Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/08/2015

Promotion de Tel Aviv à Paris ?

lu sur :

Association France Palestine Solidarité

www.france-palestine.org/ 
‎ 
 

Tel-Aviv à Paris Plage ? 

Lettre ouverte de l’AFPS à Mme Anne Hidalgo, maire de Paris,samedi 8 août 2015

Madame la maire, C’est avec incrédulité que nous avons appris l’opération « Tel-Aviv sur Seine » programmée le 13 août dans le cadre de Paris-plage.

Lettre ouverte de l’AFPS à Mme Anne Hidalgo, maire de Parissamedi 8 août 2015

Il ne faudrait y voir, dans la suite de votre voyage en mai dernier, aucune signification politique, mais simplement un sympathique exemple de coopération entre deux villes. L’occasion offerte aux Parisiens de « profiter de la plage et de la douceur de Tel-Aviv », de son ambiance festive et, pourquoi pas, de gagner des produits de la mer Morte…

Mais il y a un hic, Madame la maire. Tel Aviv n’est pas Copacabana et il n’est pas possible de faire comme si cela intervenait hors de tout contexte politique. Nous sommes précisément à un moment extrêmement dangereux : celui de la fuite en avant du gouvernement israélien le plus extrémiste de l’histoire, déterminé à développer la colonisation et à faire obstacle à toute solution politique fondée sur le droit.

Alors que le carnage de l’été dernier reste dans toutes les mémoires et que se poursuit le blocus de Gaza, alors que les snipers de l’armée ont carte blanche face aux manifestants palestiniens en Cisjordanie et que les colons fanatiques ont dévoilé jusqu’où va leur idéologie criminelle et raciste, il est urgent pour les dirigeants israéliens de tenter de détourner les regards de ces faits qui chaque jour les accusent.

Il leur faut faire diversion et c’est précisément le cas avec cette opération de communication au goût amer, qui est une bien étrange façon de faire écho aux massacres de l’été dernier.

Comment évoquer la douceur de Tel-Aviv sans avoir à l’esprit le fait que les Palestiniens de Cisjordanie n’ont pas accès aux plages de Gaza ? Que sur ces dernières plane toujours la menace des drones et qu’on peut au loin deviner les bâtiments de la marine de guerre israélienne en charge du blocus.

Comment permettre de distribuer des produits de la mer Morte, elle-même interdite aux Palestiniens, en oubliant que pour l’essentiel ces produits proviennent des colonies de la vallée du Jourdain ?

Madame la maire, nous ne sommes pas dupes de l’objectif recherché par les diverses agences de communication mobilisées pour tenter de redorer le blason d’un Etat qui tourne aujourd’hui le dos à la paix. Nous sommes consternés par la facilité avec laquelle la ville de Paris semble avoir accepté de s’y prêter et osons attendre de vous une déprogrammation de l’événement.

Je vous prie de croire, Madame la maire, en toute ma considération.

Taoufiq Tahani, Président de l’AFPS

---------------------

 

L'Agence publiera au fur et à mesure les différents communiqués visant à dénoncer l'opération de propagande "Tel Aviv Sur Seine". Envoyez vos communiqués à: agencemediapalestine@gmail.com 

 

Lire la déclaration de Danielle Simonnet, Parti de Gauche au Conseil de Paris:

 

Journée Tel Aviv à Paris-Plages : l’indécence totale de la Ville de Paris

 

Lire les autres déclarations sur le site de l'Agence.

 ------------------

dans le même domaine, voir :

Israël : les extrémistes juifs arrêtés dimanche ont été relâchés
La presse israélienne avait fait état d'une dizaine d'arrestations effectuées dimanche par le Shin Beth et la police dans les colonies illégales. Lire

 

14/06/2015

Changeons le système !

communiqué :

Pour un rassemblement citoyen | Midi-Pyrénées / Languedoc ...

mplr.rassemblementcitoyen.fr/
 
Signons et faisons signer l'appel sur www.mplr.rassemblementcitoyen.fr; Retrouvons-nous dans nos localités, nos entreprises et nos départements dès le mois ...

Appel à volontaires

Appel à volontaires. La réussite du rassemblement citoyen dépend ...

1ère Rencontre Haute-Garonne

1ère Rencontre Haute-Garonne ... une première rencontre des ...

appel régionales.indd

Signons et faisons signer l'appel sur www.mplr ...

Événements à venir

Événements à venir. Navigation par Liste d'événements.

appel pour un rassemblement ...

APPEL POUR UN RASSEMBLEMENT. CITOYEN ...

Aude

Événements à venir › Aude ... citoyenne dans l'Aude.

1ère assemblée des ...

Première assemblée des signataires audois de l'appel ...

Haute-Garonne

22 allée de Barcelone, Toulouse, Haute-Garonne 31000 ...

Les signataires

Les signataires .... Claude MASSOL, 81, Militant et élu PCF ...

Rencontre citoyenne dans le ...

Rencontre citoyenne dans le Gard ... h 00 min; Catégorie de l ...

04/06/2015

Journée du 13 juin à Montpellier

communiqué :

Journée du 13 juin.

L’appel « Chantiers d’espoir » de janvier 2015, a été signé nationalement (entre autres) par Gérard Aschiéri (syndicaliste), Clémentine Autain (Ensemble), Emmanuelle Cosse (EELV), Annick Coupé (Syndicaliste), Roland Gori (Psychanalyste), Jean-Pierre Guédiguian (Cinéaste), Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon (PG), Suzan Georges (essayiste), Aurélie Trouvé (Attac).

Ils proposent de susciter partout en France des rencontres-échange, pour tracer « un chemin dans lequel le progrès humain sera possible pour nous et pour les générations futures. »

Nous pensons, disent-ils « que le temps est venu que les hommes et les femmes de bonne volonté, convaincus qu’il est possible et nécessaire de changer le réel, prennent la parole ». L’objectif étant « de mettre en mouvement nos concitoyens » pour dessiner « les mesures urgentes de transformation sociale et écologique que mettrait en œuvre un gouvernement qui ne renonce pas face à la finance. »

 

Montpellier, ce 13 juin, de 9h à 19h, se tiendra, à la Salle Pagezy (ancienne mairie de Montpellier), une première rencontre « Chantiers de l’espoir dans l’Hérault »

- La matinée sera organisée autour de la thématique démocratie, avec en particulier la présence de Dominique Rousseau, professeur de Droit Constitutionnel à l’Université Paris1 Panthéon Sorbonne, qui propose de « Radicaliser la Démocratie » dans son récent ouvrage qui parle de refondation nécessaire.

Le débat largement ouvert sera assurément stimulant.

- L’après-midi (un repas sur place est prévu) un travail en ateliers se déroulera autour de 5 thématiques :

Services publics : défendre, créer, reconquérir.

Agro-alimentation : changer l’agriculture, problèmes du foncier et aménagement du territoire.

Comment sortir des politiques austéritaires ?

Médias, droit à l’information, réseaux sociaux.

Mixité sociale et ghettoïsation, quartiers, école.

Un échange collectif clôturera la journée (16h-18h) :

- Que faut-il changer aujourd’hui ?

- Quelles urgences politiques, sociales, écologiques ?

- Quel projet émancipateur de transformation sociale ?

14/05/2015

Futur immeuble rue de la Méditerranée ...

