarque à partir de 20h30, avec projection d'un petit film, prise de parole sur les problématiques du nucléaire dans la région, et sur tous les aspects liés à cette marche internationale (expropriation des peuples indigènes etc): parole donnée surtout aux marcheurs ; échanges avec les nombreuses associations locales relayant la marche, et bien sûr le public.

Le départ de Montpellier se fera le lundi matin à 7h du jardin de Figuerolles


Pour joindre les marcheurs
Tél : 06 78 75 60 55 

25/04/2013

Samedi 27 avril 2013 - Montpellier : Rassemblement devant l'Opéra Comédie

communiqué:

Du vendredi 26 au dimanche 28 avril 2013 
3 jours d'actions 
pour barrer la route à l'uranium 

www.chernobyl-day.org

 


Agenda régional

collapse sectionSamedi 27 avril 2013 - Montpellier (34) : Rassemblement devant l'Opéra Comédie - Montpellier

14h30 : Place de la Comédie

27 ans après le début de la catastrophe de Tchernobyl et alors que le cauchemar à Fukushima dure depuis deux ans, les opposants au nucléaire se mobiliseront du 26 au 28 avril 2013 en France... et partout dans le monde ! 

À Montpellier, le collectif Sortir du nucléaire 34 appelle à un rassemblement devant l'Opéra Comédie à partir de 14h30 le samedi 27 avril. 

Nous serons là pour affirmer notre solidarité avec les victimes de cette industrie et informer sur l'actualité du nucléaire dans notre région : 

- Anciennes mines de Lodève où perdure la radioactivité ; 
- Proximité et danger de la vieille centrale du Tricastin, particulièrement dangereuse et du complexe de Marcoule ; Cet ensemble constitue la plus importante concentration d’industries nucléaires et chimiques de France et le site le plus étendu. 
- Usine de transformation de l'uranium à Narbonne, une activité très polluante et diffusant de la radioactivité par l'air et le sol ; 
- Nombreux transports de matière radioactive, notamment par l'autoroute. 60 tonnes par jour entre Narbonne et Pierrelatte (Drôme) via Montpellier par l'A9…! 
- Sans oublier le nouveau projet fou de construction d'un surgénérateur à Marcoule, répondant au doux nom d'ASTRID et fonctionnant au plutonium, matière la plus dangereuse jamais créée par l'homme (quelques millionièmes de grammes inhalés suffisent à déclencher un cancer…) 

Nous vous invitons à venir nombreux demander l'arrêt du nucléaire. 
Gilets jaunes, pancartes, masques antinucléaires bienvenus… 

Contacts : 
- Didier : 04 67 54 32 05 
- Élisabeth : 04 67 40 26 33

Contact : Didier - SDN34
didier.latorre (a) free.fr
Tel : 04 67 54 32 05

collapse sectionSamedi 27 avril - Narbonne (11) : Barrons la route au nucleaire

11H-16H : Sortie autoroute croix sud

Distribution de tracts et questionnaire aux automobilistes

Contact : Thomas Cousinou - Sortir du Nucleaire de l'Aude
rsnaude (a) hotmail.fr
Tel : 698231120
 
----
Indépendants de l’État à 100 %, nous sommes dépendants de vous.
Soutenez notre action, faites un don ! http://groupes.sortirdunucleaire.org/Soutenez-nous


Consultez l'agenda des actions organisées partout en France sur : http://groupes.sortirdunucleaire.org/agenda/

Vous pouvez également choisir de vous inscrire sur d'autres listes : http://www.sortirdunucleaire.org/listes

20/02/2013

Réunion du groupe Sortir du nucléaire 34 à Montpellier

communiqué:

Réunion du groupe Sortir du nucléaire 34

Lundi 4 mars
Lieu : Montpellier

18h30 à la Librairie Scrupule, 26 boulevard Figuerolles 34070 Montpellier.
L’ordre du jour est établi peu de temps avant la réunion. Pour d’éventuelles information supplémentaires, consulter cette page :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Reunion-du-groupe-SD...

Contact :
Didier : 04 67 54 32 05

Rassemblement

Samedi 9 mars
Lieu : Montpellier

A 14h30 Place de la comédie (devant l’Opéra) à Montpellier.

Deux ans après le début de la catastrophe toujours en cours à Fukushima, le Réseau "Sortir du nucléaire" se rassemblera au cours d’une grande chaîne humaine le 9 mars 2013 à Paris.
Le collectif Sortir du nucléaire 34 propose à ceux qui ne seront pas à Paris ce jour-là de se rassembler à Montpellier, afin de relayer ici le message de cette journée, et d’en faire une grande journée de mobilisation nationale contre l’atome.