... 3933 m2

hauteur : 14,13 m ( 5 ou 6 étages ? )

Image 1.png

13/05/2015

Indemnités des élus du Languedoc-Roussillon

à lire :

Indemnités des élus du Languedoc-Roussillon : les économes ...
À la décharge des élus, on peut noter que les indemnités maximales des conseillers départementaux sont calculées selon le nombre d'habitants du territoire sur ...
www.midilibre.fr/2015/05/12/indemnites-d

(qu'en pensez-vous ?)

 

07/05/2015

derives armee israel (mots clefs)

Quelques liens :

(Juifs de tous les pays, révoltez-vous !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et aussi :

Israël a une vision singulière du droit de la guerre
Israël possède « l'armée la plus morale du monde ». .
www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/04/is

et encore

 
A l'annonce d'une trêve de deux heures, à 13H30 (10H30 GMT), un convoi d'ambulances et de camions de pompiers avance, dimanche, dans Chajaya dévastée, tandis que ...

 

 

04/05/2015

Mardi 5 Mai à 19h à la Salle Pétrarque

Pas de nouvelle note sur ce blog ?

Voyez Le blog libre - bis (lien ci-contre)

(je suis publiphobe)

------------------------------------------

communiqué :

Nous vous informons

Mardi 5 Mai à 19h à la Salle Pétrarque 


"Jérusalem : le sacré et le politique "  avec :  Youssef Habache Palestinien, Directeur du CDP (Comité pour le Développement et le Patrimoine), Représentant européen de HWC (Heath Committee Palestine), Paul Alliès, Pr. de Droit à Montpellier I, et Pierre Istambul, Co-président de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix)


Conférence organisée par le Comité BDS France 34 

26/04/2015

Montpellier : JÉRUSALEM, LE SACRÉ ET LE POLITIQUE. Conférence le 5 mai

communiqué :

MONTPELLIER mardi 5 MAI 2015 – 19H SALLE PÉTRARQUE (Place Pétrarque),

Conférence publique : JÉRUSALEM : LE SACRÉ ET LE POLITIQUE

avec la participation de :

Youssef HABACHE (Dir. Du Comité pour le Développement et le Patrimoine, Représentant Européen du HWC-P : Comité de travail pour la santé en Palestine)

Paul ALLIÈS (Pr. de droit, Université Montpellier I)

Pierre STAMBUL (Co-président de l’ UJFP : Union Juive Française pour la Paix).

Organisée par le Comité BDS France 34

23/03/2015

Élections : percée des anticapitalistes

... en Espagne.

lu sur :

Le grand perdant de cette élection test, un an avant les législatives, reste la droite, tandis que la gauche traditionnelle sort renforcée.
 
Le parti antilibéral espagnol Podemos, allié du Grec Syriza, s’est hissé à la troisième place dimanche lors d’élections régionales en Andalousie, remportées par les socialistes et très attendues, faisant figure de test moins d’un an avant des législatives.
 
Selon des résultats presque définitifs après dépouillement de 99,95% des bulletins de vote, le parti socialiste garde son bastion, avec 35,4% des voix et 47 députés sur 109 au Parlement régional de cette région stratégique politiquement car la plus peuplée d’Espagne avec 8,4 millions d’habitants sur 46,5.

Podemos, qui croyait en une victoire, arrive troisième avec 14,8% % des voix et 15 députés, derrière le Parti populaire (au pouvoir au niveau national), qui obtient 26,7% des voix et 33 députés. «Le chemin s’ouvre en marchant. Merci l’Andalousie, […] merci marcheurs pour ce premier pas, nous irons de l’avant», a réagi sur Twitter le leader de Podemos Pablo Iglesias, semblant admettre n’avoir pas avancé autant qu’il voulait.

C’est sans doute le Parti populaire qui perd le plus: en 2012 lors des dernières élections régionales, il avait remporté 40% des voix. Son chef de file en Andalousie, Juan Manuel Moreno, a admis qu’il ne s’agissait pas du «résultat attendu». Dimanche soir, le chef du gouvernement Mariano Rajoy a suivi les résultats depuis son bureau au septième étage du siège du parti populaire, dans le centre de Madrid et n’avait fait aucun commentaire vers minuit.

«Les citoyens ont voté contre la gestion de la crise» par la droite, a analysé un routard de la politique en Espagne, Gaspar Llamazares, de Izquierda Unida (IU), coalition écolo-communiste balayée par l’émergence de Podemos. Podemos de son côté s’est aussi félicité sur la chaîne privée la Sexta d’avoir fragilisé le «bipartisme», qui se partageait environ 80% des suffrages en 2012 contre 60% désormais en Andalousie. Son numéro deux, Iñigo Errejon, a aussi noté que l’Andalousie est différente des autres, avec une population «plus rurale» et «plus âgée» tendant à «conserver les équilibres traditionnels». Il aura cependant du mal à se poser en force principale d’opposition à la droite au pouvoir comme il l’a fait ces dernières semaines.

Ce dimanche, les Andalous étaient les premiers à dire si le parti de gauche radicale né en janvier 2014 et propulsé à la quatrième place lors des élections européennes de mai, avec 5 députés et 1,2 million de voix, est en mesure de transformer l’essai, lors du coup d’envoi d’une année électorale décisive pour ce pays. Près de 6,5 millions d’électeurs étaient appelés à choisir entre les options classiques - PSOE ou PP - et les nouvelles: Podemos et Ciudadanos, de centre droit, qui émerge aussi avec 9% des suffrages et 9 sièges. «Tout le monde attend de voir si les forces émergentes vont obtenir un très bon résultat», déclarait à la veille du scrutin un membre haut placé du PP.

Un «test» avant de nombreux autres scrutins à venir en Espagne: régionales et municipales en mai, une nouvelle régionale anticipée en Catalogne en septembre et enfin des législatives, à la fin de l’année, où les conservateurs semblent menacés de perdre leur majorité absolue.

L’ANNÉE DU «CHANGEMENT»

Après six années de crise et d’enlisement, un même mot d’ordre, le «changement», avait rythmé les campagnes des principaux partis. «Le changement sûr», pour le PSOE qui sort renforcé alors que tous le disaient fragilisé par l’ascension de Podemos; le «changement tranquille» avec le PP qui avait insisté sur la reprise de la croissance (+1,4%), mais paye la politique d’austérité ressentie très fortement dans cette région où plus du tiers de la population active (34,2%), est au chômage, un record régional européen.

Le «changement raisonnable» pour Ciudadanos ou, enfin, le «changement irréversible» de Podemos qui faisait campagne contre la corruption et pour des mesures sociales, accusant les socialistes au pouvoir en Andalousie d’avoir laissé souffrir leurs concitoyens. Le chef de file du PP en Andalousie a déclaré dimanche soir que l’ensemble des partis devraient tirer les leçons de ce scrutin régional, laissant un paysage politique «fragmenté», avec 24% des suffrages pour Podemos et Ciudadanos. «Nous devons tous bien comprendre ce message», a-t-il dit.

20/03/2015

Pour ce dimanche, les cantonales ...

Argus des départements - Contribuables Associés

https://www.contribuables.org/argus-des-departements

 

Ce dimanche a lieu le premier tour des élections départementales (ex-cantonales). C'est l'occasion pour les contribuables de vérifier si leur département a été bien géré par le conseil général sortant.

Pour ce faire, nous vous invitons à consulter la note de votre département sur notre Argus, auquel vous pouvez accéder en cliquant ici. L'Argus des départements est un outil de Contribuables Associés qui note les conseils généraux selon leur propension à dépenser et taxer l'argent des contribuables.

13/03/2015

Élections et vote blanc : depuis le 1er avril 2014 !

Le saviez-vous ? Ce n'est pas un poisson d'avril !

Reconnaissance du vote blanc aux élections à partir du 1er avril 2014

www.service-public.fr/actualites/002581.html
Reconnaissance du vote blanc aux élections à partir du 1er avril 2014. Publié le 24.02.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ...
 
Élections
Reconnaissance du vote blanc aux élections à partir du 1er avril 2014
Publié le 24.02.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
 

La loi visant à reconnaître le vote blanc aux élections a été publiée au Journal officiel du samedi 22 février 2014.

Ce texte qui vise à prendre en considération le vote de certains électeurs faisant le choix du vote blanc doit entrer en application à compter du 1er avril 2014 (il sera donc effectif pour la première fois lors des élections européennes du 25 mai 2014). Les bulletins blancs seront décomptés séparément et annexés en tant que tels au procès-verbal. Bien qu’explicitement mentionnés dans les résultats des scrutins, ils ne seront pas comptés dans les suffrages exprimés.

On qualifie de vote blanc le dépôt dans l’urne d’une enveloppe sans bulletin ou contenant un papier dépourvu de toute indication.

Quelques liens pour en savoir plus

Sur le même sujet :

Loi du 21 février 2014 visant à reconnaître le vote blanc aux élections

www.vie-publique.fr/.../proposition-loi-visant-reconnaitre-vote-blanc-aux- elections.html

La loi vise à prendre en considération le vote des électeurs qui, par un vote blanc ... 

Abstention, vote blanc et vote nul : quelles différences ? - Le droit de ...

www.vie-publique.fr/.../voter/...vote/abstention-vote-blanc-vote-nul-quelles- differences.html

Electionsvoter blanc, ça ne compte (presque) plus pour des prunes www.lexpress.fr/.../elections/elections-voter-blanc-ca-ne-compte-presque-plus -pour-des-prunes_1501416.html‎  19 mars 2014 ... 

A compter du 1er avril 2014, le vote blanc va bénéficier d'une certaine ... La France reste loin de cette situation: à partir du 1er avril, les votes blancs ... Et la reconnaissance des bulletins blancs, si longtemps assimilés aux ...

25/02/2015

Une nouvelle ligne pour les trains de marchandise, oui. Un gare TGV excentrée, NON.

Une nouvelle ligne pour les trains de marchandise, oui. Un gare TGV excentrée, NON.

les surlignages sont de moi

communiqué :

ci-joint le lien pour voir une vidéo sur la gare de La Mogère, un des projets inutiles et imposés de Montpellier :

Une 2e gare TGV : le grand projet inutile imposé de Montpellier
 
 
 

Un contrat de partenariat public-privé (PPP) entre SNCF Réseau et le promoteur ICADE pour la construction d'une deuxième gare TGV en zone inondable au centre d'un quartier d'affaire (OZ) a été validé par décret gouvernemental le 11 février 2015 après une enquête publique aux conclusions bidonnées.

Le projet d'une gare TGV sur une voie ferrée destinée en priorité au ferroutage (les trains de marchandises dangereuses ne passeront plus par le centre ville de Montpellier) est coûteux, inutile et imposé par des élus qui avaient promis de l'abandonner pendant la campagne électorale de 2014.

Cette gare excentrée, accessible seulement par la route va avoir un parking géant de 3000 places payantes. L'accès par le tramway suite au prolongement de la ligne no1 déjà saturée sera long et un chemin de croix pour les usagers du TGV.

Les 200 millions d'euros gaspillés dans cette gare sans TGV de 2017 à 2020 et dans 1,3 km de tramway pourraient être utiles pour la ligne no5 du tramway abandonnée par M. Saurel ou des travaux d'amélioration des lignes de chemin de fer du Languedoc.

Film réalisé par Serge Tostain du collectif anti-gare de la Mogère (http://garetgv.free.fr/). Février 2015

Liberté de la Presse et Droit du plus fort ...

communiqué :

René Revol (Parti de gauche) attaque Montpellier journal sur deux fronts judiciaires
L’ami de longue date de Jean-Luc Mélenchon, maire de Grabels (Hérault) et vice-président de la métropole de Montpellier n’y va pas avec le dos de la cuillère. Voudrait-il faire taire un site qui visiblement le dérange ? Montpellier journal est un média fragile avec moins de 300 abonnés et deux journalistes payés chacun 650 € nets par mois via deux contrats aidés. Visiblement l’élu « de la gauche la vraie » n’en a cure. Mais nous nous défendrons. Avec nos très modestes moyens mais nous nous défendrons car nous faisons un travail honnête, sérieux et approfondi. Et nous continuerons à le faire. Première étape : nous convions les abonnés, lecteurs, sympathisants le samedi 7 mars à l’Atelier du nord (quartier Figuerolles) pour une soirée de soutien.


La suite : http://www.montpellier-journal.fr/?p=23248

------------

Sur ce sujet, un conseil :

voir la note 

Engagez-vous contre la corruption ...

------------------------

dernière nouvelle concernant la liberté de la presse :

Serge Dassault se désiste de son appel contre Mediapart

L’industriel milliardaire, marchand d’armes et patron de presse Serge Dassault se désiste de l’appel qu’il avait interjeté contre un jugement qui donnait raison à Mediapart. Désormais définitif, ce jugement affirme la légitimité de nos révélations sur les pratiques de corruption électorale du sénateur et de son entourage.

 

19/02/2015

Article 49-3 : "déni de démocratie"- Appel à une grève nationale - (suite)

Un petit rappel historique :

(source :

 

Constitution du 24 juin 1793

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN

Le peuple français, convaincu que l'oubli et le mépris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d'exposer dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer, avilir par la tyrannie ; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur ; le magistrat la règle de ses devoirs ; le législateur l'objet de sa mission. - En conséquence, il proclame, en présence de l'Etre suprême, la déclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen.

Article 1. - Le but de la société est le bonheur commun. - Le gouvernement est institué pour garantir à l'homme la puissance de ses droits naturels et imprescriptibles.

 

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

 ------------

voir aussi sur un autre blog la note du 13/02/2014 :

L'insurrection est, pour le Peuple et pour chaque portion du Peuple le plus sacré des droits et leplus indispensable des devoirs...

L'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

------------

et sur la démocratie réelle, voir les notes :

2015 : élections cantonales... 2015 : élections cantonales les 22 et 29 mars

Cantonales de 2015 : ne pas... Cantonales de 2015 : ne pas faire confiance aux politiciens professionnels !

France, politique :... France, politique : élections cantonales 2015

Article 49-3 : "déni de démocratie"- Appel à une grève nationale -

 

Article 49-3 : "déni de démocratie"- Appel à une grève nationale -

à lire sur :

"Le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, nombre de dispositions de la loi Macron aggravent la situation des salariés." Lire 

 

----------------

sur le même sujet, sur MEDIAPART :

Loi Macron: coup de massue au parlement

PAR YANNICK SANCHEZ

Après deux jours de conflit entre les députés frondeurs et le gouvernement, l'exécutif a choisi la voie de l'article 49-3 pour éviter tout risque de vote contre la loi Macron. Un conseil des ministres a été convoqué en urgence à l’Élysée dans l'après-midi. Les dissensions au sein du PS témoignent d'une profonde crise à gauche.