Gilet jaune fluo, masque antinucléaire, pancartes, panneaux sandwich conseillés…

04/10/2012

Samedi 13 octobre 2012 : rassemblements à Malvési et Narbonne

communiqué :

Rassemblements aux quatre coins de la France :
> à Laval, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Paris, Metz, Lille et Narbonne

RDV : samedi 13 octobre, 13h00
> Lieu : 
usine AREVA "Comurhex", Malvezy (11)

puis

RDV : samedi 13 octobre, 15h00 
> Lieu : les halles, Narbonne (11)

06/09/2012

Femmes contre le nucléaire

communiqué :

Il y a quelques mois, des femmes partageant la conviction de la nécessité vitale d’un arrêt immédiat du recours à l’énergie nucléaire (qu’il s’agisse de production d’électricité ou d’armement) ont lancé un Appel des Femmes pour l’Arrêt Immédiat du Recours à l’Énergie AtomiqueIl faut faire connaître cet appel !

Le principe de cette action ne consiste pas tant à faire signer une pétition mais à susciter, en divers pays, la constitution de groupes de femmes et des actions, des dynamiques militantes autour de cet appel. Il ne s’agit donc pas d’une pétition à remettre à une autorité "supérieure", mais plutôt d’un appel à prise d’engagement autonome, complémentaire d’autres initiatives mixtes préexistantes ou non. Ainsi, il a été décidé, y compris en concertation avec des camarades masculins, de recueillir exclusivement des signatures féminines.

Au-delà de l’exemple du mouvement des Femmes de Fukushima, il y a trois raisons principales :

  • la volonté d’encourager à se mêler des questions atomiques des femmes qui, pour bien des raisons, ne l’ont pas fait ou ne le feront jamais dans un contexte mixte ;
  • le souci d’introduire dans les réseaux féministes le débat sur les questions énergétiques, sans en laisser l’exclusive à des lobbies corporatistes de femmes favorables au nucléaire ;
  • et surtout le constat que les femmes de nombreux pays ont, davantage que les Françaises, l’habitude d’œuvrer préférentiellement ou exclusivement dans des groupes féminins. Or, vu l’urgence, les initiatrices espèrent que cet appel permettra aussi d’activer ou réactiver de larges réseaux nationaux et internationaux de femmes préexistants et d’établir plus facilement des liens avec eux.

L’appel est actuellement disponible en anglais et quelques autres langues, en attendant d’autres versions, qui seront bienvenues. Voir les traductions disponibles.

Pour en savoir plus, participer et inciter vos ami-e-s hors de France à participer à la dynamique, voir les détails.

http://www.netoyens.info/index.php/contrib/04/09/2012/femmes-contre-le-nucleaire 

Femmes contre le nucléaire

communiqué :

Il y a quelques mois, des femmes partageant la conviction de la nécessité vitale d’un arrêt immédiat du recours à l’énergie nucléaire (qu’il s’agisse de production d’électricité ou d’armement) ont lancé un Appel des Femmes pour l’Arrêt Immédiat du Recours à l’Énergie AtomiqueIl faut faire connaître cet appel !

Le principe de cette action ne consiste pas tant à faire signer une pétition mais à susciter, en divers pays, la constitution de groupes de femmes et des actions, des dynamiques militantes autour de cet appel. Il ne s’agit donc pas d’une pétition à remettre à une autorité "supérieure", mais plutôt d’un appel à prise d’engagement autonome, complémentaire d’autres initiatives mixtes préexistantes ou non. Ainsi, il a été décidé, y compris en concertation avec des camarades masculins, de recueillir exclusivement des signatures féminines.

Au-delà de l’exemple du mouvement des Femmes de Fukushima, il y a trois raisons principales :

  • la volonté d’encourager à se mêler des questions atomiques des femmes qui, pour bien des raisons, ne l’ont pas fait ou ne le feront jamais dans un contexte mixte ;
  • le souci d’introduire dans les réseaux féministes le débat sur les questions énergétiques, sans en laisser l’exclusive à des lobbies corporatistes de femmes favorables au nucléaire ;
  • et surtout le constat que les femmes de nombreux pays ont, davantage que les Françaises, l’habitude d’œuvrer préférentiellement ou exclusivement dans des groupes féminins. Or, vu l’urgence, les initiatrices espèrent que cet appel permettra aussi d’activer ou réactiver de larges réseaux nationaux et internationaux de femmes préexistants et d’établir plus facilement des liens avec eux.

L’appel est actuellement disponible en anglais et quelques autres langues, en attendant d’autres versions, qui seront bienvenues. Voir les traductions disponibles.