 

PAR STÉPHANE ALLIÈS

En dégainant son 49-3 pour faire voter la loi Macron, Manuel Valls cherche à afficher son autorité sur une majorité en capilotade, mais aussi sur l’exécutif, à mille lieues de l’esprit de compromis dont se prévaut François Hollande. Problème, son orientation reste minoritaire dans son camp.

 

PAR FRANÇOIS BONNET

Le recours au 49-3 est le symbole politique de l’autoritarisme des faibles. Depuis les attentats de Paris, le pouvoir veut croire en « un esprit du 11-Janvier ». Il s'agit en fait d'une fuite en avant solitaire, dans laquelle l'instrumentalisation de la « guerre contre le terrorisme » permet de faire taire toute interrogation.

 

PAR MATHILDE MATHIEU

Rarement un gouvernement de gauche a utilisé le « 49-3 » pour forcer la main de sa majorité. François Hollande lui-même a qualifié cette procédure, qui permet à l'exécutif de passer en force à l'Assemblée nationale, de « déni de démocratie ». Mais c'était en 2006.

 

23/01/2015

L'argent public distribué aux associations montpelliéraines en 2014

Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

Que pensez-vous de la répartition de l'argent public distribué aux associations montpelliéraines ???

 

 Le Conseil adopte.

Pour extrait conforme, Madame le Maire

Hélène MANDROUX

Publiée le : 18 février 2014

 

lienAttribution des subventions - Montpellier Territoire Numérique

 

opendata.montpelliernumerique.fr/Attribution-des-subventions
 
10 avr. 2014 ... Cette donnée renseigne le montant des subventions attribuées par la ville de ... clés : subvention ; association ; aide ; financement ; montpellier ...

 

Image 1.png

16/01/2015

MERCREDI 21 JANVIER 2015 à 19h 14 rue du commerce à Montpellier

communiqué :

Montpellier, Brasserie des idées le 21 janvier sur les Grands Projets Inutiles et la ville que nous voulons.

Nouvelle gare TGV, implantation d'un complexe Décathlon sur une grande zone agricole à Saint Clément, ... les grands projets inutiles imposés se multiplient dans l'agglomération. C'est une autre ville que nous voulons, nous vous invitons à venir en débattre lors d'une "brasserie des idées", le mercredi 21 janvier à 19h, au 14 rue du commerce, Mtp; (local de Ensemble !) ...  

 Lire la suite

20h00 à 21h30 : Débat avec la salle et problèmes abordés

 -    Destruction des terres agricoles et des écosystèmes.

- Alternatives : ceinture maraîchère, installation d’agriculteurs sur ces sites, circuits courts ,….

-    Marchandisation à outrance et « aspirateur » à voitures…

-    Le « miroir aux alouettes » des emplois créés……

-     Indécence des GPI au regard de tous les besoins sociaux et services publics sur l’agglo, le département, la région, en particulier l’arrière pays….

-   Les zones inondables …   

- Le ferroutage…

- Comment mobiliser ?

12/01/2015

Nucléaire : projection-débat autour du film "A Bure pour l’éternité" à Montpellier

communiqué :

Projection-débat autour du film "A Bure pour l’éternité"

Dimanche 18 janvier

10h30 au cinéma Utopia de Montpellier, 5 Avenue du Docteur Pezet.

Dans le cadre de la campagne BURE 365, à l’initiative du collectif SDN 34, membre du réseau Sortir du nucléaire.

Séance unique dimanche 18 janvier suivie d’un débat avec Stéphanie Ramillien, membre de la collégiale de la Maison de Bure et Sébastien Bonetti, réalisateur.

Petit déjeuner participatif : ouverture des portes à 9h45, Utopia offre café et thé, les spectateurs apportent fruits, gâteaux, et autres saines gourmandises à partager...

À BURE POUR L’ÉTERNITÉ

Sébastien et Aymeric Bonetti - documentaire 2013 52mn.

Walden (Massachussetts, Etats-Unis), 1845. L’écrivain et philosophe Henry David Thoreau décide de partir vivre durant deux ans dans les bois, pour prendre du recul sur la société industrielle naissante et réfléchir sur la vie en général.
Bure (Meuse, France), 2013. 94 habitants, l’un des territoires les moins peuplés de France, essentiellement agricole. Sur la commune est implanté un laboratoire destiné aux recherches sur le stockage des déchets les plus radioactifs de nos centrales nucléaires en couche géologique profonde.

En 2004, une poignée d’hommes et de femmes se soulèvent contre ce projet, et y rachètent une ruine. Après avoir créé l’association Bure zone libre (BZL), ils commencent à retaper ce corps de ferme effondré, le nomment Maison de résistance et s’y installent. Ils sont très vite rejoints par de nombreux autres Français et étrangers, de tous âges, de 20 à 70 ans, de toutes origines sociales ou professionnelles. BZL compte aujourd’hui plusieurs centaines de membres. La maison est un espace d’information indépendante sur le projet de l’ANDRA et l’industrie nucléaire en général, de rencontres, de promotion des énergies renouvelables et d’alternatives - mais aussi un lieu de révolution personnelle. Un peu plus d’un siècle et demi après H.D. Thoreau, des dizaines de personnes quittent la ville pour apprendre des savoir-faire, prendre le temps de vivre ou tout simplement réfléchir ensemble à une société plus humaine et écologique.

Contact : 
contact.sdn34@yahoo.fr

07/01/2015

Démocratie : contre la corruption «Les candidats devraient présenter un casier judiciaire vierge»

à lire sur MEDIAPART : (le surlignage est de moi)

Dans un entretien à Mediapart, François Badie, chef du Service central de prévention de la corruption (SCPC) auprès du ministère de la justice, préconise de nouvelles mesures pour lutter contre la corruption des élus. Il déplore la quasi-disparition du contrôle de légalité fait par les préfectures sur les collectivités locales.

Lutte contre la corruption_ «Les candidats devraient présenter un casier judiciaire vierge».pdf

 

Lire le rapport pour l'année 2013 du Service central de prévention de la corruption

22/12/2014

Les projets de gares TGV près de Nîmes et Montpellier

les surlignages sont de moi

lu sur :

Valls interpellé sur deux projets de gares TGV près de Nîmes et Montpellier

Les Échos -

LE 21/12 À 15:35

Des élus et responsables écologistes locaux ont interpellé dimanche le Premier ministre Manuel Valls, à la veille de son déplacement à Montpellier, sur deux projets de gares TGV près de Nîmes et Montpellier, mettant en garde contre un "fiasco annoncé".
Manuel Valls doit signer lundi à Montpellier le contrat de plan Etat-région 2015-2020, qui porte notamment sur la financement de nouvelles infrastructures en Languedoc-Roussillon, dont la création de deux nouvelles gares TGV à Lattes, près de Montpellier, et à Manduel, près de Nîmes, sur la nouvelle ligne à grande vitesse entre les deux villes, rappellent dans leur lettre ouverte les membres d'EELV, dont les députés du Gard Christophe Cavard et de l'Hérault Jean-Louis Roumégas.
Si la gare de Manduel sera connectée au réseau TER - et donc accessible depuis la gare centrale de Nîmes - ce n'est pas le cas de celle de Lattes, qui doit en outre être construite en zone inondable, poursuivent-ils.
"Si, en tant qu'écologistes, nous défendons à vos côtés la nécessité d'investir en faveur d'une modernisation du réseau ferroviaire français, nous ne pouvons pas cautionner les dérives financières et les errements auxquels nous conduisent les promoteurs du dogme de la grande vitesse", écrivent encore les signataires du courrier.
En l'absence de ligne à grande vitesse entre Montpellier et Perpignan, "nous sommes en train de mettre la charrue avant les boeufs et d'investir près de 350 millions d'euros dans la construction de deux gares TGV, qui pourraient s'avérer être des gares fantômes sans trafic significatif pendant de longues années", préviennent-ils. 
Ils citent un rapport de la Cour des comptes d'octobre qui avait notamment épinglé un "système (ferroviaire) peu cohérent" résultat d'un "choix systématique de la grande vitesse". 
Les élus et responsables écologistes appellent en conclusion Manuel Valls à suspendre ces deux projets de gares TGV et à réexaminer le choix de la localisation de la gare proche de Montpellier.
Outre MM. Cavard et Roumégas, le courrier est signé par Christian Dupraz, conseiller général EELV de l'Hérault et vice-président de Hérault Transport, Nicolas Dubourg, membre de la direction nationale d'EELV, et Manu Reynaud, ex-secrétaire régional d'EELV.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/afp-00616919-valls-interpelle-sur-deux-projets-de-gares-tgv-pres-de-nimes-et-montpellier-1077162.php?1mVR4u4FKvCihEVE.99

21/12/2014

Lundi 22 décembre à Montpellier : Valls

communiqué :

Demain pic de pollution politique à Montpellier !

Image 2.png

24/11/2014

Grenoble commence à bannir la publicité de ses rues - C'est ce qu'il faudrait faire à Montpellier aussi !

Inédit en Europe, Grenoble va bannir la publicité de ses rues

20minutes.fr - 

En saisissant l'opportunité de ne pas reconduire son contrat avec le groupe d'affichage et de mobilier urbain JCDecaux, Grenoble a décidé de bannir les panneaux publicitaires dans ses rues, pour les remplacer notamment par des arbres.

C'est là une promesse de campagne et une première en Europe mise en place par le nouveau maire écologiste Eric Piolle.

«La municipalité fait le choix de libérer l'espace public grenoblois de la publicité en développant les espaces d’expression publique et ne lance pas de nouvel appel d’offre pour de l’affichage publicitaire», indique la mairie dans un dossier de presse publié dimanche.

Entre janvier et avril 2015, 326 panneaux publicitaires seront ainsi déboulonnés par le groupe JCDecaux, dont 227 «sucettes» (de moins de 2 mètres de haut), 20 colonnes, et 64 grands panneaux de 8 mètres carrés.

Au total, 2.051 mètres carrés de panneaux publicitaires disparaîtront définitivement de l'espace public grenoblois. Les espaces sur les abribus ne sont en revanche pas concernés dans l'immédiat, le contrat signé entre JCDecaux et le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise ne prenant fin qu'en 2019.

A la place des panneaux démontés, la métropole rhône-alpine de 160.000 habitants promet de planter «une cinquantaine de jeunes arbres avant le printemps».

- Promesse de campagne -

Et à partir de janvier, la municipalité devrait également rencontrer les acteurs locaux (associations, acteurs culturels) pour «convenir avec eux des meilleurs lieux d'implantation du futur dispositif» qui sera consacré à l'affichage libre, culturel et municipal. Ces nouveaux affichages seront de dimension plus petites «non plus à la seule attention des automobilistes, mais aussi à celle des piétons», indique à l'AFP Lucille Lheureux, adjointe en charge des espaces publics de Grenoble

«Les premiers panneaux sont arrivés à Grenoble en 1976! C'est un modèle obsolète et en bout de course qui ne correspond plus aux attentes des habitants, qui souhaitent se réapproprier l'espace public», estime Lucille Lheureux.

Autre avantage, la pression publicitaire des «grands groupes», qui eux-seuls peuvent s'offrir ces coûteuses campagnes d'affichage, disparaîtra au profit des commerces de proximité, qui auront ainsi plus de visibilité, selon elle.

Avec la fin de ce contrat, «la ville se prive de 6 millions de redevance sur 10 ans», soit 600.000 euros par an. «Et elle prive aussi ses habitants d’un service d’information, puisque la moitié des panneaux servait à de l'affichage de la municipalité», a pour sa part déclaré dimanche à l'AFP le directeur Stratégie, Études et marketing de JCDecaux, Albert Asseraf.

Des chiffres toutefois contestés par la mairie de Grenoble: «en raison de l'effondrement des recettes publicitaires traditionnelles, avec la concurrence notamment d'internet, la redevance à laquelle on pouvait s'attendre, en cas de nouveau contrat, n'était que 150.000 euros et non plus de 600.000 euros comme c'était le cas entre 2004 et 2014», assure Lucille Lheureux.

Un montant que la mairie a «déjà économisé sur les frais de protocole et la baisse des indemnités des élus. Le pas était donc bien facile à franchir!», ajoute cette dernière.

(le surlignage est de moi)

Cette annonce, qui était une promesse de campagne de l'élu EELV Eric Piolle lors des dernières municipales, est «une première européenne pour une grande ville», selon la mairie.

«Le maire de Grenoble reprend l'une des propositions phares de Paysages de France», s'est félicitée l'association grenobloise de lutte contre la pollution visuelle, notant «une victoire symbolique impotante».

Dans son communiqué, elle a rappelé qu'Eric Piolle avait appelé en février dernier, à soutenir son opération «Pas de pub, des arbres», durant la campagne des élections municipales.

Seul précédent connu à ce jour, la ville de Sao Paulo au Brésil, qui en 2007 avait décidé d'interdire la publicité omniprésente et intempestive sur ses murs, avant de faire machine arrière.

Ironie de l'histoire, la capitale économique du Brésil a depuis réintroduit l'affichage en signant en 2012 un contrat avec JCDecaux pour la mise en place de 1.000 horloges qui doivent donner aux citadins l'heure, la température, la qualité de l'air et des informations municipales.

  1. Grenoble commence à bannir la publicité de ses rues | Afficher la ...

    https://fr.news.yahoo.com/.../grenoble-commence-à-bannir-publicité-rues- photo-070840108.html
  2. Grenoble, première ville d'Europe à bannir la pub de ses rues ! - Le ...

    www.lepoint.fr/.../grenoble-premiere-ville-d-europe-a-bannir-la-pub-23-11- 2014-1883770_23.php

     Grenoble, première ville d'Europe à bannir la pub de ses rues ! - Le Point.pdf

    Grenoble commence à bannir la publicité de ses rues

    Boursorama - 

    La mairie va enlever 326 panneaux de l'espace public pour les remplacer par des arbres, « une première européenne pour une grande ville ».

    La municipalité écologiste de Grenoble a décidé de ne pas renouveler son contrat avec la groupe d'affichage et de mobilier urbain JCDecaux. Cette annonce, qui était une promesse de campagne du maire Eric Piolle, est « une première européenne pour une grande ville », explique la mairie.