Pour en savoir plus, participer et inciter vos ami-e-s hors de France à participer à la dynamique, voir les détails.

http://www.netoyens.info/index.php/contrib/04/09/2012/femmes-contre-le-nucleaire 

21/04/2012

Informations locales sur le nucléaire

communiqué:

http://www.chernobyl-day.org/

Jeudi 26 avril - Frontignan (34) : Soirée spéciale projections-débats autour du nucléaire

Dès 19h : CinéMistral de Frontignan-Lapeyrade Avenue Frederic Mistral

19h: Projection-débat du documentaire "Un climat d'espoir"
20h30: Table info et repas partagé dans les jardins du cinéma
21h: Projection-débat du film "La terre outragée"

Contact : Pauline - Collectif "Sortir du nucléaire" Sète-Bassin de Thau
paullen (a) riseup.net

Jeudi 26 avril - Montpellier (34) : Chaîne humaine

18h : Rassemblement à la Préfecture pour une chaîne humaine.

Les antinucléaires montpelliérains seront également présents à la manifestation du 1er mai, rejoignez-nous.

Contact : Didier Latorre - SDN 34, groupe de Montpellier
contact.sdn34 (a) yahoo.fr
Tel : 0467543205 - 06 72 69 25 61

17/04/2012

Un anniversaire le 26 avril

Communiqué :

Le 26 avril, juste entre les deux tours de l’élection présidentielle, la catastrophe de Tchernobyl entrera dans sa 27ème année. Il y a quelques jours, le réacteur n°2 de la centrale de Penly en Seine-Maritime a connu un incendie et une fuite très inquiétants... *

Pourtant, le nucléaire et la problématique énergétique sont les grands absents de la campagne présidentielle.

En mars dernier, nous étions 60 000 à former une immense chaîne humaine entre Lyon et Avignon. Mais la chape de plomb du lobby nucléaire continue de peser sur les médias et sur la campagne. Nous devons informer et mobiliser encore plus largement, bien au-delà des convaincus !

Si ce n’est pas encore le cas, pourquoi ne pas organiser vous-même une action dans votre commune ?

Et n’oubliez pas que de nombreuses actions sont encore en train d’être planifiées : revenez sur le site régulièrement au cours des prochains jours !

Un grand merci à vous pour votre implication à nos côtés !

Toute l’équipe du Réseau "Sortir du nucléaire"

* Plus d’information sur le grave incident survenu à Penly le 5 avril

12/03/2012

C'est le chef ...

trouvé sur :

Incident nucléaire sur France Inter

http://podcast.blog.lemonde.fr/2012/03/11/incident-nucleaire-sur-france-inter/

Le sujet de l'émission était la mafia, et non le nucléaire. Les militants avaient voulu marquer le coup en ce jour anniversaire de l'accident de Fukushima. Vive le direct, sans lequel seraient impossibles de tels moments... radio-actifs !

 

07/03/2012

Chaine humaine 11 mars Lyon-Avignon

communiqué :

Chaine humaine 11 mars Lyon-Avignon
Un an après Fukushima
Pour sortir du nucléaire
En route vers la plus grande mobilisation antinucléaire en France ! 
 
On prend demain la décision, ou pas, d'un 5e bus à Montpellier, mais c'est bien parti ! (Plus un au départ de Pignan, 3 de Clermont-l'Hérault) N'hésitez donc pas à nous rejoindre. On a besoin de vous pour remplir ce bus. La mobilisation est très forte. Et aussi bien les derniers arrivés devront co-voiturer car le 5e bus sera le dernier.
 
"Cette date marquera un tournant pour la sortie du nucléaire
s'enthousiasme Jean-Pierre Cervantès qui supervise l'organisation sur le tronçon Avignon-Bollène, 
si vous vous voulez écrire l'histoire, soyez-là le 11 mars"
 
Donc : Réservation uniquement à partir des chèques envoyés avec confirmation par mail ou téléphone, ou chèques reçus ! En dehors de ces cas de figure vous ne serez pas inscrit.

Si vous venez, il faut donc envoyer votre chèque AU PLUS VITE :
 
Prix 12 € par personne l'aller-retour.
 