    « La municipalité fait le choix de libérer l'espace public grenoblois de la publicité en développant les espaces d'expression publique et ne lance pas de nouvel appel d'offre pour de l'affichage publicitaire ». Le démontage durera quatre mois. Au total 326 panneaux vont ainsi disparaître de l'espace public, dont 227 « sucettes », 20 colonnes, et 64 grands panneaux de 8 mètres carrés, soit 2 051 mètres carré d'espaces publicitaire. Les espaces sur les abribus ne sont en revanche pas concernés dans l'immédiat, le contrat signé entre JCDecaux et le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise ne prenant fin qu'en 2019.

    A la place des panneaux démontés, la métropole rhône-alpine promet de planter « une cinquantaine de jeunes arbres avant le printemps ».

    >> Lire le portrait (édition abonnés) Eric Piolle, l'écologiste iconoclaste qui a ravi Grenoble

    DES NIVEAUX DE REVENUS CONTESTÉS

    A partir de janvier, la municipalité devrait également rencontrer les acteurs locaux pour « convenir avec eux des meilleurs lieux d'implantation du futur dispositif » qui sera consacré à l'affichage libre, culturel et municipal.

    Ces nouveaux affichages seront de dimension plus petit...

    Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

09/11/2014

Barrage de Sivens : un témoignage de Toulouse ...

... que je mets tel quel. À méditer. 

Question : faites-vous confiance à l'État ? Au service de qui sont  les "forces de l'ordre" ?

J'écoute à l'instant les informations sur France-Musique : "... deux policiers blessés à Toulouse ...Manifestation interdite ..."

C'est tout ! De qui se moque-t-on ?

Des sanctions administratives des responsables de l'État s'imposent, à commencer par une mise à pied du Préfet de Haute-Garonne et un remaniement ministériel.

 

À diffuser largement !

-------------------

 À: carrefour-le-mai@googlegroups.com
> Envoyé: Dimanche 9 Novembre 2014 11:43:19
> Objet: manif Toulouse
> 
> J'étais à la manif de Toulouse hier, j'étais vachement motivée, je 
> m'étais bien préparée psychologiquement, je m’étais dit, si ils veulent 
> la guerre, ils vont l'avoir, je voulais prendre une bat de baseball , et 
> puis je me suis dit que c'était débile, j'ai préféré mettre les baskets 
> de ma fille , j'ai bien fait, on s'est fait chargé, gazé, j'avais pas 
> pensé à un truc, qu'on se serait retrouver dans un guet apens ,la 
> gestapo nous avait enfermé dans une avenue, aucun moyen de se barrer , 
> elle était partout, avait bouché toutes les issus de secours, elle 
> chargeait sur nous, balançait des lacrymos , arretait des personnes,on a 
> essayé de se barrer pour échapper au gaz, à la violence de l'état, 
> impossible de partir, tout le monde criait laissez nous passer, on leurs 
> a demandé où ils voulaient en venir, on avait bravé l'interdiction, 
> alors on devait payer? et puis, il s'est passé quelque chose, un homme 
> est venu nous aidé, il nous a fait traverser une résidence qui donnait 
> sur une avenue beaucoup plus calme, on est passé, mais d autres 
> personnes étaient toujours de l'autre coté, alors j'ai attendu qu'elles 
> sortent, quelque unes on pu passer, mais quand la gestapo c'est rendu 
> compte qu'on se barrait par là, elle est venue, a balancé des lacrymos 
> dans la residence pour empecher les gens de sortir, j'ai cru que 
> j'allais peter un cable,par la suite j'ai appris que des copains étaient 
> passés et qu'ils s étaient refugiés dans un appartement, une vielle dame 
> leur avait ouvert sa porte, la gestapo faisait tous les étages, frappée 
> à toutes les portes pour arreter les personnes qui avaient pu fuir. 
> Voilà, faudrait peut etre se lever le cul, maintenant il faut prendre la 
> rue!
> 

------------

sur le même sujet, voir sur un autre blog :

05/11/2014

Despotisme de la classe politique - Sivens : consignes d’«extrême fermeté» données par le préfet du Tarn

à lire sur MEDIAPART :

Sivens: 400 grenades ont été tirées la nuit de la mort de Rémi Fraisse

 |  PAR LOUISE FESSARD

Les questions se multiplient sur l'engagement massif et violent des CRS et gendarmes à Sivens, le 25 octobre, alors qu'il ne restait rien à protéger et que la préfecture s'était engagée à une présence policière discrète. Selon une source proche de l'enquête, des consignes d’«extrême fermeté» ont été données par le préfet du Tarn. Ce qui explique que, selon cette même source, quelque 400 grenades, au total, ont été utilisées dans la nuit du 25 octobre.

Vidéo publiée par le groupe Groix, tournée sur la zone du Testet, le 25 octobre 2014.

sur le même sujet, lire :

Barrage de Sivens: les dérives d'un socialisme de notables

31 OCTOBRE 2014 |  PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

Après la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive qu'avaient lancée les gendarmes, le conseil général du Tarn a décidé d'attendre avant de se prononcer sur le sort du barrage de Sivens. Dans ce fief PS, Thierry Carcenac, président du conseil général, élu depuis près de quarante ans, cumulard et ayant exercé à peu près tous les mandats qu'offre la République, fontionne en vase clos. L'affaire du barrage est l'illustration tragique de la lente dérive d'un socialisme gestionnaire, conduit par des notables enferrés dans leurs certitudes.

Sivens: le barrage pourrait être déclaré illégal

03 NOVEMBRE 2014 |  PAR NICOLAS BÉRARD

Saisie, la justice administrative pourrait bien suivre les arguments des opposants au projet de barrage et déclarer illégale sa construction. Le conseil général du Tarn a conscience des nombreuses failles juridiques de son projet mais refuse de l’abandonner. L'État devra trancher à l'issue de la réunion de mardi.

02/11/2014

Attentat démocratique...

communiqué :

Objet : pour préparer la rencontre avec Etienne Chouard  (*)

 
Visitez le lien ci-dessous.
 

Attentat démocratique...

Petit montage destiné à être projeté dans les lieux publics afin de sensibiliser la population au concept de vraie démocratie.
Intervenants: Jacques BREL, Etienne CHOUARD, Francis DUPUIS-DERI, Michel HOUELLEBECQ, Henri GUILLEMIN, Paul JORION, Cornelius CASTORIADIS..


Source : 
https://www.youtube.com/watch?v=zjq4y6115sg

-------

(*)

Samedi 8 Novembre, 18H, salle Léo Ferré, à Bédarieux.

 

L'association Attac Hauts Cantons vous propose une conférence/débat autour du thème de la démocratie et des institutions : la constitution de la 5ème République et ses impasses, le processus constituant.
Soirée animée par Etienne Chouard, professeur d'économie et de droit à Marseille. Ilest bien connu des réseaux sociaux. 
« Etienne Chouard défend notamment le système du tirage au sort (dans certains contextes et associé à des mécanismes de contrôle) et soutient qu'une nouvelle assemblée constituante devrait être basée sur cette méthode. Il défend également le référendum d'initiative populaire et soutient que le véritable suffrage universel est le vote direct des lois par les citoyens. Il qualifie l'union européenne « d'épouvantable piège» qui met en place un « chômage institutionnalisé» , et dénonce fréquemment le « sabordage monétaire » que constitue selon lui l'abandon de la création monétaire publique vers les banques privées. Dans une moindre mesure il défend également l'idée du revenu de base inconditionnel » (sce wikipédia).
 
De 18H à 20H, conférence puis débat sur la nécéssité d'une réappropriation citoyenne du processus constituant, la constitution étant la base du vivre ensemble dans un cadre républicain.
 
Pause : apéritif puis repas tiré du sac.
 

A partir de 20H30, atelier constituant : thème proposé : Comment les citoyens (le peuple, les 99% ...) doivent récupérer le champs économique dans la constitution, et garantir la juste répartition des richesses ? 

Image 1.png

28/10/2014

"La violence d'État"

à lire sur Le point :

(voir aussi la note du 12/2/14 sur ce blog : L'insurrection est, pour le...)

 

Publié le 28 octobre 2014 à 07h42

Un peu partout en France, plus d'une dizaine de manifestations ont eu lieu lundi 27 octobre pour dénoncer les "violences policières" après le décès dimanche de Rémi Fraisse, un jeune manifestant de 21 ans sur le site du barrage contesté de Sivens dans le Tarn lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. À Nantes, où les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont plusieurs fois violemment opposés aux forces de l'ordre depuis 2012, plus de 600 personnes se sont rassemblées en fin de journée près de la préfecture pour "exprimer leur colère face à la violence d'État".

Ils ont allumé des bougies et déployé des banderoles, proclamant "Vos armes non létales tuent. On n'oubliera pas. Résistance", ou "Nantes-Toulouse-Montreuil. Solidarité contre les violences policières". Les manifestants ont ensuite défilé dans les rues derrière la banderole : "Barrage Testet. Mort de Rémi. Ni oubli ni pardon ACAB" (all cops are bastards, tous les flics sont des salauds, NDLR). Plusieurs vitrines de banque ont été abîmées ou brisées et les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène.

"Flics, porcs, assassins"

À Rennes, ils étaient 300 autour d'une banderole sur laquelle était écrit : "La police tue, appel à la révolte", puis ils sont partis manifester dans les rues, jetant des pétards et scandant : "Flics, porcs, assassins !" Vers 20 heures, ils ont rassemblé des poubelles qu'ils ont incendiées à un carrefour du centre-ville. Place de l'hôtel de ville à Paris, une centaine de personnes se sont réunies et ont allumé des bougies. Une pancarte proclamait : "Pour Rémi, ni oubli ni pardon."

"On a eu un État qui blesse, un État qui mutile. Maintenant, on a un État qui tue", a déploré sur place Coralie Duby, 29 ans, militante écologiste, présente ce week-end sur le site contesté dans le Tarn. À Brest, une centaine de manifestants se sont rassemblés Place de la liberté, et ils étaient une centaine également en fin d'après-midi sur le Vieux Port à Marseille à l'appel notamment...

Lire la suite sur LePoint.fr

25/10/2014

Nos députés sont-ils honnêtes ?

 communiqué :

Il ne se passe désormais plus une semaine sans qu'un scandale éclate, et entache la dignité de la représentation nationale.

De Thomas Thévenoud restant au Palais Bourbon malgré ses « négligences » dans le paiement de l'impôt à Sylvie Andrieux refusant de démissionner en dépit de sa condamnation en appel pour des faits de corruption extrêmement graves, en passant par Jean-Noël Guérini entrant au Sénat alors qu'il est mis en cause dans plusieurs affaires, ou encore Patrick Balkany, repris de justice et à nouveau soupçonné de fraude fiscale, on aurait pu croire qu'il était difficile de faire pire.

Et pourtant, la lecture du Canard Enchaîné paru ce mercredi nous apprend que le cas de Thomas Thévenoud n'est en rien isolé. En réalité, il s'agirait d'une soixantaine de parlementaires qui se soustrairaient au moins partiellement au paiement de l'impôt. Alors même que les parlementaires ont pour responsabilité de voter la loi qui s'abattra ensuite sur les citoyens qui refusent de la respecter.

Cette situation ne peut plus durer ! Soixante parlementaires, c'est plus de 6 % du Parlement ! Y a-t-il plus de 6 % de fraudeurs fiscaux parmi les citoyens normaux ? Évidemment non !

Ceux qui sont choisis par les citoyens pour voter la loi, et qui sont généreusement payés par ces mêmes citoyens, se doivent d'être exemplaires. Aussi, nous nous permettons de vous demander de signer lapétition de soutien (accessible en cliquant ici) à la proposition de loi du député de la Loire Dino Cinieri « visant à instaurer une peine complémentaire d’inéligibilité pouvant être perpétuelle pour tout élu condamné pour des faits de fraude fiscale ou de corruption », déposée mercredi et envoyée à l'ensemble des députés pour cosignature.

La pétition sera ensuite remise à Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale.

C'est le moment ou jamais de faire bouger les choses, alors soyez nombreux à signer cette pétitionet à la faire circuler largement autour de vous ! Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances de nous faire entendre !

Merci,

Contribuables Associés

Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

 

Vos données sont strictement confidentielles. Vous ne recevez de communications électroniques que de la part de Contribuables Associés et vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Contactez-nous à contact@contribuables.org ou écrivez-nous au 42 rue des Jeûneurs – 75002 Paris.

 

Contribuables Associés

-------------

voir aussi sur un autre blog :

Nos députés sont-ils...

16/10/2014

Spéculation immobilière et gestion communale : un exemple

les surlignages sont de moi 

lu sur Libération :

Xynthia : prison ferme requise contre l'ex-maire

Publié le 16 octobre 2014 à 09h42

Quatre ans dont un avec sursis ont été demandés à l’encontre de René Marratier.
 
«Des familles ont été détruites. Des vies ont été gâchées. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à mes deux enfants, à ma femme, à ma mère. Je n’ai aucune haine. Mais la justice doit faire son travail pour que des choses pareilles ne se reproduisent plus». Ainsi a réagi mercredi Ahmed Bounaceur, qui a perdu quatre membres de sa famille lors de la tempête Xynthia, dans sa maison située dans la cuvette mortifère de la Faute-sur-Mer (Vendée), le 28 février 2010. Contacté par Libération, le médecin venait d’être informé des réquisitions de Gilbert Lafaye, le procureur de la République des Sables-d’Olonne, où se tient le procès.

Submersion. Durant son exposé, le magistrat a pointé la «frénésie immobilière» et l’«urbanisation à outrance» qui s’étaient emparées des élus de cette commune balnéaire vendéenne, où des centaines de maisons ont été construites sur des terrains situés dans une cuvette et exposées à des risques de submersion marine. Xynthia a fait 29 morts, dont bon nombre parmi les habitants de ces maisons : beaucoup étaient venus y passer le week-end quand la tempête a frappé.

Mercredi le procureur a requis quatre ans de prison dont trois ferme et 30 000 euros d’amende à l’encontre de René Marratier, maire de la commune de 1989 à 2014 qui comparaissait pour «homicides involontaires». Surnommé le «roi René» par certains habitants de sa commune à l’époque de sa splendeur (sa liste avait raflé tous les sièges au conseil municipal), il s’était même présenté aux élections municipales de mars dernier, pour un cinquième mandat. Mais il a été battu par une liste de rassemblement conduite par Patrick Jouin, le maire actuel, qui avait fait une campagne axée sur la compassion à l’égard des familles des victimes et tracé des perspectives pour tourner la page de la gestion Marratier, qui s’est soldée par un désastre humain et urbain.