Chèque à l'ordre de Laure RUIZ, à envoyer à :
Laure Ruiz
731, rue de la Croix de Figuerolles
34070 MONTPELLIER
 
+ un mail de confirmation à laura : lafeelaura@no-log.org
 
À NOTER LE RV DE DÉPART : PARKING ARCEAUX, 10H30 LE 11. PRÉVOIR PICNIC.
MANIF FESTIVE ET COLORÉ…
 
Et Quelques infos sur le déroulement :
Nous ne couperons pas la circulation et devrons pour cela :
  • ne pas bloquer les intersections, carrefours et ronds-points. La chaîne devra être interrompu à ces endroits pour quelques mètres
  • rester sur le bas-côté et les trottoirs : consigne à respecter et à faire respecter autour de vous
  • venir en jaune, avec si possible un gilet de sécurité pour être voyant. Et le jaune est la couleur des antinucléaires
Pour colorer la chaîne et nous aider dans sa réalisation, vous pouvez :
  • apporter de la corde, des banderoles pour rallonger la chaîne ou commander les drapeaux spécialement conçu pour la chaîne humaine
    Le 11 mars nous vous proposerons également à la vente une série limitée de maillons en tissus imprimés, de 2m de long, que vous pourrez également utiliser pour rallonger la chaîne
  • venir avec des instruments de musique pour animer les rassemblements
Dès 13h30 nous nous rassemblerons sur 62 lieux entre Lyon et Avignon puis nous constituerons deux tronçons de chaîne : un vers le nord et un vers le sud. Les distances entre chaque lieu de rendez-vous étant en moyenne de 5km, les plus courageux marcheront entre 2 et 3 km, d’autres 1km ou 500m ou 10m. Notre objectif étant de constituer une chaîne ininterrompu de 230 km de long ! Tout le monde peut participer, quel que soit votre âge ou votre condition physique !
Il n’y aura pas de restauration possible sur tous les lieux de rassemblement, nous faisons notre possible mais comprenez que cela n’est pas évident sur 62 lieux de rendez-vous. Prévoyez donc votre casse-croûte.
 
La fin de la chaîne humaine est prévu pour 17h.

17/02/2012

Sortir du nucléaire : la grande chaîne humaine

communiqué:

- Réservez votre place dans les départs groupés et incitez vos amis à se joindre à vous.

- Il n’y a pas encore de départ groupé prévu près de chez vous ? Il est encore temps d’en organiser.

- Signalez votre venue et demandez à vos amis de faire de même.

Nous sommes à moins de 4 semaines de la grande chaîne humaine qui devra relier Lyon à Avignon, le dimanche 11 mars.

La mobilisation grandit de jour en jour, de nombreux départs groupés sont organisés, des milliers de personnes nous informent de leur venue, les soutiens affluent…

Mais tout cela ne servira à rien si nous ne remplissons pas les cars organisés localement et si des milliers de personnes ne sortent pas de chez elles le 11 mars à 13h30.

C’est pourquoi je me tourne vers vous en vous demandant de vous mobiliser et de nous aider à diffuser l’appel à participation le plus largement possible.

Vous aussi, participez à la mobilisation pour la grande chaîne humaine.

Chaque personne compte et nous comptons sur vous !

Nous vous remercions chaleureusement pour votre engagement à nos côtés.

Contact pour toute question :
Jocelyn Peyret
contact@chainehumaine.org

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire"
et le collectif "Réaction en chaîne humaine"

19/01/2012

Dimanche 22 janvier à 14h

communiqué:

Invitation : Rencontre régionale du Réseau "Sortir du nucléaire"

Dimanche 22 janvier à 14h

A la Maison des étudiants (à l'entrée de la fac) à l'UM2,

place Eugène bataillon, 34095 Montpellier


Afin de permettre à chaque groupe et militant antinucléaires de rencontrer les autres associations et militants de sa région, de créer du lien et de construire des actions communes, et afin de s’organiser en vue de la grande Chaine Humaine le 11 mars 2012 dans toute la Vallée du Rhône, le Réseau "Sortir du nucléaire" et Sortir du nucléaire 34 vous convient à une rencontre régionale.

Cette rencontre est ouverte à tous ! Nous vous y attendons nombreux !

Merci de nous confirmer si possible votre présence.

Salutations antinucléaires

Laura Hameaux

Mail: laura.hameaux@sortirdunucleaire.fr

Listes de diffusion : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/Listes-Diffusio...
Listes de discussion : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/Listes-Discussi...

21/10/2011

Dimanche 23 au cinéma UTOPIA

7e édition des « Sciences en Bobines » (2011)

http://sciencescitoyennes.org/7e-edition-des-sciences-en-... 