Concernant Françoise Babin, l’ancienne première adjointe en charge de l’urbanisme, le procureur a requis trois ans de prison dont deux ferme et 50 000 euros d’amende. Et aussi trois ans de prison, dont un an ferme et 50 000 euros d’amende à l’encontre de son fils Philippe Babin, agent immobilier et président d’une association tenue d’entretenir une digue censée protéger les lotissements de la cuvette contre les risques d’inondation. La famille Babin avait des intérêts bien compris à La Faute-sur-Mer. Le procureur a souligné que Françoise Babin «a été au summum du mélange des genres»,«propriétaire de terrains»,«vendeuse de terrains»,«gérante d’une agence immobilière»,«présidente de la commission d’urbanisme». Des enquêtes de Libération avaient mis en exergue ce mélange quelques semaines après le drame (lire Libération du 8 mars 2010).

Me Didier Seban, avocat de René Marratier a considéré que les réquisitions étaient «exorbitantes et disproportionnées». Il a dit que son client était «abasourdi».

«Exemplaire». L’Avif (Association des victimes des inondations de la Faute-sur-Mer), partie civile dans ce dossier a exprimé sa satisfaction. «Procès exemplaire demande de peine exemplaire» a réagi, Renaud Pinoit, le président de l’association, contacté par Libération. Le procureur n’a requis en revanche qu’un an avec sursis et 5 000 euros d’amende à l’égard d’Alain Jacobsoone, un fonctionnaire de l’Etat qui n’avait pas prévenu le maire des risques graves de la tempête. Un autre prévenu, Patrick Maslin, également ancien élu de l’équipe de René Marratier, est décédé fin septembre.

TONINO SERAFINI

12/10/2014

Élections cantonales de 2015

Il faut se préparer dès maintenant pour des listes citoyennes : 

VOIR :

  1. Élections régionales et départementales (ex-cantonales) - Service ...

    vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1958.xhtml
     
    28 mai 2014 ... Les conseillers régionaux sont élus au scrutin de liste selon un ... lesconseillers départementaux lors des élections départementales. ... seront remplacés en2015 par des conseillers départementaux. ... Pour chaque canton, un binôme ( femme-homme) est élu au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours.
  2. Quel est le mode de scrutin pour les élections départementales ...

    www.vie-publique.fr/.../quel-est-mode-scrutin-pour-elections-cantonales.html
     
    En 2015lors des prochaines élections départementales (ex-cantonales), deuxconseillers départementaux seront élus dans chaque canton au scrutin ...
  3. Élections régionales et départementales (ex-cantonales) / Elections ...

    www.interieur.gouv.fr/.../Elections/Elections.../Elections-regionales-et-departementales-ex-cantonales
     
    28 mai 2014 ... Les conseillers régionaux sont élus au scrutin de liste selon un ... lesconseillers départementaux lors des élections départementales. ... seront remplacés en2015 par des conseillers départementaux. ... Pour chaque canton, un binôme ( femme-homme) est élu au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours.
  4. Élection cantonale en France — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Élection_cantonale_en_France
     
    Les prochaines, qui prendront le nom d'élections départementales, auront lieu en ... de 2013, qui prendra effet lors des élections départementales françaises de 2015, ... Le mode de scrutin sera binominal majoritaire à deux tours, chaque binôme de ... Les conseillers départementaux seront élus pour une durée de six ans.

voir aussi :

Moralisation du système...

-------------------------------------

lu sur : Le Huffington Post 

POLITIQUE - On ne sait toujours pas quand auront lieu les élections régionales de 2015. Manuel Valls a revanche annoncé ce vendredi que les élections départementales (anciennement cantonales) auront lieu les 22 et 29 mars 2015.

Le premier ministre en a fait l'annonce à l'occasion du congrès de l'Association des régions de France (ARF) organisé à Toulouse. Il a seulement confirmé que les régionales -qui auront lieu avec le contour des 14 nouvelles régions- se dérouleront avant fin 2015.

Les élections cantonales devaient avoir lieu en 2014 mais elles ont été décalées d'un an pour ne pas surcharger l'agenda électoral qui comprenait déjà les municipales et les européennes. L'idée avait ensuite été évoquée de regrouper les départementales avec les régionales à la fin 2015 mais cela aurait trop allongé la durée du mandat des conseillers généraux.

Pour chaque canton, les électeurs devront se prononcer sur un binôme (homme-femme) qui sera élu au scrutin majoritaire à deux tours, comme pour les élections législatives.

Pas de propagande électorale papier

Notons que les deux scrutins de 2015 auront un point communs: le gouvernement ne prévoit pas l'envoi par courrier des documents électoraux. Un article du projet de budget de l'Etat pour 2015 prévoit de mettre en ligne sur un site internet public les circulaires et bulletins de vote des candidats et de les mettre à disposition pour consultation en préfecture et en mairie.

Cette mesure doit s'accompagner d'une campagne médiatique pour informer les électeurs de ces modifications.

Le gouvernement motive ces changements pour les élections départementales, régionales et des assemblées de Guyane et de Martinique par la volonté de "mieux maîtriser les coûts liés à l'organisation des élections", "garantir un meilleur impact environnemental" et "assurer un meilleur accès à la propagande électorale en élargissant ses modalités de diffusion".

Enquête publique Gare "Sud de France" (quel barbarisme ! Sud de la France, France du sud seraient plus corrects))

communiqué :

 

Monsieur le Commissaire Balandraud,

enquête publique Gare Sud de France

Mairie de Montpellier

1 place Georges Frêche

34000 Montpellier 

 

Je vous demande par la présente d'enregistrer mon opposition personnelle au projet de seconde gare à Montpellier. Celle du centre-ville, récemment rénovée,est, et demeurera, suffisante pour de nombreuses décennies. Elle est bien mieux desservie par les transports en commun et plus simple d'accès pour les usagers à qui une seconde gare imposerait un éloignement et des temps de correspondance irréalistes. Le site retenu, outre qu'il se trouve dans la ceinture verte (et inondable) de Montpellier, nécessiterait par ailleurs des aménagements publics nombreux et aujourd'hui non financés, qui s'imposeraient au contribuable local : prolongement du tramway, aménagements routiers, prise en compte des contraintes hydrologiques, etc.

Ce projet de gare constitue de fait un dévoiement des finalités déclarées d'intérêt public du Contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier. Il amènerait à privilégier le trafic à grande vitesse sur la nouvelle ligne, avec des gains de temps illusoires en pratique, un recours accru aux véhicules automobiles particuliers pour accéder à la gare, le tout au détriment des autres trafics voyageurs et fret.

En conséquence, je vous demande de constater l'absence de caractère d'intérêt général de ce projet, et de rappeler au contraire la pertinence de construire en priorité l'embranchement prévu près de Saint-Brès et déclaré d'utilité publique, qui seul permettra une bonne desserte de la gare de Montpellier Saint-Roch.

D'autre part je vous demande Monsieur le commissaire enquêteur d'organiser un débat public d’information et un report de la date de fin d’enquête suite aux difficultés dues aux intempéries