Cinéma Utopia 5 avenue du docteur Pezet 34 090 Montpellier Plan d’accès

9h30 – Accueil autour d’un petit déjeuner

10h00 – Notre Poison Quotidien Marie-Monique Robin, 2010, 113 mn

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

12h00 – Débat avec :

  • Frédéric Prat (Inf’OGM)
  • Jean Sabench (Responsable commission pesticides Confédération Paysanne)
  • Florian Olivier (Péquenot Science)

06/10/2011

15 octobre : manifestations contre le nucléaire

communiqué :

 

Bonjour,

Le 15 octobre prochain, des manifestations inter-régionales pour exiger l'arrêt du nucléaire seront organisées par les coordinations régionales et les associations, avec le soutien du Réseau "Sortir du nucléaire", dans plusieurs grandes villes de France: à Dunkerque, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Le Bugey (St-Vulbas), Avignon et Strasbourg.

Si vous souhaitez soutenir cette journée d'action, merci de nous le faire savoir en répondant à ce mail et en indiquant une personne à contacter pour votre organisation. Vous serez ensuite sollicité dans le courant de la semaine pour co-signer un communiqué commun de soutien à ces manifestations. 

Vous trouverez ci-dessous toutes les informations relatives à ces rassemblements: lieu précis, horaires de départ et personnes à contacter.

Pour connaître les départs groupés en car ou covoiturage et réserver vos places, rendez-vous sur notre site:

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Manifestation-interregionales-pour

 

Merci de relayer ces informations dans vos réseaux 

 

Salutations antinucléaires

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire"

Laura Hameaux

05/10/2011

Sciences citoyennes à Montpellier

La Fondation Sciences Citoyennes (http://sciencescitoyennes.org) organise cette année à Montpellier, au Cinéma Utopia, un Festival "Sciences en Bobines" comportant deux séances:

Jeudi 13 octobre à 20h: Projection du film inédit "CHERNOBYL FOREVER" d' Alain de Halleux (2011) suivie à 21h d'un débat avec Sezin Topçu, sociologue (F. Sciences Citoyennes) et de membres du Réseau Sortir du Nucléaire 34 et de Péquenot Science.


L’homme a la mémoire courte, mais l’atome, lui, a la vie longue !
25 ans après Tchernobyl, les survivants se taisent, le gouvernement ne donne aucune information, l’OMS et l’AIEA ont décidé en cœur d’arrêter le suivi des populations. Bien qu’affectés à 90 % d’une ou plusieurs maladies chroniques, la plupart des jeunes préfèrent ne pas savoir. Ce qu’ont vécu leurs parents, ils l’apprennent par ordinateur interposé avec S.T.A.L.K.E.R., le jeu du liquidateur. Pourtant, sous son sarcophage en perpétuelle réparation, le Phoenix s’active et renaît de ses cendres. Au dire du responsable de la sûreté du site, « l’histoire ne fait que commencer, le plus grand risque ici, c’est l’oubli ! ». La lave du cœur fondu s’effrite, libérant des particules alpha, hautement radioactives. Les équipes de décontamination travaillent au ralenti de crainte d’en inhaler. Que pensent-elles de l’enceinte de confinement promise par nos champions français, les multinationales Bouygues et Vinci ? A vrai dire, ce projet pharaonique les laisse dubitatives. Avant de songer à couvrir le site il faut extraire les 600 tonnes de combustible inutilisé des 3 réacteurs intacts. Les Français ont construit un premier bâtiment à cet effet, aux frais des donateurs. A Tchernobyl, on dit qu’il a été si mal conçu «qu’on n’oserait même pas y conserver des cornichons!» Ensuite il y a le prix, 1, 5 milliard d’euros, que la communauté internationale peine à réunir alors que Kiev a déjà levé 12 milliards de $ pour l’Euro 2012 ! Mais après ? l’enceinte est prévue pour durer 100 ans. C’est dire que 4 générations devront se succéder pour prévenir les risques d’incendie et extraire les déchets qu’elle va cacher. Par endroit, les contaminations sont telles que même les robots n’y résisteraient pas. Qui va payer alors que la centrale ne produira plus le moindre kilowatt ?  L’ Ukraine n’a trouvé qu’une réponse : construire 22 nouveaux réacteurs pour exporter de l’électricité aux pays européens qui ont banni le nucléaire de leur territoire national.

Dimanche 23 octobre à 10h: Projection du film "NOTRE POISON QUOTIDIEN" de Marie-Monique Robin (2010) suivie à 12h d'un débat avec Frédéric Prat (Info'OGM)
et Jean Sabench (responsable de la commission pesticides à la Confédération Paysanne).

Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés »? C’est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de réglementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique).

19:16 Publié dans nucléaire | Lien permanent | Commentaires (0)

Formation CRIIRAD

Formation CRIIRAD


Samedi 8 octobre - Toute la journée

Lieu : à la librairie Scrupules à Montpellier